Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 décembre 2011 1 12 /12 /décembre /2011 23:39

 

Evangile de Jésus-Christ selon saint Jean  1/19-36

 

19 Et voici quel fut le témoignage de Jean, quand les Juifs lui envoyèrent de Jérusalem des prêtres et des lévites pour lui demander : « Qui es-tu ? »
20  Il le reconnut ouvertement, il déclara : « Je ne suis pas le Messie. »
21  Ils lui demandèrent : « Qui es-tu donc ? Es-tu le prophète Élie ? » Il répondit : « Non. — Alors es-tu le grand Prophète ? » Il répondit : « Ce n'est pas moi. »
22  Alors ils lui dirent : « Qui es-tu ? Il faut que nous donnions une réponse à ceux qui nous ont envoyés. Que dis-tu sur toi-même ? »
23  Il répondit : «Je suis la voix qui crie à travers le désert : Aplanissez le chemin du Seigneur, comme a dit le prophète Isaïe.»
24  Or, certains des envoyés étaient des pharisiens.
25  Ils lui posèrent encore cette question : « Si tu n'es ni le Messie, ni Élie, ni le grand Prophète, pourquoi baptises-tu ? »
26  Jean leur répondit : « Moi, je baptise dans l'eau. Mais au milieu de vous se tient celui que vous ne connaissez pas :
27  c'est lui qui vient derrière moi, et je ne suis même pas digne de défaire la courroie de sa sandale. »
28  Tout cela s'est passé à Béthanie-de-Transjordanie, à l'endroit où Jean baptisait.
29  Le lendemain, comme Jean Baptiste voyait Jésus venir vers lui, il dit : « Voici l'Agneau de Dieu, qui enlève le péché du monde ;
30  c'est de lui que j'ai dit : Derrière moi vient un homme qui a sa place devant moi, car avant moi il était.
31  Je ne le connaissais pas ; mais, si je suis venu baptiser dans l'eau, c'est pour qu'il soit manifesté au peuple d'Israël. »
32  Alors Jean rendit ce témoignage : « J'ai vu l'Esprit descendre du ciel comme une colombe et demeurer sur lui.
33  Je ne le connaissais pas, mais celui qui m'a envoyé baptiser dans l'eau m'a dit : 'L'homme sur qui tu verras l'Esprit descendre et demeurer, c'est celui-là qui baptise dans l'Esprit Saint.'
34  Oui, j'ai vu, et je rends ce témoignage : c'est lui le Fils de Dieu. »
35  Le lendemain, Jean Baptiste se trouvait de nouveau avec deux de ses disciples.
36  Posant son regard sur Jésus qui allait et venait, il dit : « Voici l'Agneau de Dieu. »

 

La liturgie de l’Avent nous invite à regarder Jean-Baptiste

Nous pouvons voir en lui une existence qui s’ordonne à Dieu, tissée de louange, de respect, de service, une existence polarisée par Dieu, qui se sait venant de Dieu et allant à lui. Cette provenance et cette finalité sont les critères de ses choix. En le regardant, nous pouvons demander une grâce à Dieu :

Grâce d’être  davantage louange à notre Dieu, d’être amour humble et respectueux de Dieu, d’engager davantage mes forces à son service.

 

1-Regarder cette scène initiale qui se présente comme un interrogatoire de police !

Qui es-tu ?

Trois réponses négatives : je ne suis pas le Christ (v20), je ne suis pas Elie, je ne suis pas le prophète (v21),

Non. Ni le Christ, ni Elie, ni le prophète !

Pourquoi ces réponses négatives ? D’abord parce qu’il est lui-même dans son originalité, comme chacun de nous, unique, ne remplaçant personne, valant pour lui-même, désiré du cœur de Dieu. Mais aussi parce que c’est  la vérité : il n’est pas le Christ. Attitude juste, ajustée

Jean, un homme tout simplement, parce que ce tout simplement est sa dignité la plus haute et aussi la nôtre.

Cette question posée à Jean-Baptiste, nous pouvons la recevoir pour nous. Qui es-tu ? Et laisser venir ce qui vient. Peut-être demander aussi à Dieu de nous dire qui nous sommes pour lui. Il y a plein de réponses de Dieu dans la Bible, ne serait-ce que,  être dit image de Dieu en  Genèse 1 ou dans Isaïe 43/4 quand Dieu nous dit que nous avons du prix à ses yeux et qu’il nous aime

 

2-Au v 23, il va répondre positivement

Nos Bibles ont une mauvaise traduction de sa réponse: «  Je suis une voix »  Il faudrait traduire « moi ? Une voix… » Car l’évangéliste fait bien attention à réserver le « Je suis » du tétragramme à Jésus (par exemple Jésus dira « Je suis » à la samaritaine)

Donc Jean Baptiste ne le dit pas, pour réserver cela à Jésus

C’est l’attitude de louange : Dieu seul est Dieu

Louange de Dieu qui est appel à ouvrir un chemin à Dieu

Nous aussi, nous sommes voix de Dieu. Il est nous est dit là aussi quelque chose de notre identité.

Pendant ce temps de prière, vous pouvez vivre un temps de louange à Dieu. Laissez jaillir un chant de louange. En sentant bien la différence entre remerciement et louange. Remercier, c’est plutôt dire merci à Dieu de ce qu’il fait. Louer, c’est le louer pour ce qu’il est.

 

3-Je ne suis pas digne…v27

Dénouer les courroies des sandales, c’était un geste qu’un rabbi ne pouvait pas demander à son disciple.

Et bien même ce geste, Jean-Baptiste ne se sent pas digne de le faire

Attitude de respect, au sens de conscience d’une distance, entre lui et Jésus

Il l’exprime aussi en disant qu’avant lui, il était.

Le respect, c’est une attitude intérieure qui ne met pas la main sur l’autre. Au moment même de votre prière, sentez-vous ce respect en vous ? Notre corps peut nous aider à entrer dans cette attitude. Essayer de trouver un geste d’adoration.  Vous pouvez aussi intérieurement dire «  mon Dieu, je suis devant  toi, tu  viens à moi, même plus, tu demeures en moi. Je ne suis pas digne de toi mais c’est toi qui ne me juges pas indigne de toi.

 

4-« J’ai vu … j’ai vu et j’atteste que c’est lui l’Elu de Dieu » v 32 et 34

C’est le témoignage de Jean-Baptiste. Son témoignage est son service, la manière dont il veut servir Jésus. Un service de la Parole.

Ecouter ce contenu de son témoignage : « J’ai vu…j’ai vu et j’atteste » Son témoignage repose sur un voir. C’est à dire sur une expérience personnelle.

Et nous quel est notre voir ? Quelle est notre expérience  de Dieu qui fonde notre témoignage ?

 

5- On nous dit de Jean-Baptiste « qu’il se trouvait là et qu’il fixait son regard sur Jésus ».v36

D’abord regarder cette attitude : Il se tient là et fixe son regard. C’est son regard sur Jésus qui est à  la source de son témoignage. Un regard sur Jésus, c’est à dire une orientation de sa vie polarisée par ce Christ.

Ensuite je peux moi aussi dans l’intériorité de mon cœur regarder le Christ, fixer mon regard sur lui, être là simplement à le regarder, à l’aimer.

 

6-Mais qu’est-il donc celui  qui est seul digne de sa louange, de son respect, de son service ? Jean-Baptiste le désigne par un mot : l’Agneau de Dieu v36

Ce mot, il nous faut l’entendre avec toute la richesse de l’Ancien Testament

C’est l’Agneau d’Ex 19/36 : celui qui est mangé, avant de prendre la route vers la liberté.

C’est le Serviteur souffrant d’Isaïe 53/7

C’est l’Agneau vainqueur d’Apocalypse 7/17 et 17/14

On peut s’attarder à ce titre car il peut nous aider à consentir à Dieu.

Dieu à l’image d’un agneau, celui dont on prend soin, qui a besoin de nous.

Et si Dieu était celui qui a besoin de nous ?

Laissez résonner ce mot dans notre cœur : Dieu comme un agneau. Dieu qui se donne en nourriture, Dieu fragile, Dieu vulnérable, Dieu qui a besoin de nous.

 

 

Repost 0
Published by aubonheurdedieu-soeurmichele - dans REP
commenter cet article
9 décembre 2011 5 09 /12 /décembre /2011 21:00

Cet interview a été publié dans la revue Biblia n°7 de janvier-février 2011.

Biblia est une superbe revue que je vous conseille. Son but est de lire, comprendre de raconter la Bible.

 

Écouter, méditer et partager l’Évangile, telle est la proposition de la communauté qui anime le Centre spirituel du Cénacle de Versailles. Depuis son lancement,  il y a deux ans, elle attire une quarantaine de personnes. Suivons leur démarche.

 

Biblia magazine : Sœur Michèle Jeunet, comment vous est venue l’idée de ces rencontres, et comment ont-elles vu le jour ?

Sr M. J. : Les formations de notre centre spirituel sont souvent le fruit d’un mûrissement. Nous animons depuis plus de vingt ans une « retraite dans la vie », et des personnes qui l’ont faite demandaient une suite. La première interpellation est venue de là. Ensuite, nous faisons ce constat qui nous désole tout autant qu’il nous stimule à inventer : beaucoup de chrétiens n’ont pas encore découvert qu’on pouvait prier à partir d’un texte biblique. Enfin, nous nous sommes inspirées de la « messe qui prend son temps », célébrée chaque dimanche soir à l’église Saint-Ignace, à Paris. Elle propose, au cœur même de la célébration, une demi-heure de méditation silencieuse, précédée d’indications pour aider à méditer l’Évangile. Nous avons donc inventé une sorte de « liturgie de la Parole qui prend son temps » !

 

B. M. : Comment se déroule cette liturgie ?

Sr M. J. : Pour ceux qui le veulent, elle commence par le partage d’un pique-nique apporté par chacun-e. C’est déjà l’Évangile vécu, puisque Jésus est souvent à table et qu’il nous a donné le sens de sa vie un certain Jeudi saint, au cours d’un repas. C’est la joie de partager les mots et la nourriture de la vie qui nous rassemblent.

Ensuite, une autre nourriture nous attend, celle de la Parole. Cette Parole vient d’un ami qui nous dit notre dignité et nous appelle à la liberté. Un texte de l’Évangile est d’abord proclamé, puis une personne de l’équipe donne des pistes pour aider à le prier, à le relier à notre vie car il est d’abord une Bonne Nouvelle pour aujourd’hui.

Il ne s’agit donc pas seulement d’entendre, mais d’entrer dans une expérience personnelle de cette Parole ! Pour cela, est alors proposée une bonne demi-heure de contemplation silencieuse et personnelle. Vient ensuite le temps du partage car la Parole de Dieu donne la parole à tous et toutes. En petit groupe de quatre ou cinq, chacun-e partage les fruits de son écoute.

Pour conclure, nous écoutons une seconde fois l’Évangile et l’une de nous en fait un commentaire, une « parole forte » pour aller plus loin. Enfin, chacun-e repart avec un petit livret contenant l’essentiel de la proposition de cette soirée (pour pouvoir y revenir à loisir) et trois textes pour le mois qui suit (accompagnés aussi de pistes de prière).

 

B. M. : Quel objectif poursuivez-vous ?

Sr M. J. : Ce temps pour « goûter et partager la Parole » veut permettre à des chercheurs de Dieu de prier avec la Bible : c’est nouveau pour beaucoup, qui n’ont jamais « appris » à le faire. Pour ceux qui en ont déjà l’habitude, cela leur permet de nourrir leur foi et leur relation au Christ, de s’abreuver à cette source qu’est sa Bonne Nouvelle de liberté. La demi-heure de méditation personnelle est fondamentale. Combien de chrétiens la prennent ?

De ce fait, cette liturgie est une école d’oraison. Elle permet de découvrir que l’Évangile n’est pas un texte du passé mais que le Christ vivant, ressuscité, parle dans l’aujourd’hui de notre vie pour la transformer.

 

B. M. : Pour vous, personnellement, qu’est-ce que cela représente ?

Sr M. J. : C’est pour moi un lieu où des baptisés peuvent, du fait même de leur baptême, « donner la Parole ». L’animation est donc faite par des baptisé-es – laïcs et religieuses – qui se partagent à égalité ce service de la Parole : donner des pistes pour prier, commenter l’Évangile par une « parole forte ».

Les participant-es sont invités à accueillir la Parole pour pouvoir la partager ensuite. Cela offre une image d’Église où le baptême dit cette capacité à être prophète, à écouter la Parole et à la transmettre. Telle est la raison pour laquelle ce n’est pas une messe mais une liturgie de la Parole.

 

B. M. : N’est-ce pas nouveau de voir une communauté féminine accompagner la prière des fidèles du Christ ?

Sr M. J. : Oui et non ! Pour l’ordre religieux auquel j’appartiens, ce n’est pas nouveau. Depuis notre fondation en 1826, nous le faisons. Cela a pris des formes diverses selon les époques, mais notre mission a toujours été de donner accès à la Parole pour qu’elle transforme des vies. Ceci en accompagnant spirituellement, en donnant des retraites, et par toutes sortes de ministères d’éveil et d’approfondissement de la foi. D’autres congrégations religieuses le font aussi. Pas assez cependant. Pour preuve : les Centres spirituels vraiment animés par des femmes… se comptent sur les doigts d’une main !

 

B. M. : L’expérience pourrait être reprise ailleurs ? Vous l’a-t-on demandé ? Aideriez-vous ceux et celles qui voudraient se lancer ?

Sr M. J. : Ah oui, tout à fait ! Le défi dont je parlais – beaucoup de chrétiens ne prient pas avec la Bible – doit être relevé. C’est vital aujourd’hui pour la foi. Je pense proposer l’an prochain une formation de formateurs qui, ensuite, dans leurs communautés, leurs paroisses ou leurs mouvements pourraient initier cette formule et d’autres, comme par exemple la contemplation communautaire d’une scène évangélique. Mais, dès à présent, c’est avec joie que je suis prête à partager notre « méthode ». De plus, nous sommes en train de faire un nouveau site pour notre famille spirituelle. Les pistes de prière données lors de ces soirées seront mises en ligne.

Propos recueillis par Anne Soupa.

 

Repost 0
Published by aubonheurdedieu-soeurmichele - dans Projecteur sur...
commenter cet article
8 décembre 2011 4 08 /12 /décembre /2011 10:06


A- Comment prier avec une page de journal ?

1- Ce qui  vient en premier, c’est d’en faire une prière d’intercession.

A condition de bien la comprendre.

Il s’agit d’entrer dans le projet de Dieu qui veut notre bonheur et notre vie et de lutter par notre intercession contre les forces de destruction.

La prière d’intercession est un combat contre le mal. Celui-celle qui intercède est comme un soldat. Mais pas un soldat solitaire, il-elle lutte avec les autres priant-es du monde mais surtout il-elle lutte sous la bannière du Christ l’unique Intercesseur, Celui qui est vainqueur du mal.

Il me semble intéressant de comprendre l’intercession comme un combat à côté du Christ, derrière lui, comprendre que notre prière d’intercession participe à son combat et à sa victoire.

Donc de ce point de vue, il y a suffisamment matière dans la mesure où ( et on peut le regretter) la presse s’intéresse souvent à ce qui va mal plutôt qu’à ce qui va bien.

 

2- Si vous lisez un journal qui ne se limite pas à rendre compte du bruit des forêts qui brûlent mais aussi du silence des arbres qui grandissent, il y a aussi matière à l’action de grâce.

De ce point de vue, le journal La croix, peut vraiment aidé, car il a le souci de parler de toutes celles et ceux qui agissent dans l’esprit du Christ (qu’ils ou elles soient croyant-es ou pas) Donc rendre grâce pour tout effort vers le beau, le vrai, le juste dont des journaux peuvent rendre compte.

 

B- Pourquoi prier ainsi ?

Cette prière avec le journal est intéressante pour 3 raisons :

1-  Elle nous fait sortir de nous même, nous décentre, et nous fait vivre une grâce que Ste Thérèse Couderc peut nous partager, elle qui disait : Mon cœur est grand comme le monde

 

2-  Elle peut nous faire entrer dans une vraie contemplation :

La lecture du journal, mais aussi la prière dans la rue, mais aussi dans la nature, peut nous amener à une contemplation de l’œuvre de Dieu :

Me rendre attentif à la vie de ce monde, regarder sa beauté et sa souffrance, écouter ses joies et ses espoirs, c’est me rendre attentif-ve à Dieu qui est créateur et sauveur de ce monde, c’est m’intéresser à ce qui intéresse Dieu.

La meilleure manière de faire plaisir à un artiste, c’est de s’intéresser à son œuvre.

 

3- Elle est un acte de foi, qui développe 4 attitudes :

* Développer l’étonnement devant ce monde dont St Augustin dit qu’elle est la première Bible, puisqu’il en est l’auteur, puisque Dieu se communique à travers sa création et se dit à travers elle. S’étonner qu’il y de l’être plutôt que rien. Reconnaître qu’il est source et fondement de l’existence, pas un créateur au passé mais de toujours à toujours, source de l’être aujourd’hui.

* Développer un regard de foi qui voit en ce monde, un monde dans les douleurs d’un enfantement : celui du salut, un monde définitivement sauvé par l’incarnation, la mort et la résurrection du Christ, mais un salut comme une semence jeté en terre, un levain caché dans la pâte. Etre devant ce monde, un veilleur d’espérance qui sait voir ce qui naît, ce qui se transforme dans le sens du Royaume de Dieu.

* Développer un regard contemplatif qui sait voir les mystères du Christ  : voir dans la vie de ce monde des annonciations, des naissances, des visitations, des purifications, des enfants retrouvés, des agonies, des arrestations, des procès et des condamnations, des outrages, des morts, des résurrections, des ascensions, des pentecôtes, des assomptions, des couronnements.

Dire cela c’est tirer les conséquences de l’Incarnation :

Depuis l’incarnation, nous savons que rien de ce qui est humain n’est étranger à Dieu, tout ce qui est humain est visage de Dieu.

* Développer un désir plus fort d’apostolat pour faire connaître et aimer Jésus-Christ, pour que son règne vienne en ce monde si beau et si blessé à la fois.

 

Repost 0
Published by aubonheurdedieu-soeurmichele - dans Boite à outils
commenter cet article
6 décembre 2011 2 06 /12 /décembre /2011 23:00

Cet article a déjà été publié dans la retraite de l'Avent de Notre-Dame du WEB pour la 1ère semaine. J'ai mis ce site dans mes liens; Allez le visiter, vous ne le regrèterez pas! 

 

 

Première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens (1Co 1, 3-9)

"Frères, que la grâce et la paix soient avec vous, de la part de Dieu notre Père et de Jésus Christ le Seigneur. Je ne cesse de rendre grâce à Dieu à votre sujet, pour la grâce qu'il vous a donnée dans le Christ Jésus ; en lui vous avez reçu toutes les richesses, toutes celles de la Parole et toutes celles de la connaissance de Dieu. Car le témoignage rendu au Christ s'est implanté solidement parmi vous. Ainsi, aucun don spirituel ne vous manque, à vous qui attendez de voir se révéler notre Seigneur Jésus Christ. C'est lui qui vous fera tenir solidement jusqu'au bout, et vous serez sans reproche au jour de notre Seigneur Jésus Christ. Car Dieu est fidèle, lui qui vous a appelés à vivre en communion avec son Fils, Jésus Christ notre Seigneur. »

 

La prière est une rencontre. Si vous voulez passer un moment avec un-e ami-e, vous choisissez un lieu, un jour, une heure et quand le rendez-vous arrive, vous avez à cœur de ne pas le faire attendre, pire de ne pas venir !

Avec Dieu, c’est pareil : pensez à l’avance au lieu où vous prierez pendant cette semaine et inscrivez vos rendez-vous de prière sur votre agenda.

Le moment venu, vous vous installez de manière à durer dans une position corporelle qui va vous aider, ni rigide, ni molle. (Même si vous êtes derrière votre ordinateur!)

Vous pouvez faire un geste qui dit votre désir d’entrer en relation. Celui que vous suggérera votre cœur.

Commencez par parler à Dieu de ce qui vous habite, comment vous vous sentez. Lui partager vos joies, vos soucis, vos projets etc. Faire cela vous permettra de mieux écouter le texte biblique. Non seulement vous serez moins encombré-e mais aussi la parole de Dieu transmise par St Paul « de la part de Dieu » retentira au cœur de votre vie.

Ensuite, faites une demande à Dieu : " donne-moi, seigneur, de prendre davantage conscience que tu es bonté pour toutes et tous et donne-moi de savoir te remercier"

 

Puis lisez plusieurs fois le texte. Rester sur un mot, une phrase, laissez ces mots vous imprégner de leur bonté. Et au besoin, prenez les pistes ci-dessous pour vous aider à rester en présence de Dieu, à l’écoute de ce qu’il veut vous dire.

 

1ère piste :

Ce texte contient un mot qui revient 3 ou 4 fois selon la traduction, c’est le mot grâce.

-que la grâce soit avec vous

-la grâce qu’il vous a donnée

-Il nous manque aucun don de la grâce (don spirituel dans la traduction liturgique)

Mais qu’est-ce que la grâce? On sent bien dans ce mot l’élément de gratuité, d’ailleurs associé au don. Mais est-ce quelque chose ? N’est-ce pas plutôt quelqu’un ? La grâce, c’est Dieu lui-même ! C’est cette communion avec le Christ dont parle le dernier verset.

Alors prenons d’abord du temps pour goûter cela et remplaçons ce mot par Dieu lui-même :

- Dieu avec nous

- Dieu qui nous a été donné

- Il ne vous manque pas Dieu.

Cela permet d’élargir notre regard. Ce don que Dieu fait de lui-même est donné à toutes et à tous. Il est pour toutes et tous. Comment pourrait-il en être autrement ? Ce don de lui-même est donné même à ceux qui l’ignorent. L’Evangile des noces de Cana peut nous aider à comprendre cela : seuls les serviteurs connaissent la provenance du vin mais tous et toutes en profitent et en boivent. Ils sont tous bénéficières du don de la vie du Christ symbolisé par ce vin en abondance, mais seuls les servants connaissent le donateur. Sa bonté est vraiment pour tous.

 

2ème piste

Si la grâce de Dieu est pour tous, elle l’est aussi pour moi. Le « nous » de ce texte pourrait nous éviter de croire que c’est aussi pour moi. C'est pourquoi, n'hésitez pas à lire ce texte en remplaçant les "nous» par des "je".

- Que la grâce soit avec toi : Dieu avec moi

- La grâce qu’il t’a donnée : Dieu qui m’est donné

- Il ne te manque aucun don de la grâce : il ne me manque pas Dieu.

Prier ainsi peut aider à se sentir concerné-e très personnellement par ce qui est dit là.

Voilà ce que Dieu dit à chacun-e de nous par l’intermédiaire de Paul. En fait, c’est le regard que Dieu porte sur chacun-e de nous. Il dit du bien. Etonnant ! Laissons-nous étonner et surtout acceptons ce qu’il dit, croyons ce qu’il dit. Dieu est plus grand que notre cœur.

 

3ème piste

« Vous avez toutes les richesses, toutes celles de la parole et toutes celles de la connaissance de Dieu »

Voilà une parole forte qui peut nous étonner aussi. Nous pouvons tellement avoir conscience de nos pauvretés plutôt que de nos richesses… Dieu continue à dire du bien de nous; Il est bon pour nous dans le regard qu’il porte sur nous et sur chacun-e de nous ! Alors que faire ? Croire ce qu’il me dit. Continuer à lui demander d’ouvrir mes yeux sur toutes les richesses de la parole, de la connaissance de Dieu qu’il a mises en moi.

Richesse de la parole : au début de l’Evangile de Jean, il nous est dit qu’au commencement était la Parole, donc l’acte même de parler est divin ! Prenons conscience de cela. Parler est don divin ! Parler, c’est participer à l’être même de Dieu. Oui, sa bonté est bien pour toutes et tous !

Et si nous sommes chrétiens, la richesse de sa parole, c’est Jésus-Christ lui-même, car Dieu a tout dit, tout donné en son Fils Jésus.

Entrer dans une eucharistie spirituelle c'est-à-dire remercier, rendre grâce pour les richesses de la parole et de la connaissance de Dieu.

Quelques minutes avant la fin du temps que j’avais prévu pour la prière, je prends soin de conclure ce temps de rencontre... Je renoue le dialogue avec le Seigneur. Je me rends à nouveau attentive, attentif à sa présence soit pour le remercier soit pour lui demander de l’aide… En terminant la prière, je me situe dans l’Eglise universelle à l’aide d’une prière vocale en récitant le Notre Père.

 

Repost 0
Published by aubonheurdedieu-soeurmichele - dans REP
commenter cet article
3 décembre 2011 6 03 /12 /décembre /2011 12:33

Comment rencontrer Dieu ?

Ce qui vient spontanément ce peut être : on peut le recontrer dans sa parole, dans l’oraison, dans les sacrements, dans les autres, dans la création…

Et on oublie un autre lieu d’accès à Dieu qui est soi-même.

Un des lieu d’accès à Dieu, c’est moi-même. Une des portes, c’est aussi moi-même.

Pour que vous ne pensiez pas que je suis dans la totale hérésie, je vais vous citez 1 texte biblique fondamental que vous connaissez par cœur : Gn 1/27

« Dieu créa l’Homme à son image

à l’image de Dieu, il les créa

homme et femme il les créa »

ou encore regardez une sculpture de la cathédrale de Chartres : le Christ créant Adam, le visage d’Adam ressemblant à celui du Christ.

Le modèle, le prototype, c’est le Christ et chacun-e de nous est fait à son image, lui ressemble.

Je crois qu’on ne prend pas assez conscience de ce qui est dit là dans ce verset de la Genèse et si bien représenté par cette sculpture.

Ce que Dieu a, il me le donne, ce qu’il est, il me le donne et quand je perd ce qu’il me donne à cause du péché, il continue de me le redonner, sans se lasser jusqu’au jour définitif ou le péché n’existera plus et qui est ce qu’on appelle le Ciel où Dieu pourra se donner sans refus de ma part.

 

Cette création à son image n’est pas une action du passé, c’est ici et maintenant pour chacun-e que Dieu nous crée.  En  en ce moment, il nous crée, c’est un acte définitif, à jamais, un don qui ne se reprend pas, Dieu ne reprend jamais ses dons.

Prendre conscience que j’existe, c’est prendre conscience de Dieu qui ne cesse de me créer. J’existe par don.

Donc la première rencontre avec Dieu, c’est tout simplement goûter la vie qui vient de lui.

Goûter, la vie, la recevoir comme un cadeau. Vivre le moment présent : se rendre compte de l’inouï du cadeau : je vis, je marche, je vois, j’entends, je parle, etc.

Tout cela est rencontre de Dieu. A travers ses dons, je rencontre le donateur. En goûtant ces dons, je fais plaisir au donateur

 

Savoir goûter les choses les plus habituelles de notre vie, c’est faire eucharistie, rendre grâce à Dieu. Aimer la vie, c’est louer Dieu.

 

Il me semble qu’une des formes du témoignage chrétien aujourd’hui, c’est la joie. On demande des chrétiens joyeux.

La joie extérieure n’est pas toujours possible et nos vies sont traversés comme tout le monde par la souffrance, le malheur, la maladie mais elles sont  traversées au plus profond par une joie dont Jésus nous assure que nul ne peut nous ravir.

 

La source de cette joie c’est notre foi.

Je suis aimé-e d’un amour inconditionnel.

Je n’ai rien à prouver, je n’ai rien à mériter, tout m’est donné.

 

La seule chose à faire c’est d’accueillir le don, de se laisser aimer, de se laisser sauver, de se laisser faire.

Tel-le que je suis , je suis aimable au yeux de Dieu.

Vous pouvez peut-être penser qu’il a mauvais goût mais cela ne changera rien à l’affaire, vous ne changerez pas son choix, sa décision de vous aimer !

Quelque soit l’idée que vous vous faites de vous-même, lui, Dieu ne changera pas d’idée : vous êtes à jamais le, la disciple qu’il aime. Vous avez reconnu l’expression qui est en St Jean : « le disciple que Jésus aimait ». On ne dit pas le nom de ce disciple pour une raison simple : ce disciple c’est chacun-e de nous, et son prénom, c’est le nôtre.

La rencontre avec Dieu la plus immédiate c’est bien nous-même

S’accueillir comme il nous accueille, se voir comme il nous voit, s’aimer comme il nous aime, se recevoir comme il nous reçoit

C’est à dire : se vivre, se comprendre, s’estimer comme

-désiré-e du cœur de Dieu

-d’origine divine sortant à chaque instant de ses mains

-non pas le fruit du hasard destiné-e au néant mais le fruit d’une volonté aimante faite pour la vie éternelle.

Repost 0
Published by aubonheurdedieu-soeurmichele - dans fondamentaux de la foi
commenter cet article
30 novembre 2011 3 30 /11 /novembre /2011 00:21

Dans l’Evangile de Matthieu au chapitre 3 verset 11 à 17

Pour moi, je vous baptise dans de l'eau en vue du repentir ; mais celui qui vient derrière moi est plus fort que moi, dont je ne suis pas digne d'enlever les sandales ; lui vous baptisera dans l'Esprit Saint et le feu. Il tient en sa main la pelle à vanner et va nettoyer son aire ; il recueillera son blé dans le grenier ; quant aux bales, il les consumera au feu qui ne s'éteint pas."

Alors Jésus arrive de la Galilée au Jourdain, vers Jean, pour être baptisé par lui.

Celui-ci l'en détournait, en disant : "C'est moi qui ai besoin d'être baptisé par toi, et toi, tu viens à moi !"

Mais Jésus lui répondit : "Laisse faire pour l'instant : car c'est ainsi qu'il nous convient d'accomplir toute justice." Alors il le laisse faire.

Ayant été baptisé, Jésus aussitôt remonta de l'eau ; et voici que les cieux s'ouvrirent : il vit l'Esprit de Dieu descendre comme une colombe et venir sur lui.

Et voici qu'une voix venue des cieux disait : "Celui-ci est mon Fils bien-aimé, qui a toute ma faveur »

1ère piste :

Regarder Jean. Il a conscience qu’avec Jésus arrive un dépassement de son horizon. Jésus le dira aussi. Pas de plus grand que Jean mais il est le plus petit dans le Royaume. Quelle est cette petitesse par rapport au Royaume inauguré par Jésus ? La petitesse d’être encore  sous le régime d’un baptême d’eau pour le repentir alors que Jésus va introduire un baptême d’Esprit qui est pure grâce de Dieu. C’est la grâce de se recevoir comme fille ou fils du Père qui nous change et non une démarche volontariste.

Faire mémoire de mon itinéraire de foi. Quel chemin parcouru de Jean à Jésus, de la férule de la loi à la liberté de l’Esprit ?

2ème piste :

Continuer à regarder Jean. Au contact de Jésus, il va opérer une vraie conversion de son image de Dieu.

Dieu n’est pas celui à qui on vient mais celui qui vient vers nous. La conversion n’est pas d’abord morale, elle est accueil de Dieu qui vient à nous, elle est dans l’attitude de se laisser aimer, de le laisser faire.

Profiter de ce moment, maintenant pour me laisser aimer par Dieu, m’abandonner, le laisser faire.

3ème piste :

Regarder Jésus au milieu de la foule qui attend son tour. Le regarder attendant comme tout le monde sans privilège.

Un homme au milieu d’autres. Regarder Jésus qui rentre dans l’eau jusqu’au cou, entièrement enseveli par l’eau. Il descend dans cette eau à l’image de l’incarnation. Dieu Très-Haut qui se fait Très-Bas pour nous nous rejoindre.  Il n’a pas besoin de baptême, mais rentrant dans l’eau, il sanctifie toute la matière de nos vies. Il  rend saint le plus quotidien de nos vies.

Me laisser étonner par ce que je vois, le Très-Haut qui se fait Très-Bas. Laisser parler mon cœur devant l’inouï de ce qui m’est donné à voir. Contempler l’humilité du Verbe qui s’est fait l’un de nous sans revendiquer aucun privilège. « Lui de condition divine ne retint pas jalousement le rang qui l’égalait  à Dieu… » Ph2/6

4ème piste :

Voir ce que Jésus voit : il vit l'Esprit de Dieu. Entendre ce qu’il entend : «Celui-ci est mon Fils bien-aimé, qui a toute ma faveur » C’est l’identité du Christ qui se dit là mais c’est aussi la nôtre. Nous sommes filles et fils avec le Fils. Il est l’ainé d’une multitude de frères et de sœurs. L’Esprit qui repose sur lui repose aussi sur nous et nous établit prêtre du Très-haut qui s’est fait le Très-Bas pour que chacun se retourne vers Dieu et pour être les célébrants de son amour. Il nous établit prophète du salut pour écouter sa parole, pouvoir en témoigner par nos actes, nos paroles et pour dire partout les merveilles de Dieu. Il nous établit roi et reine pour être au monde justice de Dieu et ainsi œuvrer à un monde selon le cœur de Dieu.

Laissez cette parole descendre au plus profond de nous : je suis sa fille, son fils bien-aimé. Comme le Christ, par mon baptême, je suis prêtre, prophète et roi. Regarder ma vie et voir quelle ma manière personnelle de l’être. Comment je suis prêtre ? Comment je suis prophète ? Comment je suis roi ? Et nous le sommes !

 

 

Repost 0
Published by aubonheurdedieu-soeurmichele - dans REP
commenter cet article
27 novembre 2011 7 27 /11 /novembre /2011 20:56

 

VEILLER

Il est des temps de ce monde ou de notre propre histoire, où il fait nuit : nuit de la souffrance, nuit de la solitude, nuit de la foi…

Nuits en attente de lumière, de tendresse, de paix.

Ces nuits nous acculent à un choix :

Ou bien baisser les bras, renoncer.

Ou bien choisir de croire malgré tout, choisir de vivre, choisir de veiller pour attendre la fin de la nuit.

Car elle viendra !

Heureux celui, celle, qui aura veillé, attendu, cru.

Elle- il, est veilleur d’espérance.

Pour veiller dans les nuits de ce monde ou de sa vie personnelle, le disciple de Jésus, a dans le cœur une lampe qui brille et perce la nuit :

ce monde, nos vies sont définitivement sauvées en lui, définitivement aimées.

Déjà sa vie a vaincu nos morts par sa résurrection.

Alors, veiller, ce sera :

Savoir reconnaître sa victoire déjà là dans les plus petites choses,

comme ce qui est en train de naître et s’engager de toute ses forces à la suite de Celui qui a ouvert le chemin.

 

PREPARER 

Préparer son cœur pour que le Christ y fasse davantage sa demeure.

Il est venu un jour du temps pour que chacun puisse l’accueillir au plus profond de sa vie et la transforme.

Préparer c’est offrir toute faiblesse, toute lâcheté, toute souffrance, toute nuit et demander à Jésus de faire sa demeure en elles.

Préparer, c’est ouvrir ma porte pour Dieu y vienne.

Préparer, c’est attendre de lui seul, la justification de ma vie.

« Préparer les chemins du Seigneur » clame le prophète Isaïe.

Ouvrir des chemins en son cœur. Préparer, ce n’est pas s’agiter, c’est plutôt, s’arrêter, se reposer, offrir un espace à Dieu, ouvrir un espace pour entendre la bonne nouvelle qu’il brûle de partager avec moi.

Oui, préparer son cœur, c’est consentir à sa présence, la désirer.

Désirer sa présence, désirer son salut.

Notre monde et nos propres vies ont tant besoin d’être sauvé !

 Alors, Jésus se sentira invité, attendu et n’aura pas crainte de nous déranger !

 

SE REJOUIR

A cause de Jésus Christ !

Me réjouir de le connaître, de l’aimer.

Peser avec amour tout ce que ma foi me donne.

Que serai-je sans lui ?

Ma vie ne vient pas du hasard mais vient d’un désir aimant de Dieu.

Ma vie ne court pas vers le néant mais s’achemine vers une plénitude d’existence.

Je suis aimé-e.

Se réjouir du changement de regard que ma foi opère : changement de regard sur le monde, les autres et moi-même !

Un monde, les autres, moi-même…à aimer.

Se réjouir de cette grâce donné, qui est tâche confiée.

Se réjouir de cette tâche confiée qui est grâce donnée.

Se réjouir des plus petites choses du quotidien avec un regard exercé à y découvrir les miettes de charité qui y sont cachés.

 

ECOUTER

Un jour, Jésus dira bienheureux ceux qui écoutent sa parole et qui la gardent.

Bonheur plus grand que celui d’être sa mère !

Car en fait, Marie a pu porter Jésus en son sein parce que d’abord elle a écouté.

Ecoute attentive et discernante.

Marie n’écoute pas n’importe qui et ne fait pas confiance n’importe comment.

Elle discerne pour savoir si cette parole lui vient bien de Dieu.

Vérification indispensable pour engager une confiance totale.

Ecouter Dieu, c’est lui faire confiance, croire ce qu’il me dit pour  pouvoir m’y engager.

Ecouter Dieu, c’est croire que sa seule et unique volonté c’est le triomphe de la vie sur toutes les formes de mort.

Dieu ne me veut que du bien, du bon, du beau, du vrai.

Je peux donc en confiance, m’y abandonné.

« Qu’il me soit fait selon ce que tu dis ! »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by aubonheurdedieu-soeurmichele - dans commentaire biblique
commenter cet article
25 novembre 2011 5 25 /11 /novembre /2011 09:53

 

Quel accès à Dieu par Jésus-Christ pour tous ceux qui ne sont pas chrétiens ?

Cela englobe tous ceux qui ont vécu leur vie humaine avant le Christ, ceux qui n’ont pas été rejoints ne serait-ce même par la connaissance de son existence, mais aussi ceux qui honnêtement ne peuvent pas croire.

On peut répondre qu’ils ont accès à Dieu par leur propre humanité. Cela demande d’aller jusqu’au bout de la logique de l’incarnation et de celle de la création.

Hommes et femmes images de Dieu sont tous et toutes des Adam créé-es à l’image de Celui qui est l’image par excellence,  Parole du Père, Logos de Dieu. « Qui me voit et voit tout homme, toute femme, voit le Père ».

Bien sûr, image voilée, souvent blessée et défigurée mais image qui reste gravée de manière indélébile.

L’Evangile de Matthieu en a fait la démonstration incontournable dans son chapitre 25/31-46  par la question suivante : « Quand nous est-il arrivé de te voir affamé et de te nourrir, assoiffé et de t’avoir désaltéré, étranger et de t’accueillir, nu et de te vêtir, malade et prisonnier et de venir te voir ? » Et sa réponse : « dans la mesure où vous l’avez fait à l’un de ces petits qui sont mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait ».

Ces versets sont souvent cités dans l’œuvre de Rahner. En effet, pour lui, du fait qu’il y a humanité, il y a événement d’une « autocommunication ». Dieu s’est lui-même toujours et partout communiqué à tout homme comme le centre le plus intime de son existence, l’investissant de grâce et de responsabilité. Dieu toujours à l’œuvre là où l’homme existe comme homme (sujet, liberté, responsabilité), dès toujours, ontologiquement orienté vers le Dieu d’absolue proximité. Même dans la faute, l’homme a conservé sa nature car la faute est dès toujours englobée et dépassée par la volonté de Dieu de se communiquer lui-même en vue de Jésus-Christ.

 

Plutôt que de penser comment l’homme a accès à Dieu, il y a à penser comment Dieu a accès à l’homme. Mais n’est-on pas là dans l’originalité du christianisme ? Non religion de l’effort de l’homme pour accéder à Dieu. Effort vain, voué à l’échec, source d’orgueil et d’intolérance pour ceux qui se croient arrivés. Mais plutôt, initiative de Dieu pour nous rejoindre, déjà là dans l’acte créateur, accomplie dans l’incarnation qui nous donne un visage humain à contempler.

 

Le christianisme est donc l’inverse du religieux. On pourrait « dessiner » cette différence ainsi :

Le chemin religieux, c’est comme un triangle avec une pointe en haut, l’humanité est en bas et doit, pour avoir accès à lui, monter vers Dieu par son effort.

Et à mesure que l’on monte, le schéma montre un rétrécissement : de moins en moins de gens y parviennent. On en « perd en route »…

 

Dans le chemin chrétien, au contraire, la pointe du triangle est en bas et  le Dieu Trinité est en bas, en position de serviteur. Il n’est non pas le Très-haut mais le Très-Bas (à genoux, lavant les pieds tel que nous le montre l’Evangile de Jean au chapitre 13/1-20). C’est la Trinité qui fait tout le chemin et à mesure qu’Elle monte vers l’humanité, Elle nous rejoint tous et toutes.

Le Dieu qui peut toucher les cœurs des hommes et des femmes d’aujourd’hui n’est pas le Dieu en surplomb mais le Dieu « en humble place » ( Exercices spirituels n°144).

 

Demeure une question vive : quelle figure doit offrir l’Eglise, en sa structure institutionnelle comme en chacun de ses membres, pour rendre plus effectivement visible cette "humble place" dans l’aujourd’hui de l’histoire ?

 

K.RAHNER, traité fondamental de la foi, 5ème étape

Repost 0
Published by aubonheurdedieu-soeurmichele - dans fondamentaux de la foi
commenter cet article
23 novembre 2011 3 23 /11 /novembre /2011 23:27

Jésus-Christ donne accès à Dieu au fil d’une histoire qui rejoint nos vies jusqu’au bout.


Ce jusqu’au bout est celui de la mort. Il est passé par la mort comme chacun de nous y  passe.

Il est donc accès à Dieu passible et non impassible. La proximité (évoquée dans l'article 8 des fondamantaux) va jusqu’au bout de la relation, jusqu’à cet extrême de nos vies qu’est la mort.


Rien de ce qui fait nos vies, la naissance et la mort, ne lui sont étrangers. Dieu d’infinie proximité. Dieu avec nous.


De plus, la mort est violente et injuste. Elle dénonce toute injustice. Le Dieu crucifié est jugement contre toute injustice. Dieu, victime de l‘injustice, est dénonciation de toute injustice.

 

Par la croix qui est le jusqu’au bout de la proximité, Dieu souffre. S’il n’était pas ce Dieu là Dieu resterait distant, froid, silencieux ».

Pour Moltmann, il y a obligation  de découvrir Dieu lui-même dans la passion du Christ et la passion du Christ en Dieu.

Penser la passivité active qui est libre ouverture à l’affliction d’autrui, souffrance de l’amour passionné parce que « si Dieu était à tout point  de vue incapable de souffrir, il serait aussi incapable d’aimer… Dieu ne souffre pas comme la créature par manque d’être. En ce sens il est impassible. Il souffre cependant par son amour qui est la surabondance de son être. En ce sens il est passible. ».


Et la résurrection est promesse, par un « déjà » survenu,  d’un avenir ouvert pour tous, d’un accès à Dieu dans le définitif de nos vies. Arrhes d’une promesse qui nous fait aspirer à en vivre en plénitude.

P 38 et 39

C.E. ROLT, The World’s Redemption, London 1913, p 95, cité par J.Moltmann, Trinité et royaume de Dieu, p 48

J.MOLTMANN, Théologie de l’espérance, Cerf, p350-354

Repost 0
Published by aubonheurdedieu-soeurmichele - dans fondamentaux de la foi
commenter cet article
21 novembre 2011 1 21 /11 /novembre /2011 23:56

Jésus-Christ donne accès à Dieu au fil d’une histoire qui rejoint nos vies

Joseph Moingt écrit : « Ce Dieu qui est mort  n’est donc pas authentiquement, malgré son origine chrétienne,  celui qui s’est révélé en Jésus, c’est le Dieu de la religion et de la raison, dont la tradition chrétienne avait revêtu le Dieu de Jésus ».

Quelle est l’image de Dieu qui ne peut que provoquer rejet et indifférence ? Quelle image à partir des Evangiles revisités peut à nouveau intéresser l’homme d’aujourd’hui, lui ouvrir des chemins de salut ?

Que disons-nous quand nous disons Dieu, de son accès par Jésus-Christ qui soit bonne nouvelle de salut ?

Cet Evangile revisité, bonne nouvelle, Joseph Moingt nous en livre une esquisse quand il s’interroge sur ce qui a pu étonner les contemporains de Jésus. Ce texte montre l’originalité de l’accès à Dieu inauguré par le Christ, un accès qui est bonne nouvelle de salut pour l’homme d’aujourd’hui.

En suivant le texte de Joseph Moingt, voici ce qu’il me semble possible de repérer. Joseph Moingt fait une relecture du récit évangélique. La bonne nouvelle de l’Evangile se présente sous forme de récit. L’accès à Dieu par Jésus-Christ n’est pas un discours, mais une vie racontée. Vie racontée selon des intentions théologiques, des schémas de récit, mais qui reste en style narratif. Jésus, ça se raconte. Vie racontée et interprétée de manière différente selon les époques. La relecture qu’en fait Joseph Moingt est sur fond d’une situation de modernité, d’un monde d’indifférence à la question de Dieu. L’accès à Dieu par ce récit évangélique peut dire quelque chose de pertinent pour l’homme d’aujourd’hui, d’abord parce qu’il est récit. Pourquoi ? Le récit d’une vie (même théologisé et normé comme le sont les Evangiles) rejoint nos vies. Il est question de naissance, d’actions, de paroles, de relation, de conflit, d’amitié, de souffrance, de repas, de mort, d’amour, de vie, d’espoir … et de ce fait le récit rejoint les questions fondamentales de la vie humaine. L’accès à Dieu par Jésus se dit au cœur d’une vie humaine et donc peut rejoindre les nôtres.

Les rejoindre, mais pour quoi ? Pour les libérer de ce qui les empêche d’être humanisées et humanisantes. Joseph Moingt remarque que les miracles de Jésus décrivent des situations symboliques sur le côté nocturne de notre vie : ce qui est lié au mal, à la souffrance, à la mort et met Jésus en contact avec des gens confrontés au tragique de l’existence : mort, maladie, pauvreté, injustice du sort, et de ce fait « exclus ». C’est la parole de Jésus « par l’intensité de la relation qu’il nouait avec tous ces exclus qui leur donnait la force de briser les chaînes de leur destin qui entravaient leur liberté. » Ce récit rejoint nos vies pour les transformer, pour les libérer de ce qui les entrave. Le fait de donner des textes de guérisons pendant des retraites spirituelles montre bien la force de transformation dont ces textes aujourd’hui sont porteurs : guérison spirituelle de surdité, de mutisme, de paralysie… Nous sommes ici au cœur d’une expérience de salut. Ce symbolisme nous est accessible car nous pouvons pressentir que notre propre destin y est représenté : « La parole de Jésus est porteuse pour nous aussi d’un message et d’une force de libération ».

Egalement par  la clarté libératrice de son enseignement : « Il rendait possible à tous les humains un avenir différent, ouvert à une communication libre et fraternelle entre tous, parce qu’il défendait la cause des opprimés, se faisait le partenaire de ceux qui n’avaient pas d’interlocuteur et rendait la parole à ceux qui en étaient dépossédés ».

Son enseignement peut être synthétisé par le mot de Royaume. Sa manière d’en parler donne à voir ce que Dieu veut. Quand un scribe lui déclare qu’aimer Dieu et le prochain vaut mieux que tous les sacrifices et les holocaustes, Jésus lui répond qu’il n’est pas loin du Royaume Mc12, 34. Un royaume qui n’est refusé à personne.

L’Evangile de Marc commence par cette déclaration de proximité : « le royaume de Dieu est tout proche » Mc 1,15. Proximité du Royaume non pas temporelle mais dans  « l’horizon de l’existence de chaque jour ». Non pas refoulée dans le futur mais déjà là en toute occasion. Royaume déjà à l’œuvre dans l’histoire et dans les cœurs comme une semence.

Les images employées dans les paraboles prouvent cette proximité dont personne n’est exclu. Des images de la vie quotidienne comme la lampe, la mesure de farine, la pièce d’argent, la brebis, la semence. Un royaume fait d’événements courants et non pas dans un hors-monde ou dans un espace pensé comme sacré, séparé du profane. Par ce royaume donné comme proche, c’est la compréhension même de l’accès à Dieu qui est présentée. Un Dieu qui se trouve et se laisse trouver dans la vie humaine la plus simple quand elle est porteuse de vie, de croissance.

Qui a entendu ces paroles a entendu Dieu, qui a vu celui qui les disait et qui les vivait a vu Dieu car son « Message est inséparable de sa personne »

Actes et paroles de libération qui interrogent sur son identité. Qui est-il ? Lui-même posera la question : « Pour vous qui suis-je ? » La question de Dieu est donc à poser, en régime chrétien, au cœur de la vie humaine de Jésus. La vie humaine de Jésus est accès auprès de Dieu. Jésus dit Dieu par sa vie humaine. « Qui m’a vu a vu le Père ». C’est sa vie qui nous dit Dieu et nous donne accès à lui, dans une connaissance qui ne peut qu’être expérience d’un « suivre ». Il nous dit Dieu par l’originalité de sa propre expérience de relation avec celui qu’il appelle Père, par la manière singulière, marginale, de se situer face à Dieu : un lien de réciprocité qui a questionné et peut continuer à questionner. « Qui donc est Dieu pour lui et qui est-il en vérité pour tous les hommes si Dieu trouve en lui sa vraie manifestation ? » Il nous dit Dieu et nous ouvre un chemin d’accès à lui. Il parle et fait expérimenter par son attitude même un Dieu miséricordieux. Il donne à voir un Dieu non de vengeance mais de  pardon, qui aime qu’on lui fasse confiance, qui aime pardonner, donner, accueillir les petits. Voici les constantes de l’image de Dieu qu’il donne à voir.

Ce qui est donné à voir est une vraie révolution religieuse : c’est un Dieu qui sort des catégories du religieux. (le rituel, le sacrifice, la délimitation d’un espace sacré, la démarcation entre le pur et l’impur). Joseph Moingt développe cette sortie du religieux qui change justement les codes d’accès à Dieu. Cela me semble d’autant plus pertinent que cette sortie du religieux est aussi, par là même, contestation de tout religieux sécularisé et peut donc éclairer l’homme incroyant sur son comportement.

J. MOINGT, Le Dieu qui vient à l’homme, tome 1, Cerf, 2002, p 276

Joseph Moingt, l’homme qui venait de Dieu, Cerf, 2002, le prologue p21-69

Idem p. 47

P 48

P 47

P 60

P 58

P 57

Repost 0
Published by aubonheurdedieu-soeurmichele - dans fondamentaux de la foi
commenter cet article