Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 mai 2014 1 26 /05 /mai /2014 17:09

Une chanson pour se redonner du courage pour dire non au mauvais vent de la haine, de la bétise, de l’ignorance, de l’égoïsme.

Une excellente video sur youtube et le texte de la chanson.Merci à Pierre Perret.

 

http://www.youtube.com/watch?v=NBG8c0rB16w

 

 

Sait-on pourquoi, un matin,
Cette bête s´est réveillée
Au milieu de pantins
Qu´elle a tous émerveillés
En proclamant partout, haut et fort :
"Nous mettrons l´étranger dehors"
Puis cette ogresse aguicheuse
Fit des clones imitatifs.
Leurs tirades insidieuses
Convainquirent les naïfs
Qu´en suivant leurs dictats xénophobes,
On chasserait tous les microbes.

Attention mon ami, je l´ai vue.
Méfie-toi : la bête est revenue!
C´est une hydre au discours enjôleur
Qui forge une nouvelle race d´oppresseurs.
Y a nos libertés sous sa botte.
Ami, ne lui ouvre pas ta porte.

D´où cette bête a surgi,
Le ventre est encore fécond.
Bertold Brecht nous l´a dit.
Il connaissait la chanson.
Celle-là même qu´Hitler a tant aimée,
C´est la valse des croix gammées
Car, pour gagner quelques voix
Des nostalgiques de Pétain,
C´est les juifs, encore une fois,
Que ces dangereux aryens
Brandiront comme un épouvantail
Dans tous leurs sinistres éventails.

Attention mon ami, je l´ai vue.
Méfie-toi : la bête est revenue!
C´est une hydre au discours enjôleur
Qui forge une nouvelle race d´oppresseurs.
Y a nos libertés sous sa botte.
Ami, ne lui ouvre pas ta porte.

N´écoutez plus, braves gens,
Ce fléau du genre humain,
L´aboiement écœurant
De cette bête à chagrin
Instillant par ces chants de sirène
La xénophobie et la haine.
Laissons le soin aux lessives
De laver plus blanc que blanc.
Les couleurs enjolivent
L´univers si différent.
Refusons d´entrer dans cette ronde
Qui promet le meilleur des mondes.

Attention mon ami, je l´ai vue.
Méfie-toi : la bête est revenue!
C´est une hydre au discours enjôleur
Dont les cent mille bouches crachent le malheur.
Y a nos libertés sous sa botte.
Ami, ne lui ouvre pas ta porte.
Car, vois-tu, petit, je l´ai vue,
La bête. La bête est revenue.

Repost 0
Published by aubonheurdedieu-soeurmichele - dans chanson et musique
commenter cet article
24 mai 2014 6 24 /05 /mai /2014 20:07

Thomas-2.jpg

Evangile de Jésus-Christ selon saint Jean (20, 19-29)

Le soir venu, en ce premier jour de la semaine, alors que les portes du lieu où se trouvaient les disciples étaient verrouillées par crainte des Juifs, Jésus vint, et il était là au milieu d’eux. Il leur dit : « La paix soit avec vous ! »  Après cette parole, il leur montra ses mains et son côté. Les disciples furent remplis de joie en voyant le Seigneur.  Jésus leur dit de nouveau : « La paix soit avec vous ! De même que le Père m’a envoyé, moi aussi, je vous envoie. »  Ayant ainsi parlé, il souffla sur eux et il leur dit : « Recevez l’Esprit Saint.  À qui vous remettrez ses péchés, ils seront remis ; à qui vous maintiendrez ses péchés, ils seront maintenus. »

 Or, l’un des Douze, Thomas, appelé Didyme (c’est-à-dire Jumeau), n’était pas avec eux quand Jésus était venu.  Les autres disciples lui disaient : « Nous avons vu le Seigneur ! » Mais il leur déclara : « Si je ne vois pas dans ses mains la marque des clous, si je ne mets pas mon doigt dans la marque des clous, si je ne mets pas la main dans son côté, non, je ne croirai pas ! »  Huit jours plus tard, les disciples se trouvaient de nouveau dans la maison, et Thomas était avec eux. Jésus vient, alors que les portes étaient verrouillées, et il était là au milieu d’eux. Il dit : « La paix soit avec vous ! »  Puis il dit à Thomas : « Avance ton doigt ici, et vois mes mains ; avance ta main, et mets-la dans mon côté : cesse d’être incrédule, sois croyant. »  Alors Thomas lui dit : « Mon Seigneur et mon Dieu ! »  Jésus lui dit : « Parce que tu m’as vu, tu crois. Heureux ceux qui croient sans avoir vu. »

