Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 octobre 2011 5 14 /10 /octobre /2011 00:17

Une journée parmi d’autres

La journée a commencé par un temps d’oraison. En ce moment je le fais avec une lecture continue d’un livre de la Bible : le prophète Isaïe. Après commence une journée de travail.

Aujourd’hui, d’abord un accompagnement d’une personne qui fait une retraite. J’écoute le vécu de sa prière avec des textes bibliques que je lui ai donné hier et en fonction de cela je lui en donne d’autres pour ce jour.

A 11 h, je rencontre les novices pour un temps d’étude. Nous lisons ensemble un article d’Adolphe Gesché : « Apprendre de Dieu ce qu’il est. » Cet article permet de mieux cerner l’originalité de la foi chrétienne.

Je prends ensuite mon repas avec 3 personnes. Histoire de commencer de manière conviviale, un travail que nous allons entreprendre ensemble dans l’après-midi. Il s’agit de renouveler une proposition que nous proposons depuis plus de 20 ans : la retraite dans la vie. (faire une vraie retraite spirituelle au cœur de sa vie) Les idées fusent, pour améliorer cette formule et la renouveler.

 

Vient ensuite la prière communautaire des vêpres suivies d’un autre temps de prière personnelle.

 

Enfin une soirée bien remplie avec GPP. Quel est ce sigle mystérieux ? Gouter et partager la parole. On commence par un pique-nique à 19h30 et la soirée démarre à 20h15. Un chant, aujourd’hui, lecture d’un texte d’Isaïe, on donne des pistes pour méditer ce texte. 30 minutes de méditation personnelle, suivi de 20 minutes de partage en petit groupe. Et pour terminer une courte homélie et une prière de conclusion. Ce soir 20 personnes étaient à ce rendez-vous avec la Parole de Dieu. Cette proposition est animée par 3 laïcs et moi. Il est temps ensuite de fermer la maison, d’écrire cet article et d’aller dormir.

Journée bien remplie pour faire connaitre et aimer Jésus-Christ !

Repost 0
Published by aubonheurdedieu-soeurmichele - dans Journal
commenter cet article
12 octobre 2011 3 12 /10 /octobre /2011 20:23

 Marc au chapitre 6 verset 30 à 44

[29] Les disciples de Jean, l'ayant appris, vinrent prendre son cadavre et le mirent dans un tombeau.

[30] Les apôtres se réunissent auprès de Jésus, et ils lui rapportèrent tout ce qu'ils avaient fait et tout ce qu'ils avaient enseigné.

[31] Et il leur dit : "Venez vous-mêmes à l'écart, dans un lieu désert, et reposez-vous un peu." De fait, les arrivants et les partants étaient si nombreux que les apôtres n'avaient pas même le temps de manger.

[32] Ils partirent donc dans la barque vers un lieu désert, à l'écart.

[33] Les voyant s'éloigner, beaucoup comprirent, et de toutes les villes on accourut là-bas, à pied, et on les devança.

[34] En débarquant, il vit une foule nombreuse et il en eut pitié, parce qu'ils étaient comme des brebis qui n'ont pas de berger, et il se mit à les enseigner longuement.

[35] L'heure étant déjà très avancée, ses disciples s'approchèrent et lui dirent : "L'endroit est désert et l'heure est déjà très avancée ;

[36] renvoie-les afin qu'ils aillent dans les fermes et les villages d'alentour s'acheter de quoi manger."

[37] Il leur répondit : "Donnez-leur vous-mêmes à manger." Ils lui disent : "Faudra-t-il que nous allions acheter des pains pour 200 deniers, afin de leur donner à manger ?"

[38] Il leur dit : "Combien de pains avez-vous ? Allez voir." S'en étant informés, ils disent : "Cinq, et deux poissons."

[39] Alors il leur ordonna de les faire tous s'étendre par groupes de convives sur l'herbe verte.

[40] Et ils s'allongèrent à terre par carrés de cent et de 50.

[41] Prenant alors les cinq pains et les deux poissons, il leva les yeux au ciel, il bénit et rompit les pains, et il les donnait à ses disciples pour les leur servir. Il partagea aussi les deux poissons entre tous.

[42] Tous mangèrent et furent rassasiés ;

[43] et l'on emporta les morceaux, plein douze couffins avec les restes des poissons.

