Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 juin 2012 2 26 /06 /juin /2012 00:17

Voici le 2ème texte de Katrin Agafia. Merci de nous faire partager son  commentaire de la fin du chapitre 8 de saint Marc.

 

Préférez-vous être cru ou être aimé ? Il y a toutes les chances que vous me répondiez être cru… Comment peut-on m’aimer si au départ on ne me croit pas… Quelle souffrance,  que  de se heurter à un  silence poli, quand il s’agit d’exprimer ce qui nous tient à cœur.

 

Jésus en fait lui aussi la douloureuse expérience. Il annonce le Royaume de toutes ses forces et ses amis sont préoccupés de ce qu’ils vont manger… il se sent seul et incompris : (en Marc 8, v 18) « vous avez des yeux et ne voyez pas ? Des oreilles et n’entendez pas » et plus loin (au v 21) « vous ne comprenez toujours pas ! ». Cela me fait penser à toutes les fois où nous disons à nos proches : «  Mais tu  ne vois  rien, tu ne comprends vraiment rien »…

Quel est donc ce message qui tient tant au cœur du Christ ? Il touche à notre façon de voir ou de concevoir Dieu…

 

Il y a très longtemps, un homme, nommé encore Abram, quitte son pays en réponse à un appel reçu de YHWH…A cette confiance donnée, Dieu répond par une promesse : (Genèse 11 v6) «  A ta semence, je donne ce pays. Abram construit un autel pour YHWH, qui s’est fait voir à lui »…Et plus loin, après avoir compris que ce Dieu ne désire pas le sacrifice de son fils Isaac, Abraham donne un nom au lieu du sacrifice :(Genèse 21, v6) « Abraham appelle ce lieu YHWH-voit. Ce lieu dont on dit aujourd’hui : sur la montagne, YHWH est vu ».

 

Dans un autre livre de la Bible, Job, après avoir tant vociféré contre Dieu, s’exclame : (Job 42 v 5) «  Je te connaissais par ouï-dire, maintenant que mes yeux t’ont vu, je me dissous, je me console  dans la poussière et la cendre » et plus loin au v 9, « YHWH relève la face de Job »

On pourrait prendre encore de nombreux exemples de ce type dans l’Ancien Testament.

Abraham, et Job, passent d’une image qu’ils se font de Dieu à une expérience avec Dieu. De cette expérience, ressort à chaque fois l’idée qu’ils ont vu Dieu ; dans le sens où ils ont compris un peu du visage de Dieu (en hébreu, on parle des faces de Dieu, au pluriel) : un Dieu de promesses, un Dieu tourné résolument vers la vie, un Dieu qui tient bon et relève toujours l’homme…Ce visage désormais, habite, imprègne, le cœur d’Abraham, de Job…Et l’image se transforme en  un lieu que Dieu habite et où Il se déploie.

 

Et c’est bien de ce Lieu-là, dont le Christ est  dépositaire.

Alors (en Marc 8 v22) malgré l’incompréhension, Jésus persiste : Il  touche un aveugle,  lui prend la main, l’entraîne hors du village et crache sur ses yeux pour que lui aussi, comme Abraham, comme Job,  il vive  une expérience de foi, de confiance, qui l’amène à Le voir Lui, le Christ. Au-delà de l’aveugle,  c’est bien chaque Homme qui est  ainsi amené par le Christ vers ce Lieu.

 

Quand ensuite, Jésus lance un sondage sur Sa personne, on se retrouve confronté une nouvelle fois à Son humanité, souffrant de ne pas être cru, compris… Il aimerait tellement que Sa parole soit entendue… Il est impatient devant la lenteur de ses amis... « Mais vous, qui dites-vous que je suis ? ».  Et de nombreuses interrogations  se dégagent de cette question: Que comprenez-vous de Moi ? Qui voyez-vous en Moi ? Etes-vous suffisamment solides dans votre foi pour accueillir  ce que je vais vous dire, ce que je vais vivre ? Etes-vous capables d’accéder avec Moi, à ce Lieu où Dieu se tient ?

Pierre, « en premier de la classe », donne aussitôt la bonne réponse : « Tu es le Christ ! ». On peut imaginer Jésus rassuré de se sentir reconnu pour ce qu’Il est… Confiant, Il se met alors à enseigner, à ouvrir un chemin, qui mènera à la Croix puis  à la Résurrection. Il ose déplacer les conceptions et les images qui entourent l’idée de Dieu chez ses  contemporains. Et ce n’est pas sans mal. Arrêtons-nous quelques instants pour comprendre de l’intérieur ce que dit Jésus :

Dans quelque temps,  Pilate dira «  Voici l’Homme »  devant le Christ défiguré. L’homme, seule image explicite  de Dieu que la Bible nous dévoile (« Dieu dit faisons un Adam à notre image comme à notre ressemblance » Genèse 1 v 26). En Christ, «  Voici l’Homme », par excellence : un homme, torturé, humilié  essence même de Dieu : en Christ, voici Dieu. Folie de Dieu au vu de la sagesse des hommes ou sagesse de Dieu qui se fait proche nous, pour devenir  Lui-même ce Lieu où la rencontre est possible. Et  Il  s’y révèle grand par Son impuissance, lumineux par Sa fragilité, infiniment présent par son silence. Ce n’est plus Jésus qui vient toucher l’aveugle, c’est le Tout Autre qui se laisse toucher en ce lieu où même l’inavouable se dit.

 

Intenable pour Pierre… Et Jésus  de se retourner… (v33)  J’ose imaginer qu’un changement s’opère en Jésus à cet instant : ce qu’Il vient d’annoncer, sa mise à mort, il en  prend conscience. Non sans angoisse,  à ce moment, Il sait qu’Il y goûtera bientôt… Les mots ne suffisent plus… La croix deviendra le  Lieu où  s’expérimente la proximité, l’engagement de Dieu pour l’homme : ce n’est plus l’homme qui expérimente Dieu, c’est Dieu qui expérimente l’homme.

Mais ce Lieu-là n’est rien, s’il n’est pas traversé par une expérience de vie plus forte que la mort. Nos obscurités sont vides de sens, si elles ne peuvent s’appuyer sur la main indéfectible d’un Souffle de Vie. Retrouvons alors Pierre, quelque temps plus tard… Il court vers le tombeau vide…Il a vécu du dedans le temps de la croix, le temps de la séparation, de l’absence. « Il entre alors dans le tombeau. Il voit et il croit. ».Jean 20 v 8.

Il voit non seulement le linge, mais bien au-delà, comme Abraham, comme Job,  il voit un peu du visage de Dieu, Il accède à la rencontre du Vivant : Hamakom est un de ses noms en hébreu. Hamakom signifie le Lieu…

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by aubonheurdedieu-soeurmichele - dans Invité-es
commenter cet article

commentaires