 

 

* Les portes sont fermées à double tour, et la peur est palpable dans toute la maison. Les disciples n’en reviennent toujours pas. Ils ont vu le maître. Tous, sauf Thomas. Immense déception pour cet apôtre, qui devra se contenter d’un simple témoignage de la résurrection… Jésus prend alors l’initiative d’une rencontre, avec Son disciple…

Comme pour Thomas, Jésus connaît mes déceptions, mes doutes, mes espoirs enfouis. Il aspire à me rencontrer. Il me devance  toujours et guette patiemment ma réponse. Je prends le temps d’accueillir le Christ  dans ma vie par un geste, un mot, un silence habité.

 

 

* Il est là au milieu d’eux, alors que tout est verrouillé, jusque dans leur cœur. « Soyez en paix » leur dit- Il. Pas de reproche, pas de jugement dans Sa bouche, juste un cadeau et quel cadeau! 
         J’écoute Jésus me dire avec tant de sollicitude:

« La paix soit avec toi », aujourd’hui. Je laisse cette paix descendre au plus profond de mon être. Je la reçois comme un baume sur mes peurs, mes angoisses, mes colères.

 

 

* Stupéfait et heureux de revoir son ami, Thomas fixe alors  Jésus. Ses yeux s’arrêtent sur Ses mains, sur Ses pieds, sur Son côté. Il se souvient de cette mort atroce sur la croix et de l’Amour qui habitait son maître, jusqu’au     bout.
La croix, ce lieu où le chemin de Dieu et le chemin des hommes  s’unissent à tout jamais.  La croix, ce mystère où seules les larmes ont encore la parole.

         Avec Thomas, je fixe Jésus: Ses mains, Ses pieds, Son côté.

En silence, je contemple Sa croix, Sa vie donnée, par Amour… car seul l’Amour est capable de se laisser ainsi déposséder.

Je confie à Dieu tous ceux que la douleur accable, ceux que je porte en mon cœur, ceux dont le silence fait juste écho à mon impuissance.

 

* Tiré de sa contemplation, Thomas est invité à toucher les plaies de Jésus, à faire une expérience concrète de la résurrection. Aujourd’hui, nous sommes, nous aussi, invités à toucher les mains, les pieds du Christ…mais autrement que Thomas ; souvenez-vous : « Ce que vous avez fait aux plus petits des miens, c’est à moi que vous l’avez fait ». Nos actes d’amour concrets  sont comme une autoroute qui nous mène vers Dieu.
         Mes mains sont faites pour aimer, soigner, consoler, rassurer, caresser… J’ouvre mes mains, je les regarde, je les tourne vers Jésus.

Je me souviens de toutes ces fois où j’ai touché Ses plaies, à travers les blessures de mes sœurs, de mes frères.

 

 

* « Parce que tu as vu, tu crois, heureux ceux qui croient sans avoir vu ».

Et si la foi n’était pas une question de connaissances, mais de confiance, d’expérience avec le Dieu vivant ? Si la foi était un chemin d’intimité où Dieu  se laisse toucher à l’endroit même où Il a été blessé ? Loin d’une adhésion à une idéologie, il s’agirait alors d’un cœur à cœur…
         Comme  Thomas, je pose ce soir un acte de foi, de confiance:

« Mon Seigneur et mon Dieu ». Jésus aussi me fait confiance en  me dévoilant Sa fragilité, en se laissant toucher. Je laisse alors  parler mon cœur, et Son souffle d’Amour nous  traverser, Lui et moi, pour l’éternité.

 

 

 

 

Repost 0
Published by aubonheurdedieu-soeurmichele - dans Invité-es
commenter cet article
18 mai 2014 7 18 /05 /mai /2014 21:31

JB-par-Arcabas.jpg

Tableau du peintre Arcabas

 


[4] Jean le Baptiste fut dans le désert, proclamant un baptême de repentir pour la rémission des péchés.

[5] Et s'en allaient vers lui tout le pays de Judée et tous les habitants de Jérusalem, et ils se faisaient baptiser par lui dans les eaux du Jourdain, en confessant leurs péchés.

[6] Jean était vêtu d'une peau de chameau et mangeait des sauterelles et du miel sauvage.

[7] Et il proclamait : "Vient derrière moi celui qui est plus fort que moi, dont je ne suis pas digne, en me courbant, de délier la courroie de ses sandales.

[8] Moi, je vous ai baptisés avec de l'eau, mais lui vous baptisera avec l'Esprit Saint."


1-Le lieu de Jean

Il est dans un désert où coule un fleuve. Pourquoi ce choix de Jean ?

Le désert, un lieu où l’on peut mourir.

Un fleuve, un lieu de vie.

Un lieu de passage de la mort à la vie.

Quels sont mes déserts ? Quels sont mes fleuves ?

 

2-Un baptême de conversion

Entendre l’appel à être plongé-e dans l’eau.

Ici c’est l’eau qui peut faire mourir. S’enfoncer dans l’eau, c’est accepter que meurt ce qui m’empêche de vivre mieux pour naître à la vie.

Naître à la vie, c’est cela se convertir. C’est donc quelque chose de désirable : renoncer à ce qui gâche ma vie et m’ouvrir à ce qui la fait réussir davantage.

Quel appel pour moi ?

 

3-La sobriété de Jean.

Regarder son vêtement, son alimentation.

Pourquoi ce choix ? Il est en cohérence avec ce qu’il dit.

Quelle sorte de sobriété à mettre dans ma vie pour plus de cohérence avec ce que je crois et ce que je dis ?

 

4-« Il est plus fort que moi, il vous baptisera dans l’Esprit saint »

Entrer dans ce regard de Jean sur Jésus. Regard d’admiration. Regard de contemplation qui sait voir dans l’humilité de Jésus, celui qui vient de Dieu et qui est Dieu. Celui qui donne l’Esprit, celui ne cesse de donner l’Esprit de toujours à toujours, en tout lieu en tout temps.

 

 

Repost 0
Published by aubonheurdedieu-soeurmichele - dans REP
commenter cet article
13 mai 2014 2 13 /05 /mai /2014 11:54

[1] Commencement de l'Évangile de Jésus Christ Fils de Dieu :

[2] Ainsi qu'il est écrit dans le livre du prophète Ésaïe, Voici, j'envoie mon messager en avant de toi, Pour préparer ton chemin.

 

[3] Une voix crie dans le désert : Préparez le chemin du Seigneur, Rendez droits ses sentiers.

 

 

1-Commencement

Gouter l’espérance contenu dans ce mot. Rien n’est perdu, rien n’est fermé, rien n’est fini pour Dieu. Quelque chose peut toujours commencé, recommencé.

Qu’est-ce j’aimerai qui commence dans ma vie ?

 

2-Bonne nouvelle de Jésus

Que de trésors dans ces 3 mots !

Bonté-Nouveauté-Jésus.

C’est bon, c’est nouveau et c’est Jésus.

Jésus est une bonne nouvelle.

C’est lui la « nouvelle », la nouveauté, l’irruption de la bonté à l’état pur.

Pour moi, en quoi Jésus est-il une bonne nouvelle, en quoi apporte-t-il du radicalement neuf ?

 

3-Préparez le chemin du Seigneur.

C’est la vocation de Jean le baptiste. Et c’est la nôtre aussi.

Nous étonner : pourquoi Jésus a-t-il besoin que nous lui préparions le chemin ?

Préparer…Comme on prépare une table. Mais ce sera quelqu’un d’autre qui apportera l’essentiel, c'est-à-dire la nourriture du repas.

Préparer, c’est d’abord son propre cœur. Car Dieu est impuissant devant un cœur fermé.

Préparer, c’est s’ouvrir, désirer, ouvrir les mains, les avoir vides pour accueillir.

Préparer, c’est la part active qui nous revient. Mais c’est Dieu qui donnera.

 

Que puis-je préparer en moi pour l’accueillir ?

Repost 0
Published by aubonheurdedieu-soeurmichele - dans REP
commenter cet article
5 mai 2014 1 05 /05 /mai /2014 14:16

 

 

Des questions, des réponses, des réflexions...

TED, pour élargir notre vision du monde.

 

Vous allez découvrir des milliers de videos par des spécialistes dans  divers domaines de la connaissance.

Un élargissement du cœur au dimension du vaste univers !

 

Quelques exemples parmi les plus récentes :

les 3 agences qui ont le pouvoir de faire et défaire l’économie

comment j’ai vaincu le trac

ce que j’ai appris de Nelson Mandela

ce que peuvent nous apprendre les galaxies très lointaines

les appareils du futur pourront-ils lire les images depuis notre cerveau


Cet article est sur le site des Sœurs du Cénacle :

 

http://www.ndcenacle.org/page-1244.html

 

Beaucoup de ces videos sont en anglais mais vous pouvez demander la traduction. Elle apparait sous la video.

Repost 0
Published by aubonheurdedieu-soeurmichele - dans Projecteur sur...
commenter cet article
3 mai 2014 6 03 /05 /mai /2014 22:39

46the road to emmaus

Depuis le début de l’année, j’écris de temps en temps un commentaire de l’Evangile du dimanche dans l’hebdo de Témoignage Chrétien.

Vous pouvez aller  lire celui du 3ème dimanche de Pâques en cliquant sur le lien :

http://temoignagechretien.fr/articles/commentaires-spirituels/une-rencontre-qui-peut-tout-changer

 

 

Cela  vous permettra, si vous ne la connaissez pas,  de découvrir cette excellente revue

Repost 0
Published by aubonheurdedieu-soeurmichele - dans Homélies de Soeur Michèle
commenter cet article
30 avril 2014 3 30 /04 /avril /2014 16:23

  

Voici l’annonce d’une conférence pour celles et ceux qui sont en région parisienne.

Elle a l’intérêt de ne pas se lamenter mais de montrer comment par des actions concrètes il est possible de lutter contre les discriminations au sein même des religions.

 

Conférence - débat du Comité de la Jupe

Lundi 12 mai 2014

20h30

Eglise st Merri

76 rue de la Verrerie

75004 Paris

Métros: Hôtel de ville, Rambuteau

Machisme des religions: comment en finir?

« Les religions sont intrinsèquement machistes: supprimons les!... »

 « Il n'y a aucun problème, d'ailleurs les femmes sont admirables... »

 « Patience, les choses évoluent... »

 « Ne baissons pas les bras, changeons les choses de l'intérieur... »

 « Les femmes au pouvoir!... »

 

Mais assez discuté. Place aux propositions! Le Comité de la Jupe invite des femmes, juive, chrétienne et musulmane, à témoigner de leur expérience de lutte contre la discrimination sexuelle et à proposer des actions concrètes.

Participantes:

Janine Elkouby, agrégée de lettres classiques, enseignante, écrivain, responsable associative, auteur de nombreux articles et contributions sur les femmes dans le judaïsme. Janine a obtenu en 2006 l'éligibilité des femmes au Consistoire Israélite du Bas-Rhin et en est actuellement la vice-présidente.

Hanane Karimi, doctorante en sociologie et diplômée en éthique. Ses recherches portent sur l'autonomie des femmes musulmanes françaises, issues de l'immigration postcoloniale. Hanane est la porte parole du collectif "Les femmes dans la mosquée" qui refuse l'invisibilité des femmes dans les mosquées.

Églantine Jamet-Moreau, maîtresse de conférences en civilisation anglaise. Auteure du livre "Le curé est une femme " (L'Harmattan, 2012). Eglantine est co-fondatrice de l'association SEM Succès Égalité Mixité qui vise à promouvoir l'égalité entre les hommes et les femmes dans la société.

Avec la participation de Lucie Veyretout, juriste, spécialiste des discriminations dans les religions

Modératrice: Anne Soupa, présidente du Comité de la Jupe

 

Repost 0
Published by aubonheurdedieu-soeurmichele - dans Info
commenter cet article
28 avril 2014 1 28 /04 /avril /2014 19:37

 

Voici un article à lire, une video à regarder et une pétition de change.org à signer.

 

Aujourd'hui, une femme sur trois subit des violences sexistes, le plus souvent de la part d'un proche. À cette échelle, il ne s'agit pas de faits divers occasionnels mais bien d'un problème d'ampleur mondiale.

Cliquez ici pour voir des extraits du documentaire Les Insoumises, puis signez le manifeste que nous avons lancé sur Change.org.

http://www.canalplus.fr/c-infos-documentaires/c-les-insoumises/pid6643-le-doc.html?vid=971827

Sur la planète, 117 millions de femmes sont éliminées avant même leur naissance, une femme est excisée toutes les quinze secondes, un million et demi de femmes sont victimes de trafic sexuel, 5 000 femmes par an sont assassinées au nom d'un soit-disant honneur, et rien qu'en Europe 3 500 femmes sont tuées chaque année par leur conjoint. En France, chaque année, plus de 70 000 femmes sont victimes de viols. Toujours en France, c'est une femme sur dix qui déclare avoir été victime de violence au cours de l'année, une femme sur dix dans notre entourage, parmi nos collègues, nos amis, dans notre famille…

Nous avons notre part de responsabilité dans le silence qui entoure les violences faites aux femmes. C'est pour cela que nous avons décidé de donner la parole à des insoumises dont certaines ont été victimes de violence et que d'autres accompagnent dans leur combat. Ensemble elles ont décidé de faire valoir les droits et la dignité des femmes.

Les lois sont rarement pionnières dans la défense des droits des femmes, et c'est toujours la mobilisation de la société civile qui, s'appuyant sur le courage des femmes victimes et le respect de leur parole, fait évoluer les mentalités. Alors la parole et le courage de ces insoumises nous interpellent, nous engagent à agir, individuellement et collectivement, pour que cesse ce scandale mondial.

Christine Cauquelin, directrice des documentaires de CANAL+

 

 

 

Repost 0
Published by aubonheurdedieu-soeurmichele - dans Pour agir
commenter cet article
26 avril 2014 6 26 /04 /avril /2014 12:05

Benedictus (Luc 1, 67-79)

Zacharie, son père, fut rempli de l’Esprit Saint et prononça ces paroles prophétiques :

« Béni soit le Seigneur, le Dieu d’Israël, parce qu’il a visité son peuple pour accomplir sa libération.

Dans la maison de David, son serviteur, il a fait se lever une force qui nous sauve.

C’est ce qu’il avait annoncé autrefois par la bouche de ses saints prophètes :

Le salut qui nous délivre de nos adversaires, des mains de tous nos ennemis.

Il a montré sa miséricorde envers nos pères, il s’est rappelé son Alliance sainte :

Il avait juré à notre père Abraham qu’il nous arracherait aux mains de nos ennemis,

Et nous donnerait de célébrer sans crainte notre culte devant lui,

 Dans la piété et la justice, tout au long de nos jours.

Et toi, petit enfant, on t’appellera prophète du Très-haut,

Car tu marcheras devant le Seigneur pour lui préparer le chemin,

Pour révéler à son peuple qu’il est sauvé, que ses péchés sont pardonnés.

Telle est la tendresse du cœur de notre Dieu ;

Grâce à elle, du haut des cieux, un astre est venu nous visiter ;

Il est apparu à ceux qui demeuraient dans les ténèbres et l’ombre de la mort,

Pour guider nos pas sur le chemin de la paix. »

 

Zacharie vient de faire l’expérience du doute et de l’incroyance qui l’ont rendu muet. Quand il retrouve la parole, il partage aux autres ce qu’il a longuement contemplé dans le silence et sa parole jaillit en un chant de bénédiction et d’action de grâce.