[44] Et ceux qui avaient mangé les pains étaient 5.000 hommes.

 

Avec ce texte de marc, voici des indications pour méditer, qui peuvent aider pour d'autres textes évangéliques


1- Me rendre attentif-ve aux paroles, aux silences, aux actes, aux gestes, aux attitudes, aux désirs, aux joies, aux peines, aux sentiments  de Jésus.

- ses actes :

son départ pour un lieu désert

il voit cette foule nombreuse

son activité d’enseignement

son ordre de faire asseoir

il prend les pains, lève les yeux, il bénit rompit les pains et les donne à ses disciples etc.

- ses paroles :

v 31 : «   Venez vous même à l’écart dans un lieu désert et reposez-vous un peu »

v37 : «  Donnez leur vous-même à manger »

v38 : « Combien de pain avez-vous ? Allez voir »

- ses sentiments :

il eut pitié de la foule car elle est sans berger

 

Voilà ce qui est écrit dans le texte mais il faut aller plus loin , il y a des choses à découvrir entre les lignes :

v30 les apôtres lui rapportèrent ce qu’ils avaient fait : Jésus est en situation d’écoute, oui il écoute la vie de ses disciples comme il écoute la nôtre.

v31 reposez-vous un peu : on peut y entendre la délicatesse de Jésus, son réalisme aussi, sa sollicitude

 

En prenant de la hauteur, on s’aperçoit des 2 gestes principaux :

Il donne un enseignement et il donne du pain.

 

Le 1er acte de la méditation est un travail de lecture, de mémoire, d’attention à ce qui est donné à voir et à comprendre.

Un travail de labourage, de rumination, d’attention pleine de respect.

On peut aussi faire la même chose avec les autres personnages du texte, ici les apôtres ou la foule avec les mêmes questions : actes, paroles, etc.

2- Ensuite il va s’agir de comprendre en profondeur, faire acte d’intelligence de l’Ecriture.

Pour cela il nous faut des clés de lecture.

Une parmi d’autre qui peut ouvrir tous les récits évangéliques est celle-ci : Se demander comment Jésus aime ?

Et reprendre ce qui a été vu dans la première partie, faire dérouler le film de ses actes, de ses paroles, de ses attitudes, de ses sentiments etc.

Jésus aime en nourrissant de parole et de pain

Il aime en écoutant ses disciples et en étant attentif à eux

Il aime en associant ses disciples à son œuvre etc.

 

On pourra se poser la même question pour les disciples : comment réponde-t- il à l’amour que Jésus a pour eux ?

Ils aiment en se réunissant autour de Jésus

Ils aiment en lui rapportant tout ce qu’ils avaient fait et enseigné

Ils aiment en faisant ce qu’il leur dit de faire etc.

Mais aussi comment n’y réponde- t- il pas ou en quoi leur intelligence de la foi est encore lourde ?

 

3- la 3ème partie, il s’agit maintenant de se laisser personnellement rejoindre par ce texte

Même si je ne ressens rien, ce texte me concerne.

Ce que Jésus a fait, il continue de le faire.

il m’aime en se donnant à moi dans sa Parole et son Corps eucharistique

il m’aime en m’écoutant etc.

 

Ce que Jésus a fait dans son existence historique, il continue de le faire dans l’aujourd’hui de nos vies.

Il nous parle, il nous guérit, il nous sauve.

Il s’agit d’appliquer ses gestes aimants et sauveurs à notre vie.

 

L’Evangile n’est pas un livre du passé, c’est Quelqu’un de vivant qui me rejoint dans l’aujourd’hui de ma vie et dont je suis le contemporain

Rester à regarder cela, à goûter cela, à contempler cela, laisser cette parole me modeler, la laisser descendre pour que cela me transforme.

 

Se demander comment répondre au don de cet amour ?

Au sens que peut-être quelque chose de ce texte me rejoint plus personnellement, m’éclaire, me fait du bien, m’interroge, m’interpelle, me réjouit, m’attriste…

Recueillir cela précieusement, se demander pourquoi ?

