Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 mars 2017 1 27 /03 /mars /2017 14:51
Homélie de Sr Michèle, 4ème dimanche de carême Jn 9: guérison d'un aveugle-né

Voilà bien un texte qui est une bonne nouvelle. Une bonne nouvelle pour nous. Pour vous, pour moi, pour chacun d’entre nous. Une bonne nouvelle à partager à celles et ceux qui ne la connaissent pas ! Mais c’est quoi, cette nouvelle qui est bonne ?

Elle est bonne parce qu’elle nous libère. Alors, d’abord, voyons de quoi elle nous libère.

Au début du texte nous sommes en pleine ténèbre. Celle où est plongé un aveugle de naissance. Et Jésus va libérer cet homme de sa cécité. Oui, mais il y a une ténébre pire que la cécité, c’est celle des disciples. En effet, par la question qu’ils posent : « si cet homme est aveugle, c’est qu’il est pécheur ou que ses parents le sont » on se rend compte qu’ils qui sont plongés dans les ténèbres d’une religion qui explique la maladie par une faute commise. Combien on a besoin d’être libéré de cela, encore aujourd’hui !

Ne dit-on pas quand il nous arrive une épreuve : « qu’est-ce que j’ai fait au Bon Dieu pour qu’il m’arrive çà ! » Et derrière cette explication se cache une ténèbre encore plus ténébreuse, celle qui nous fait imaginer un dieu qui punirait les fautes en envoyant des maladies. Quelle ténèbre ! Et aujourd’hui encore, ces fausses images de Dieu peuvent être en nous. Alors Jésus viens d’abord de nous libérer de cela. Il le fait par une parole forte : « Ni lui n’a péché, ni ses parents » Parole forte qui fait passer de la nuit au jour, de la ténèbre à la lumière, qui nous fait quitter nos fausses images de Dieu.

Encore faut-il que nous acceptions de les quitter pour nous ouvrir à un Dieu fondamentalement bon et que ne veut que du bon pour nous.

Mais le pire du pire, si c’est possible, est la ténèbre de la religion des pharisiens. Cette impossibilité qu’ils ont à sortir d’un système légaliste : selon eux une guérison faite le jour du sabbat ne peut pas venir de Dieu, celui qui l’accomplit ne peut être qu’un pécheur. C’est la ténèbre de l’exclusion de tous ceux qui ne rentrent pas dans leur système. C’est l’impossibilité à s’ouvrir à la nouveauté d’une parole, à l’inattendu d’une action. La culpabilisation qui enferme les gens dans la fatalité.

Et nous sommes forcés de constater que devant ce type de ténèbres, Jésus lui même n’a rien pu faire.

La révolution spirituelle de Jésus, la libération qu’il apporte ne peut rejoindre des gens murés dans leur certitude, les privilèges que cela leur donne et pour certains le « fonds de commerce « que cela procure.

 

En contre-point, l’itinéraire de l’aveugle nous fait parcourir un chemin de lumière en lumière. Un cheminement d’une étonnante vérité. Il nous est donné de voir un homme vrai qui reste au plus près de son expérience, ni plus, ni moins. Il nous est donné de voir la progression dans une confession de foi. Car nous le savons d’expérience, la foi est un chemin et c’est autant le chemin que le but qui est important.

Sa première confession de foi est d’abord sans parole. Elle est d’abord de se laisser faire par un homme qu’il ne connait pas. Il se laisse enduire de boue les yeux et il écoute la parole qui lui dit d’aller se laver dans la piscine de Siloé.

Pour nous également, notre confession de foi, c’est d’être en confiance vis-à-vis de Jésus, d’écouter sa parole, c’est de témoigner de lui par notre vie et nos actes.

Nous sommes envoyés pour cela, être apôtre de cela.

 

Sa deuxième confession de foi, c’est tout simplement la confession de lui-même : « c’est moi » dit-il et il va être fidèle jusqu’au bout en répétant plusieurs fois dans le texte les événements qui lui sont arrivés dans l’exactitude de leur déroulement. Confession de foi sous forme de récit : « voilà ce que j’ai vécu, voilà ce que cela a transformé dans ma vie ». Et quand on lui demande des choses qu’il ne sait pas, il dit : « je ne sais pas ».

