Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 octobre 2013 3 09 /10 /octobre /2013 17:35

Je poursuis ma défense du « genre ».

Les études du genre sont  d’abord un combat pour l’égalité des hommes et des femmes.

La littérature va continuer à nous « enseigner » par un roman d’Anne Perry.

Ces livres se situent dans l’Angleterre victorienne. Ils sont passionnants au niveau de l’intrigue policière mais aussi des tableaux saisissants de la société anglaise au 19ème siècle. Et tout particulièrement sur la situation inégalitaire des hommes et des femmes.

Les romancier-es sont souvent les meilleur-es pour nous bouleverser et nous faire prendre conscience des injustices. (Hier, Victor Hugo et tant d’autres, aujourd’hui, Anne Perry, Ken Follet etc.)

 

Le texte que vous allez lire se situe vers la fin d’un de ses livres : le mariage impossible. ( pages 252 à 261 aux Editions 10/18)

On y apprend que Monsieur Killan Merville était en fait une femme.

 

-Je me place du point de vue médical ! protesta le témoin avec une férocité inattendue. Physiquement, c’était une femme comme une autre.

-Dans ce cas pourquoi s’habillait-elle comme un homme ? hurla Sacheverall. Pourquoi se comportait-elle comme un homme, pourquoi affectait-elle d’être un homme ?

-En réalité, elle s’appelait Keelin…Elle était brillante. Enfant déjà, les beaux édifices la fascinaient…

Keelin dessinait sans cesse, mais elle n’avait aucune envie de devenir peintre, bien que son père la poussait dans ce sens. Elle ne dessinait que pour saisir les structures, pour voir sur le papier l’œuvre achevée. Le dessin en lui-même ne l’intéressait pas. Et puis, elle ne se contentait pas de reproduire les édifices des autres, elle créait aussi les siens. Elle possédait un vrai talent pour cela.

Mais bien sûr, aucune école d’architecture n’eût accepté une fille parmi ses élèves.

Keelin ne s’avoua pas vaincue pour autant… Elle finit par obtenir une place d’assistante auprès d’un professeur. Elle effectuait du classement pour lui, recopiait ses notes et absorbait tout ce qu’il enseignait à ses élèves.

Elle resta plusieurs années à ce poste, consciente que, bien qu’elle eut pu réussir brillamment tous les examens, elle ne serait jamais prise au sérieux comme architecte et n’obtiendrait pas de travail tant qu’elle resterait une femme.

Elle avait de longs cheveux châtains avec de magnifiques reflets dorés. Elle les a coupés.

Elle s‘est fait passer pour un garçon dans le seul but d’entendre le cours d’un conférencier extérieur et d’être traitée en étudiant et non en domestique, de pouvoir poser des questions et de recevoir directement des réponses…

Le stratagème a fonctionné…personne ne s’est douté que c’était une fille. Elle est rentrée chez elle et a pleuré toute la nuit. Puis elle a pris sa décision. Dès lors, elle s’est fait appeler Killian et  pour tout le monde sauf moi, elle est devenue un homme.

Cela est arrivé à d’autres dans le passé, précisa Wolff. Des femmes ont du se faire passer pour des hommes en vue d’exploiter les dons que Dieu leur avait donnés, car nos préjugés ne leur permettaient pas de rester elles-mêmes.

Deux voies s’ouvraient à celles qui ne voulaient pas se laisser étouffer :

soit agir comme l’ont fait beaucoup de femmes peintres ou compositeurs de la Renaissance, qui présentaient leurs œuvres sous le nom d’un frère ou d’un père,

soit suivre l’exemple du sergent Barry, de l’armée britannique, ici en Angleterre et s’habiller en homme : comment elle s’y est prise et comment elle a pu donner le change dans la vie quotidienne, je l’ignore. Toujours est-il qu’elle a réussi ! Peut-être certaines personnes connaissaient-elles son secret, mais les autorités, pour leur part, ne l’ont appris qu’après sa mort. Et elle comptait parmi les meilleurs chirurgiens, c’était une pionnière en matière de techniques opératoires.

Keelin me parlait souvent d’elle…

Elle admirait son courage et son talent et elle enrageait à l’idée que cette femme ait dû dissimuler sa nature durant toute sa vie d’adulte, nier la moitié de sa personnalité pour permettre à l’autre de se réaliser.

Si, par moment, elle nous haïssait de lui faire subir cela, je pense que nous avons mérité cette haine.

 

Cette situation n’existe plus en Angleterre et dans beaucoup d’autres pays. Mais elle est encore réelle dans d’autres.

 

Pakistan : Les filles encore interdites d’école

Publié le 7 janvier 2009 par Veille-Education1

Pour les Talibans, l’éducation des filles est contraire à l’Islam et l’un des chefs talibans a déclaré à la radio « qu’à partir du 15 janvier, les filles ne seront plus autorisées d’aller à l’école » dans la vallée pakistanaise de Swat (ancienne région touristique du pays située dans la province de la Frontière du Nord-Ouest). Il y a trois ans, plus de 120 000 filles étaient inscrites dans les écoles de la région qui compte une population de quelque 1,8 million personnes. Aujourd’hui seules 40 000 filles sont toujours officiellement inscrites. La moitié d’entre elles ont cependant dû abandonner les cours en raison de la destruction de leurs écoles. Au cours de l’année 2008, environ 134 écoles ont été détruites dans la région. « Plus de 30% des filles ont abandonné l’école entre 2006 et 2007 en raison des déclarations diffusées sur les ondes radio du mollah Fazlullah, l’un des leaders talibans » a déclaré l’un des fonctionnaires du ministère de l’éducation de la province. 
The Washington Times, 5 janvier 2009, http://washingtontimes.com

http://veille-education.org/2009/01/07/pakistan-les-filles-encore-interdites-decole/

 

Ou encore cette  video

http://www.planfrance.org/droits-des-filles/privees-d-ecole/?utm_source=ST_b2d1&utm_medium=emailing&utm_campaign=BIAAG13&utm_content=mob

 

Quinze pays interdisent aux femmes de travailler sans l’accord de leur mari

 

http://www.la-croix.com/Actualite/Monde/Quinze-pays-interdisent-aux-femmes-de-travailler-sans-l-accord-de-leur-mari-2013-09-25-1024863#.UkM5h8seGz4.facebook

Partager cet article

Repost 0
Published by aubonheurdedieu-soeurmichele
commenter cet article

commentaires