Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 mars 2015 1 23 /03 /mars /2015 17:00
Jésus libérateur de lois excluantes: Luc 8/42-48

Evangile de Jésus-Christ selon saint Luc 8, 42-48

Les foules le pressaient au point de l’étouffer. Or, une femme qui avait des pertes de sang depuis douze ans, et qui avait dépensé tous ses biens chez les médecins sans que personne n’ait pu la guérir, s’approcha de lui par-derrière et toucha la frange de son vêtement. À l’instant même, sa perte de sang s’arrêta.

Mais Jésus dit : « Qui m’a touché ? » Comme ils s’en défendaient tous, Pierre lui dit : « Maître, les foules te bousculent et t’écrasent. »

Mais Jésus reprit : « Quelqu’un m’a touché, car j’ai reconnu qu’une force était sortie de moi. »

La femme, se voyant découverte, vint, toute tremblante, se jeter à ses pieds ; elle raconta devant tout le peuple pourquoi elle l’avait touché, et comment elle avait été guérie à l’instant même.

Jésus lui dit : « Ma fille, ta foi t’a sauvée. Va en paix. »

 

Il est des questions de Jésus qui sont curieuses ! Pourquoi veut-il savoir qui l’a touché ? Il sait qu’il a guéri quelqu’un, cela ne lui suffit-il pas ? Que veut-il de plus ?

Assurément il veut une rencontre personnelle. Car nous le savons, il est plus qu’un « guérisseur », il est sauveur. Le salut qu’il donne, c’est d’abord lui-même, c’est le cadeau d’une rencontre, d’une attention à l’autre, d’une question qui suscite une réponse, d’un dialogue qui s’installe. Et on peut déjà s’étonner de cela.

 

Mais il nous faut aller plus loin.

Et pour cela comprendre que la maladie dont souffre cette femme, est source d’exclusion sociale.

Elle est considérée comme « impure »[1] et si elle a un contact physique avec quelqu’un, elle le rendra impur !

Au regard de cette loi religieuse, elle a donc rendu impurs tous les gens qu’elle a touchés dans la foule et Jésus lui-même ! C’est une transgression majeure qui nous explique sa stratégie d’anonymat.

Jésus approuve cette transgression car il veut libérer les gens de tout le poids d’exclusion que véhicule ce type de lois religieuses.

Il y a donc un enjeu majeur à faire connaitre cette guérison :

Rendre public aux yeux de tous cette guérison a des conséquences de salut pour cette femme et pour la foule.

Jésus ne se considère pas impur d’avoir été touché par elle, et donc de fait, déclare caduque cette loi d’impureté qui excluait les femmes qui en étaient atteintes.

Nous avons là un exemple fondamental de la révolution religieuse qu’apporte Jésus, un exemple de sa liberté qui brave ces lois excluantes.

Il la guérit, il la libère comme il nous libère.

L’appeler « Ma fille » n’est pas non plus anodin. Dans un cas semblable de situation d’exclusion, à Zachée le publicain, Jésus dira : « N’est-il pas lui aussi fils d’Abraham ? »[2].

Les paroles qu’il lui adresse, le fait de l ‘appeler ma fille lui rendent sa dignité, la valorise au sujet de sa foi, la réintroduit dans l’espace social, lui fait cadeau de la paix.

Nous avons là toute la détermination de Jésus pour libérer celles et ceux qu’il rencontre. Il a la même détermination pour nous aujourd’hui. Alors, laissons-nous libérer par lui.

 

 

[1] Lv 15,9

[2] Lc 19,9

Partager cet article

Repost 0
Published by aubonheurdedieu-soeurmichele - dans REP
commenter cet article

commentaires