Mardi 1 novembre 2011 2 01 /11 /Nov /2011 11:56

 

Un constat : en parlant de Dieu, nous disons il et non pas elle. Nous parlons donc de Dieu au masculin. L’art a globalement utilisé des images masculines pour « peindre » Dieu (Le vieillard barbu de la chapelle sixtine par exemple ). Il y a là une vraie difficulté parce que  Dieu n’est ni masculin, ni féminin. Cependant, on ne peut pas se passer d’image, de mot pour dire Dieu. Ces images, ces mots, nous ne pouvons les prendre que dans notre réalité humaine .Donc en soi employer des images et des mots au masculin est légitime à condition d’employer aussi des images et des mots au féminin.

 

Pour les femmes, il y a un grand avantage à employer des images à la fois masculines et féminines de Dieu. Les images masculines les situent en altérité, aident à se vivre épousée par Dieu. Les images féminines les situent en ressemblance avec Dieu, à l’image de Dieu, c’est à dire que la féminité se situe alors en inclusion du divin et non en exclusion.

Pour les hommes aussi, il y a un grand avantage à employer à la fois des images masculines et féminines de Dieu. Images féminines : cela les situe aussi en altérité face à Dieu, et leur permettrait d’avoir vis à vis de Dieu une plus grande attitude d’affection et de tendresse ( se découvrir épousé par Dieu) et aussi cela aiderait certains à ne pas se prendre pour des dieux !

J’ai employé le conditionnel car ces images féminines de Dieu sont encore loin d’être utilisées.

 

Ces images féminines existent dans la Bible, en petit nombre, certes, mais d’autant plus significatives qu’elles ont réussi à exister dans une culture patriarcale. Ces images, encore aujourd’hui sont peu mises en valeur et quelquefois occultées par les traductions. Elles été bien remarquées dans le livre de Virginia.R. Mollenkott, Dieu au féminin, Centurion, 1990 :

 

1- Dieu comme une mère qui a mis au monde :

-Nous trouvons cela dans la bouche de Moïse quand il se plaint à Dieu que la charge de ce peuple est trop lourde ; Il lui dit :

« Est-ce moi qui ai conçu tout ce peuple ?

moi qui l’ai mis au monde ? » Nb 11/11

 

2-Dieu comme une aigle femelle qui protège ses oisillons

« Il l’entoure, il l’instruit, il veille sur lui comme sur la prunelle de son œil, il est comme l’aigle qui encourage sa nichée, il plane au-dessus de ces petits, il déploie toute son envergure, , il les prend et les porte sur ces ailes » Dt 32/6

Pourquoi dire « il » alors que visiblement il s’agit des actions d’une mère-aigle ?

On peut prier ces mots en disant : « elle » pour nous situer devant Dieu qui m’entoure, m’instruit, veille sur moi comme on veille sur la prunelle de son œil, qui m’encourage, qui me prend et me porte sur ses ailes.

 

3-Dieu comme une femme qui est en travail d’enfantement pour libérer son peuple

«Depuis longtemps, j’ai gardé le silence, je me taisais, je me retenais de parler ; comme la femme qui enfante, je gémissais, je soufflais, j’étais haletant… Je conduirai les aveugles sur la route, je les mènerai par des sentiers qu’ils ne connaissent pas. Les ténèbres pour eux deviendront lumière, je leur aplanirai les endroits difficiles, voilà ce que je ne manquerai pas de faire. » Is 42/14 et 16 

 

4-Dieu comme une femme qui n’abandonne pas ses enfants

« Sion disait : Yahvé m’a abandonné, le Seigneur m’a oublié.

Une femme oubliera-t-elle son nourrisson, oublie-telle de montrer sa tendresse à l’enfant de sa chair ?

Même si celle-là oubliait, moi je ne t’oublierai pas. Voici que sur mes paumes, je t’ai gravé » Is49/15

 

5-Dieu comme le sein maternel

Ici il faut faire un peu d’hébreu. Quand dans l’Ancien Testament,  il est question de miséricorde, on  a le mot Rahamin= miséricorde, on a une image féminine. Car le mot miséricorde est tiré du mot  rehem qui veut dire sein maternel, utérus. La miséricorde de Dieu, c’est ses entrailles de mère.

Par exemple en Dn 9/9 : « au Seigneur notre Dieu appartiennent la miséricorde et le pardon »

Il a 102  mentions de la miséricorde dans la Bible, donc 102 fois mention des entrailles maternelles de Dieu

A chaque fois donc qu’on rencontre le mot miséricorde dans la Bible, nous sommes devant une image féminine de Dieu.

 

6-Dieu comme une femme qui fait lever son pain

« Quelle image puis-je donner du Royaume de Dieu ? Il est tout comme le levain qu’une femme prend et enfouit dans trois mesures de farine jusqu’à ce que tout soit levé »  Lc 13/21

 

7-La manière particulière dont Jésus parle de Dieu

 « Les images paternelles de Dieu se prêtent à une grande diversité d’interprétation, y compris celle de la colère ou de la vengeance. Au contraire, les images du langage maternel de Dieu vont toujours dans le même sens : un amour incontournable qui ne se fatigue jamais ». Voilà ce qu’écrit le Frère Emmanuel de Taizé dans son livre, un amour méconnu à la page 168.

Cela l’amène à dire que l’image de Dieu que présente Jésus ressemble autant, sinon plus à un comportement de mère que de père.

*Dieu qui se veut proche de chacun Mt 10/7 ; Mc 1/15 ; Lc9/10 ; Jn 14/23

*Dieu d’amour qui recherche inlassablement les plus éloignés et qui ne veut abandonner personne : Mt18/12-14 ; Mc 2/16-17 ; Lc15/4-32 ; Jn 3/16-17

*Dieu qui veut guérir les blessures, au pardon toujours offert : Mt9 :10-13 ; Mc2/3-12 ; Lc 15/11-32 ; Jn 8/3-11

*Dieu qui ne demande qu’accueillir et être accueilli : Mt10/40 ;Mc9/37 ; Lc 19/2-10 ; Jn 14/2-3 et 23

*Dieu qui désire être intensément aimé : Mt22/37-38 ; Mc12/30 ; Lc10/27 ; Jn21/15-17

*Dieu rejeté qui continue à aimer jusqu’au bout : Lc23/33-34 ; 18/25-27 avec 21/15-17.

 

Par aubonheurdedieu-soeurmichele - Publié dans : fondamentaux de la foi - Communauté : spiritualités de bonheur et de liberté
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Recherche

Calendrier

Juillet 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      
<< < > >>

Créer un Blog

Partager

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés