Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 décembre 2015 4 10 /12 /décembre /2015 16:11

Ai-je été distraite lorsque j’ai entendu que ce geste trouverait sa justification dans « le sermon sur la montagne » ? Dans ce que j’appelle le merveilleux texte des

Béatitudes !

Faire l’aumône !

Dans ce geste, il y a un problème : la main de la personne qui donne est toujours au-dessus de la main qui reçoit !

Faire l’aumône ! Mais il faut beaucoup d’amour envers la personne que l’on veut aider pour qu’elle puisse accepter ce don sans être humiliée.

N’oublions pas ce que certaines personnes appellent « le contre-don »: savoir demander de l’aide. Et alors pourrions-nous parler de Partage, ou d’Entraide Mutuelle.

 

Béatitudes

Je ne peux pas attribuer ce geste aux Béatitudes car, dans ce texte, Jésus nous parle de plusieurs « inclinaisons » d’un cœur aimant. Jésus se place dans « l’Être » et non dans « le Faire », dans « l’Agir ».

Il dit comment nous devons être !

Il ne dit pas ce que nous devons faire.

Bienheureuses les personnes qui aiment, elles ont une âme de pauvre, ont faim et soif de Justice, … elles sont artisans de paix.

Mais peut-on être artisan de paix si on n’est pas en paix soi-même ? Donc :

Bienheureuses les personnes artisan de Paix car elles sont, elles-mêmes, en Paix et donc remplies de Bienveillance, de Miséricorde, de Patience…

Bienheureuses les personnes ayant une âme de pauvre, qui respectent les autres, qui vivent dans l’esprit de pauvreté, qui ne sont pas attachées à leur richesse, qui savent aussi et surtout avoir besoin des autres, tendre la main.

Savoir demander un service comme Jésus a osé se montrer fatigué devant la Samaritaine et qui, alors, lui a demandé à boire.

J’ai déjà dit ma joie lorsque j’ai osé demander un service à telle ou telle personne. Il en a résulté des moments merveilleux qui restent marqués dans ma mémoire, dans mon cœur.

Aujourd’hui, je vis l’un de ces moments ! Une amie avec qui je ne parle plus depuis un bon moment. Nous sommes bien fâchées, au point de ne plus nous saluer !!! Elle arrive hier, me dit bonjour et me dit : « Alice, il semble que tu ais mis ton pull à l’envers ! » Je regarde, je vais me réfugier et je reviens aussitôt en disant : « Voilà, je l’ai remis à l’endroit ». En ce matin, mon amie commence à me parler… Je pense : « bienheureuse distraction, Alice, qui a donné l’occasion à cette amie de pouvoir renouer le dialogue ! »

Joie ! Paix !

Alice Damay-Gouin

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires