Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 mai 2016 1 23 /05 /mai /2016 19:42
Contemplons avec Luc 9/10-17: fête du St sacrement année C

Quand les Apôtres revinrent, ils racontèrent à Jésus tout ce qu’ils avaient fait. Alors Jésus, les prenant avec lui, partit à l’écart, vers une ville appelée Bethsaïde. Les foules s’en aperçurent et le suivirent. Il leur fit bon accueil ; il leur parlait du règne de Dieu et guérissait ceux qui en avaient besoin. Le jour commençait à baisser. Alors les Douze s’approchèrent de lui et lui dirent : « Renvoie cette foule : qu’ils aillent dans les villages et les campagnes des environs afin d’y loger et de trouver des vivres ; ici nous sommes dans un endroit désert. » Mais il leur dit : « Donnez-leur vous-mêmes à manger. » Ils répondirent : « Nous n’avons pas plus de cinq pains et deux poissons. À moins peut-être d’aller nous-mêmes acheter de la nourriture pour tout ce peuple. » Il y avait environ cinq mille hommes. Jésus dit à ses disciples : « Faites-les asseoir par groupes de cinquante environ. » Ils exécutèrent cette demande et firent asseoir tout le monde. Jésus prit les cinq pains et les deux poissons, et, levant les yeux au ciel, il prononça la bénédiction sur eux, les rompit et les donna à ses disciples pour qu’ils les distribuent à la foule. Ils mangèrent et ils furent tous rassasiés ; puis on ramassa les morceaux qui leur restaient : cela faisait douze paniers.

 

Nous sommes avec Jésus, parmi ses disciples de retour de mission. Car c’est vrai aussi pour nous. Nous venons de vivre une journée et nous étions envoyé-es en mission, quelle qu’aient été nos activités. Apôtres de Jésus nous sommes envoyé-es par lui au cœur de notre vie humaine, dans ce qui fait le plus ordinaire de nos vies.

Et maintenant nous allons vivre un temps de rencontre privilégié avec lui pour l’écouter et le contempler.

 

1er piste

Regarder la foule. Qu’est-ce qui peut les faire se déplacer ainsi ? Leurs attentes ? Leurs désirs ?

Et le mien, quel est-il ?

 

2ème piste

Contempler le Christ. Oui, le regarder, s’imprégner de ce qu’il fait, de ses attitudes, de ses sentiments avec au cœur un désir : le connaître davantage pour mieux l’aimer. S’imprégner de lui pour que quelque chose de sa vie passe dans la nôtre.

- Il écoute ses disciples au retour de mission, attentif à ce qu’ils disent, comme aujourd’hui encore il est attentif à ce que nous lui partageons,

- il part à l’écart avec eux

- il fait bon accueil à la foule,

- il leur parle du règne de Dieu

- il guérit des malades

- il fait asseoir les gens,

-il se sert des 5 pains qu’on lui apporte

- il rompt le pain et tous sont rassasiés.

Il s’agit de rester là à regarder et de sentir le poids d’amour qu’il y a dans tous ces gestes, ces sentiments.

Il aime en nourrissant de parole et de pain. Il aime en écoutant ses disciples, il aime en les associant à son œuvre.

Il s’agit ensuite de se laisser aimer par Jésus. C’est aujourd’hui, maintenant que Jésus fait cela pour chacun-e de nous : il nous écoute avec attention, il nous rompt le pain de sa parole, il nous regarde avec amour. Laissons-le-nous aimer ainsi !

Il ne s’agit pas d’avoir des idées sur ce texte mais de vivre une expérience de rencontre avec le Christ.

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by aubonheurdedieu-soeurmichele - dans REP
commenter cet article

commentaires

LEVY 24/05/2016 13:27

VRAI assurément qu'"il ne s’agit pas d’avoir des idées sur ce texte mais de vivre une expérience de rencontre avec le Christ". Reste cependant, pour qui a du mal avec cette recommandation, qu'il y a manifestement tout un champ à explorer, une mine d'interrogations à ouvrir, à propos de la place qui est faite au dénombrement dans ce texte. Un place qui paraît à première vue singulière, et qui ne l'est sans doute que dans une lecture non éclairée par une mise en lien avec les lectures propres au judaïsme. Que veulent ainsi signifier ces "CINQ pains et DEUX poissons", ces "CINQ mille hommes", ces "groupes de CINQUANTE" (et pourquoi, ici, cette soudaine imprécision apportée par "ENVIRON" ?), et de nouveau la mention "(des) CINQ pains et (des) DEUX poissons" (et y a-t-il un sens à ce que, par rapport à la première mention qui en est faite, on passe de "PAS PLUS DE ..." au chiffrage exact donné par " LES cinq ... et LES deux...", et enfin ces "DOUZE paniers", au delà du lien évident - par trop évident ? - avec "les DOUZE" qui entrent en scène au début du récit ? Notons, "pour ne rien arranger", que si l'on se risque à une tentative de lecture selon les ressorts de l'interprétation juive , les "CINQ" multipliés par les "DEUX" ne donnent pas les "DOUZE" ... ce qui aurait sans doute été trop simple au regard du signifié. Un signifié dont notre intellection chrétienne, trop coupée de ses racines culturelles juives, ne serait plus en mesure de percevoir la présence, et que d'abord, pour le plus grand nombre d'entre nous, elle n'aurait plus la disposition spontanée d'entendement à rechercher ?