Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 novembre 2021 1 01 /11 /novembre /2021 16:42
Homélie virtuelle sur l’évangile de Marc 12, 28-34

Ce dialogue entre Jésus et un scribe fait se poser quelques questions : comment peut-on associer l’amour à un commandement ? Peut-on aimer sur ordre ? Peut-on aimer par obéissance à un ordre ?

Et si ce commandement vient de Dieu, peut-on concevoir un Dieu qui commande ? Dieu est-il un commandant ?

Répondre par la négative à ces questions ouvre à une autre compréhension.

Dieu n’est pas un donneur d’ordre, le voir ainsi le défigure et ne donne pas envie de l’aimer !

Il n’est pas un donneur d’ordre mais il est celui qui aime, et mets en nous cette capacité d’aimer. Il ne donne pas un ordre mais une compétence, une possibilité. Il ne dit pas : tu dois aimer mais tu peux aimer, yes you can !

Et qu’est-ce qui est Premier ? C’est d’écouter au sens fort du terme qui est de mettre en œuvre cette capacité qui est en nous. Ecouter cette capacité qui fait vivre. Car la voilà la raison ! Aimer fait vivre, rend vivant. Non parce que c’est commandé mais parce que cela fait vivre.

Cela fait vivre de s’aimer soi-même ! Et oui on risque d’oublier ce 3ème amour ! « Aimer son prochain comme soi-même » Mine de rien cette phrase légitime l’amour de soi puisqu’il doit être la mesure de l’amour de l’autre. Il y a intérêt à beaucoup s’aimer pour aimer l’autre autant. L’amour de soi, nous en savons les difficultés, ne serait-ce que de ne pas avoir été assez aimé. Le chemin christique peut renforcer ce bon amour de soi car c’est à chacun, chacune de nous que Dieu dit « tu es Bien-Aimé-e ». (Marc 1,11)

Cela fait vivre d’aimer Dieu. Non par obligation, non pour payer une dette mais par un acte libre qui réjouit le cœur.

Pour finir, vous me direz peut-être que Jésus justifie cette notion de commandement puisqu’il le reprend à son tour. Mais là aussi un autre chemin peut s’ouvrir : celui d’admirer la délicatesse de Jésus qui entre dans le vocabulaire de l’autre sans le braquer sur des mots mais en allant à l’essentiel qui ici est l’union des trois amours pour Dieu, pour l’autre, pour soi. Trois qui n‘en font qu’un. Ecole de dialogue pour nous.

28 Un scribe qui avait entendu la discussion, et remarqué que Jésus avait bien répondu, s’avança pour lui demander : « Quel est le premier de tous les commandements ? »

29 Jésus lui fit cette réponse : « Voici le premier : Écoute, Israël : le Seigneur notre Dieu est l’unique Seigneur. 

30 Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de tout ton esprit et de toute ta force. 

31 Et voici le second : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Il n’y a pas de commandement plus grand que ceux-là. »

32 Le scribe reprit : « Fort bien, Maître, tu as dit vrai : Dieu est l’Unique et il n’y en a pas d’autre que lui.

Partager cet article
Repost0

commentaires

T
Entendu hier à la radio de la part d'un pasteur protestant :
"IL FAUT CESSER D'AVOIR PEUR DE DEPLAIRE A DIEU"
Agir par amour ne saurait donc jamais LUI déplaire. J'oserai ce corollaire ; 'il faut cesser de vouloir faire plaisir à Dieu"
Mon amour pour LUI n'est que le reflet du sien, IL m'a aimée en premier, et pour toujours.
MERCI MICHELE
Répondre