Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 juillet 2014 6 12 /07 /juillet /2014 21:50

 

 

 

Voici que qu’écrit Raymond Winling à propos du  théologien Paul Tillich  (1886-1965)

« Tillich est un croyant convaincu que le christianisme apporte le plus authentique message de salut que l’homme puisse trouver sur cette terre.

 Mais il constate que ce message n’est pas compris. Tout se passe comme si les déformations et les distorsions se multipliaient et rendaient impossible une perception qui ne soit pas caricaturale. ..

Le fossé s’élargit de plus en plus entre la théologie et la pensée des laïcs qui vivent dans un monde placé sous le signe de la science.

D’où vient ce divorce entre le message chrétien et la pensée moderne ?...

Tillich sait quel rôle a joué la pensée de type scientifique avec son impérialisme exclusif.

Mais il voit d’autres raisons : il se montre sévère pour les Eglises chrétiennes qui vivent sur le passé et se montrent incapables  de trouver un langage adapté à l’homme moderne.

Que faire ?...

Partir de l’homme et des ses questions d’aujourd’hui, faire appel à ses intuitions, le conduire vers le Dieu qui lui parle à travers l’Ecriture et lui apporte la réponse aux questions vitales que la science se montre incapable d’assumer de façon valable. »

(La théologie contemporaine, Ed le Centurion, 1983, page 244)

 

Tillich est mort au moment du Concile Vatican II. Depuis beaucoup de théologiens ont su relever le défi et travailler à combler le divorce dont il parle. Mais il reste encore beaucoup à faire et surtout comment cela a-t-il rejoint le terrain des paroisses, des homélies, des catéchismes, des mentalités… ?

 

Quand cessera-t-on définitivement de penser que la Bible « est » la Parole de Dieu de manière fondamentaliste ? Alors qu’elle est une parole d’hommes marquée par leurs limites, leurs préjugés, leurs intérêts.  Et à ces hommes,  Dieu essaie avec patience d’insuffler une conversion : conversion de toutes ces fausses images qu’ils se font de Lui … Lente, patiente pédagogie. Le passage de la mer rouge, par exemple,  n’est pas l’acte d’un dieu qui ferait périr des soldats égyptiens mais, sous la forme de ce récit, la conscience qu’Israël a eu d’un Dieu qui dit non à l’esclavage.

 

Quand cessera-t-on définitivement d’instrumentaliser la Bible pour justifier des conceptions   qui enferment dans des schémas intouchables ?  Par exemple : « Homme et femme, il les créa », n’est pas le sceau d’une volonté de Dieu qui instituerait le mariage, mais le signe du respect et la raison de toute différence dont le féminin et le masculin sont le paradigme.

Ou encore, le choix des évangiles de relater la présence  de 12 apôtres masculins n’indique pas une  détermination du Christ à exclure les femmes des ministères,  mais renvoie à  la conscience de la première communauté chrétienne d’être le nouvel Israël.

 

Quand cessera-t-on définitivement de penser la croix du Christ comme le prix à payer pour que Dieu pardonne ? Il s’agit au contraire de saisir à quel point les actes du Christ, ses paroles, ses décisions ont été  et sont, encore aujourd’hui,  libérateurs, provoquant  la mise en danger de toute forme de totalitarisme, fut-il religieux.  Alors la croix n’est  plus le prix à payer mais l’aboutissement d’un chemin de liberté.

 

Quand cessera-t-on définitivement de penser que Dieu aurait écrit dans un grand livre les choix importants de nos vies, auxquels Il nous aurait, par ailleurs,  prédestinés ? C’est oublié que  Dieu s’inscrit au creux de notre liberté. C’est oublié que Sa tendresse nous supplie simplement  d’être nous-mêmes,  d’être  heureux-se .

 

Quand cessera-t- on d’enfermer l’humain dans une faute originelle, qui le dépasse ? N’est-il pas urgent de changer notre regard sur l’être humain ? La Bienveillance est inscrite, gravée en tout homme, toute femme. Elle est  plus résolue que la culpabilité, plus forte que la désespérance, plus tenace que la cruauté. Un Autre nous l’a dit : notre réalité ultime s’écrit en lettres de tendresse. 

 

Katrin Agafia et Michèle Jeunet

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by aubonheurdedieu-soeurmichele - dans fondamentaux de la foi
commenter cet article

commentaires

le voyageur 18/07/2014 13:14

@ Katrin
Ça ferait plutôt pleurer cette religion si déviante en bien des aspects à raison des positions de ses (in)dignitaires....
non ?
Personnellement je l'ai quittée, de manière à retrouver Jésus....

Katrin 18/07/2014 12:14

Genre...ils nous feront toujours rire...(je parle des choix faits pour préparer à la première communion!)
Certes, cela risque d'être long avant que l'institution vive réellement le Royaume, mais Il habite déjà le cœur de beaucoup d'entre nous et ça, nous devons leur dire !

le voyageur 17/07/2014 19:56

La réponse à tout ces "quand" sera......... au choix :
- dans les siècles des siècles
- quand les poules se laveront les dents
- quand "nous nous seront morts mon frère"

parce que j'ai lu il y a peu, et ce n'est qu'un exemple, qu'en 2014, on prépare toujours les enfants à leur "première communion" en leur expliquant, qu'il ne faut pas mordre dans l'hostie, vu que
ça ferait mal au corps Jésus....

Alors donc....
Bon amusement à tous.... !

T hérèse Hillion 14/07/2014 18:53

Un peu de science écarte de Dieu, beaucoup de science y ramène

Else 13/07/2014 10:38

Merci!