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by aubonheurdedieu-soeurmichele - dans Boite à outils
commenter cet article
10 octobre 2011 1 10 /10 /octobre /2011 12:23


 °1  Jésus fut alors conduit par l’Esprit au désert pour y être tenté par le diable. °2 Il resta quarante jours et quarante nuits sans manger, après quoi il eut faim. °3 Le tentateur s’approche donc et lui dit : “Si tu es Fils de Dieu, dis à ces pierres qu’elles deviennent des pains.” °4 Mais Jésus lui répond : “Il est écrit que l’homme ne vit pas seulement de pain, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu.”

°5 Alors le diable l’emmène à la Ville Sainte et le dépose sur le rempart du Temple. °6 Et il lui dit : “Si tu es Fils de Dieu, jette-toi en bas, car il est écrit : Il a donné pour toi un ordre à ses anges ; de leurs mains ils te tiendront, de peur que ton pied ne heurte quelque pierre.

°7 Mais Jésus lui répond : “Il est écrit aussi : Tu ne mettras pas au défi le Seigneur ton Dieu.”

°8 Une fois encore le diable l’emmène à une très haute montagne et lui montre toutes les nations du monde, dans toute leur splendeur. °9 Et il lui dit : “Je te donnerai tout cela si tu tombes à mes pieds pour m’adorer.” °10 Mais Jésus lui dit : “Retire-toi, Satan ; car il est écrit : Tu adoreras le Seigneur ton Dieu, c’est lui seul que tu serviras.”

°11 Alors le diable le laisse. Aussitôt des anges s’approchent, et ils le servent.

°12 Quand Jésus apprend que Jean a été arrêté, il s’éloigne et va en Galilée. °13 Là il laisse Nazareth et vient séjourner à Capharnaüm, sur le bord de mer, à la frontière de Zabulon et de Nephtali. °14 Ainsi va s’accomplir ce qu’a dit le prophète Isaïe : °15 Écoutez, terres de Zabulon et de Nephtali, route de la mer et rives du Jourdain, et toi, Galilée, province des païens ! °16 Le peuple jeté dans les ténèbres a vu une grande lumière. Pour ceux qui restaient dans l’ombre, au pays de la mort, une lumière s’est levée.

°17 Dès ce moment Jésus commença à proclamer son message. Il disait : “Convertissez-vous, car le Royaume de Dieu est tout proche.”

°18 Comme Jésus passait le long de la mer de Galilée, il y avait là deux frères, Simon qu’on appelle Pierre, et André son frère. Il les vit qui jetaient leurs filets dans la mer, car ils étaient pêcheurs, °19 et il leur dit : “Venez, suivez-moi. Je ferai de vous des pêcheurs d’hommes.” °20 Aussitôt ils laissèrent leurs filets et le suivirent.

°21 Un peu plus loin, Jésus vit encore deux frères, Jacques fils de Zébédée, et Jean son frère ; ils étaient avec leur père Zébédée dans la barque, en train d’arranger leurs filets. Jésus les appela ; °22 aussitôt ils laissèrent leur père avec la barque et commencèrent à le suivre.

°23 Jésus circulait dans toute la Galilée. Il les enseignait dans leurs synagogues, il proclamait la Bonne Nouvelle du Royaume et guérissait le peuple de tout mal et de toute maladie. °24 On entendait parler de lui dans toute la province de Syrie. On lui amenait tous ceux qui allaient mal, des gens atteints de douleurs ou de maladies diverses, ou qui avaient un démon, ainsi que des épileptiques et des paralysés : Jésus les guérissait tous.

°25 Des foules commencèrent à le suivre ; on venait de la Galilée, de la Décapole, de Jérusalem, de Judée et de l’autre rive du Jourdain.

Tenté par le diable

Ces tentations sont un résumé des refus de Jésus durant sa vie et de son combat pour la liberté. La foi est un acte libre. Il ne veut pas qu’on le suive par intérêt ( du pain en faisant des gens des assistés), par l’évidence du miracle ( qui oblige à croire), par un puissance sur les gens ( qui prive de liberté). Il veut qu’on le suive par un acte de liberté, parce qu’on a saisi que c’est un chemin de vie.