La première parole que Zacharie prononce s’adresse à Dieu pour le bénir, dire du bien de Lui.  N’est- ce-pas le propre de tout croyant de dire du bien ? Croire en soi et dire du bien de soi, croire en les autres et croire qu’ils nous veulent du bien et enfin croire en Dieu qui ne nous veut que du bien puisqu’il n’est qu’amour. Nous passons tous par des moments de doute, d’incroyance, de méfiance, de jalousie, de peur, de soupçon dans nos relations avec nous-mêmes, les autres et Dieu. Ces pensées négatives nous empêchent de vivre et nous font du mal, ce sont là nos ennemis intérieurs et nos adversaires qu’il nous faut combattre. Dieu est à notre côté dans notre combat. Il attend que nous lui ouvrions la porte de notre cœur, que nous lui demandions de nous aider et par la brèche ouverte, avec la force de son bras, il vient nous visiter et nous arracher aux mains de nos ennemis.

Zacharie annonce un Dieu proche, incarné, qui s’intéresse à nous et vient nous visiter aujourd’hui comme il a visité autrefois son peuple. Tout à coup il lui est donné de comprendre ce qui lui arrive et de relier son histoire personnelle à celle de son peuple. Comme Dieu a libéré son peuple de l’esclavage et conduit en terre promise, Dieu a libéré Zacharie de son incroyance et de son mutisme. Zacharie nous invite à relire notre histoire et à faire mémoire de toutes les fois où nous sommes visités. Dieu nous fait signe par un évènement, une rencontre, une joie, une épreuve…   .

Zacharie bénit encore le Seigneur : Il a montré sa miséricorde envers nos pères, il s’est rappelé son Alliance Sainte. Oui, Dieu est un Dieu bon et fidèle. Il est le seul en qui nous pouvons avoir totalement confiance car il ne nous oubliera jamais et nous relèvera même si nous l’oublions. Il nous l’a promis : et moi je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde (Matthieu 28, 20).

 Il nous a promis  de nous donner de célébrer sans crainte notre culte devant lui dans la piété et la justice tout au long de nos jours. Tout simplement vivre notre vie dans le réel de son existence en n’ayant pas peur, puisant notre force, notre courage de vivre, dans la certitude  que le Seigneur nous accompagne. Et pour avoir cette certitude de la présence de Dieu à nos côtés, il nous est bon de prendre un moment dans la journée pour nous relier à Dieu : prendre conscience et le remercier pour les bienfaits reçus des autres et aussi pour tout le bien qu’il nous a permis de faire. Accepter notre vie telle qu’elle est avec le bon et le moins bon, surtout avoir confiance en la bonté de Dieu pour nous tels que nous sommes et demander de l’aide pour être tout au long de nos jours plus humain,  plus vivant, plus aimant, plus juste avec nous-mêmes, les autres et Dieu.

Imaginons ensuite Zacharie, ce prêtre âgé, s’adressant à son enfant avec tendresse et le prenant dans ses bras. Et toi, petit enfant, on t’appellera prophète du Très-Haut.

Devenir tout petit pour laisser à Dieu toute sa place. Ne pas se prendre pour Dieu mais marcher devant le Seigneur pour lui préparer le chemin, pour révéler à son peuple qu’il est sauvé, que ses péchés sont pardonnés. Se  montrer tendre et bienveillant envers nous-mêmes, les autres et Dieu afin que chacun  croie en lui-même, en les autres et en Dieu.

Croire et témoigner de la tendresse de Dieu qui ne nous abandonne pas à nos ténèbres et à nos chemins de mort et se laisser guider par Jésus, lumière intérieure, vers un chemin de paix.

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by aubonheurdedieu-soeurmichele - dans Invité-es
commenter cet article
20 avril 2014 7 20 /04 /avril /2014 10:54

Resurrection.jpg

Jésus a été jusqu’au bout de la nuit, jusqu’au plus profond des enfers.

Personne ne peut dire : je suis trop loin pour lui.

 

Il vient nous prendre la main pour nous ramener au jour.

 

Repost 0
Published by aubonheurdedieu-soeurmichele - dans fondamentaux de la foi
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de aubonheurdedieu-soeurmichele
  • : Etre heureuse, avoir plein d'idées et de projets, avoir une parole libre, ...et être "bonne soeur", c'est possible!
  • Contact

Rechercher