Pour nous également, notre confession de foi, c’est de partager tout simplement en quoi la rencontre avec le Christ change quelque chose dans notre vie. Et c’est cela que nos contemporains ont besoin pour être touché par l’Evangile.

Nous sommes envoyés pour cela, être apôtre de cela.

Confronté aux pharisiens, il va faire un pas de plus dans la compréhension de ce qui lui arrive et c’est sa 3ème confession de foi : « C’est un prophète ». Cette confession de foi il va la tenir contre l’opposition des pharisiens avec le simple bon sens qui comprend que seul celui qui vient de Dieu peut guérir un aveugle. Mais il va la payer au prix fort, celui d’être traité de pécheur-né et jeter dehors.

Pour nous également, notre confession de foi peut passer par l’épreuve de l’incompréhension, de l’opposition. Témoigner d’un Evangile qui libère bouscule trop les conformismes et les privilèges.

Nous sommes envoyés pour cela, être apôtre de cela.

Pendant tout ce temps, Jésus semble absent. Jésus ne réapparaît qu’à la fin et on a l’impression que Jésus l’a laissé seul témoigner et combattre. C’est peut-être le sentiment que l’on a quelque fois au cœur de nos combats. Mais n’est-ce pas preuve de respect pour nous, de foi en notre capacité de vérité et de justice ? N’est-ce pas foi en l’Esprit qui nous habite et nous habilite au témoignage ?

En tout cas, Jésus est là pour l’accueillir quand il est jeté dehors, exclu.

Devant Jésus, cet homme va garder cette même authenticité dont il a fait preuve depuis le début. Il ne sait pas qui est le fils de l’homme dont lui parle Jésus donc pas de raison d’y croire ! « Qui est-il pour que je croie en lui ?» Réponse étonnante ! Et oui, pour croire, il faut des raisons ! Jésus va lui en donner.

Le fils de l’homme, c’est celui qui t’a guéri, qui t’a donner capacité à le voir et c’est lui qui te parle.

Alors seulement peut jaillir sa 4ème confession de foi : « Je crois ». Nous sommes ici dans la lumière. Lumière qu’est Jésus lui-même, lumière d’un monde qui sort de l’exclusion, du mépris, de la fatalité. Lumière du royaume de Jésus à construire avec lui.

Nous sommes envoyés pour cela, être apôtre de cela par le simple fait de notre baptême.

Partager cet article

Repost 0
Published by aubonheurdedieu-soeurmichele - dans Homélies de Soeur Michèle
commenter cet article

commentaires

danielle nizieux mauger 02/04/2017 10:48

pour alainx...
heureusement, plus personne n'oserait dire ce qu'on vous a dit dans votre enfance. le discours a bien changé. mais la diable n'est jamais loin... des chrétiens réactionnaires voulant gouverner par la peur sont bien encore capables de tenir de tels propos. aujourd'hui cependant ceux qui ne peuvent entendre cela, ne s'y attardent pas et vivent leur rencontre avec le christ sans se soucier de ces parole tragiques , ou alors ils sont démoralisés et préfèrent partir. dommage pour l'Eglise, mais le christ saura les comprendre.

alainx 02/04/2017 12:05

@ Danielle,
Merci pour vos propos.
Vous dites : " .... vivent leur rencontre avec le christ sans se soucier de ces parole tragiques , ou alors ils sont démoralisés et préfèrent partir. dommage pour l'Eglise"
Les paroles tragiques que j'ai reprises, et il y en eut bien d'autres…, ne peuvent que marquer profondément comme une blessure, qui, si elle cicatrice avec le temps, laisse cependant une trace indélébile.
Pour cette raison, et pour d'autres qui dépassent largement ma petite personne, j'ai en effet préféré quitter l'église et toute religion.
il se fait, par ailleurs, que de par mon engagement professionnel, j'ai eu bien souvent l'occasion de recevoir des confidences de grands blessés de la sainte église catholique et qui ont largement déserté pour leur plus grand bien. Cela n'en a pas fait pour autant des gens épouvantables et infréquentables !
Je pense que ce sont plutôt des personnes qui intéressaient particulièrement Jésus…

J'ai bien évidemment continué à choisir délibérément Jésus comme « Maitre en existence ». son enseignement me pénètre, me transcende, et me grandit en humanité.
Pas besoin de religion pour cela… Fort heureusement d'ailleurs !
Je demeure cependant attentif et intéressé, et pour ne pas dire aimant, de certains « gens d'église » qui ont un discours différent de la parole officielle, sans pour autant la rejeter, ce que j'admire,… comme ici, sur ce blog, par exemple…
vous voyez, peut-être que je ne suis pas totalement sur une voie de perdition ! (Sourire)

danielle nizieux mauger 02/04/2017 10:38

analogie... signalée par le professeur ariane bendavid faisant un cours à la synagogue Copernic:le retour d'exil. Alors que l'exil , disait-on, était la conséquence du péché des générations d'enfants d'Israël, on trouve
dans Ézéchiel ( prophète du retour d'exil), cette même référence au fait qu'il n'est pas juste de payer pour les fautes des ancêtres. S'y ajoute la nécessité de savoir pourquoi ces fautes ont été commises afin de ne pas les reproduire. On n'est pas tout à fait dans le cas de l'aveugle -né -il n'y a pas de pourquoi ni de comment à cette cécité-mais on retrouve néanmoins l'idée de non persistance des conséquences de la faute ( l'inverse du péché originel en quelque sorte).

alainx 01/04/2017 17:22

"Et derrière cette explication se cache une ténèbre encore plus ténébreuse, celle qui nous fait imaginer un dieu qui punirait les fautes en envoyant des maladies. Quelle ténèbre !"
- On m'a dit autre chose à 12 ans quand la polio m'a entièrement paralysé : j'avais cette chance d'avoir été choisi par Dieu lui-même, pour que mon épreuve permette la sortie d'un certain nombre d'âmes du purgatoire.
Malheureusement on n'a pas précisé combien seraient sauvées grâce à moi ! 20 ?100 ? 5000 ? Dommage ! Je ne sais donc toujours pas quel bilan chiffré je devrais présenter devant Saint-Pierre !
Je précise que ces propos ont été tenus par un (saint?) Prêtre de la sainte église catholique.

mais sinon, je partage vos propos qui me « parlent ».
Tant du côté de la libération, que du côté de l'enchaînement religieux qu'évoque Jésus, et qui est toujours le même aujourd'hui dans cette fameuse sainte église catholique… Une religion ne sait pas faire autrement qu'embrigader. Et si certains chrétiens vivent « autrement », ce sont des individualités. Le discours officiel et collectif est sclérosant et mortifère à l'homme.
Dont acte.

aubonheurdedieu-soeurmichele 02/04/2017 11:03

voici le lien d'un article: http://aubonheurdedieu-soeurmichele.over-blog.com/article-les-fondamentaux-de-la-foi-5-la-volonte-de-dieu-88129521.html

aubonheurdedieu-soeurmichele 02/04/2017 11:00

Bonjour et merci pour votre commentaire. Si j'ai ce blog, c'est pour dire non aux discours sclérosants et mortifères et montrer que le christianisme a été défiguré. Et je suis heureuse que mon texte vous ait parlé. Ce que ce prêtre vous a dit est un scandale et me révolte.
Par contre, je ne pense pas que ma position soit si minoritaire que cela! Aujourd'hui, l'Eglise catholique est diverse avec beaucoup de courants de convictions différentes et opposées. Vous avez eu accès par mon blog avec une individualité mais beaucoup pourrait signer le texte que j'ai écrit. Pour continuer notre dialogue , je vais vous donner la référence d'un texte avec lequel, je pense vous serez en accord. Bien amicalement. Sr Michèle Jeunet

danielle nizieux mauger 27/03/2017 18:08

puis-je ajouter un autre axe de réflexion?
l'aveugle-né, c'est la victime innocente. Il porte les péchés des autres, croit-on, et lui fait-on croire. C'est donc celui qu'on rejette ; le bouc émissaire.
c'est donc une préfiguration de LA victime innocente qui est Jésus. Et la guérison , c'est la preuve que le péché n'est pas vainqueur. La résurrection du christ sera de façon totale et définitive, le signe que la victime innocente se relève et donc que la vie vainc la mort.
( on pourra se référer à René Girard)
d nizieux mauger

aubonheurdedieu-soeurmichele 28/03/2017 10:52

Super. Je signe!