*Dieu ami-e, aide-moi à croire que la source de la liberté, c’est de savoir que je suis ton-ta bien-aimé-e

*Dieu ami-e, aide-nous à lutter contre toute aliénation, pour que nous devenions toujours plus libre

 

une lumière s’est levée

Cette lumière qu’est Jésus fait passer des ténèbres à la lumière. Nous ne sommes pas des aveugles, nous ne marchons pas dans le noir. Il nous ouvre les yeux pour voir la vie autrement.

*Dieu ami-e, aide-moi à croire qu’avec toi de la lumière peut venir dans ma vie.

*Dieu ami-e, aide-nous à faire la lumière dans nos vies, pour faire reculer ce qui nous aveugle.

 

Convertissez-vous

De quelle conversion s’agit-il ? Un changement de regard sur soi, sur les autres, sur Dieu. Un changement sur les structures qui régissent les relations entre les humains. Un changement qui est à faire et à refaire.

*Dieu ami-e, aide-moi à croire que tu es du côté du changement et non de l’immobilité, du côté du progrès en toute chose et non du conservatisme.

*Dieu ami-e, aide-nous à participer à ce royaume selon ton cœur : royaume de justice et de bonté.

 

Venez, suivez-moi

La foi chrétienne n’est pas l’observance d’un catalogue de vérités à croire et à pratiquer, c’est une amitié avec le Christ, une marche à ses côtés, un compagnonnage qui fait vivre et croire autrement peu à peu.

*Dieu ami-e, aide-moi à croire que tu es le compagnon fidèle de ma vie, à mes côté, de mon côté.

*Dieu ami-e, aide-nous à grandir en amitié avec toi en réponse à ton appel, à mettre nos pas dans les tiens, toi maitre de vie.

 

Repost 0
Published by aubonheurdedieu-soeurmichele - dans catéchèse évangélique
commenter cet article
8 octobre 2011 6 08 /10 /octobre /2011 11:28

Dans l’Evangile de Luc au chapitre 1 verset 26 à 38

[26] Le sixième mois, l'ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, du nom de Nazareth,

[27] à une vierge fiancée à un homme du nom de Joseph, de la maison de David ; et le nom de la vierge était Marie.

[28] Il entra et lui dit : "Réjouis-toi, comblée de grâce, le Seigneur est avec toi."

[29] A cette parole elle fut toute troublée, et elle se demandait ce que signifiait cette salutation.

[30] Et l'ange lui dit : "Sois sans crainte, Marie ; car tu as trouvé grâce auprès de Dieu.

[31] Voici que tu concevras dans ton sein et enfanteras un fils, et tu l'appelleras du nom de Jésus.

[32] Il sera grand, et sera appelé Fils du Très-Haut. Le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David, son père ;

[33] il régnera sur la maison de Jacob pour les siècles et son règne n'aura pas de fin."

[34] Mais Marie dit à l'ange : "Comment cela sera-t-il, puisque je ne connais pas d'homme ?"

[35] L'ange lui répondit : "L'Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre ; c'est pourquoi l'être saint qui naîtra sera appelé Fils de Dieu.

[36] Et voici qu'Elisabeth, ta parente, vient, elle aussi, de concevoir un fils dans sa vieillesse, et elle en est à son sixième mois, elle qu'on appelait la stérile ;

[37] car rien n'est impossible à Dieu."

[38] Marie dit alors : "Je suis la servante du Seigneur ; qu'il m'advienne selon ta parole !" Et l'ange la quitta.

 

1-L’initiative de Dieu

On nous dit que l’ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville appelé Nazareth auprès d’une vierge appelée Marie. On peut rester sur ce point.  S’arrêter, s’étonner du désir de Dieu de nous rejoindre : oui Dieu veut nous rejoindre, se communiquer à nous, se donner à nous.

 

2-Ensuite la manière de faire :

Il y a l’étendu du monde, il y a l’étendu du temps et il choisit une petite bourgade de rien du tout, Nazareth et une personne particulière : Marie.

Dieu n’aime pas en général mais dans le plus concret de l’existence.

L’universel de son amour est concret : en venant vers Marie, c’est vers chacun de nous qu’il vient, en elle, il rejoint les hommes et les femmes de tous les temps et de tous les pays.

Cette contemplation peut nous aider à aimer le quotidien de notre vie : ne pas chercher à trouver Dieu ailleurs que dans ce plus concret qu’il a voulu lui-même rejoindre. Regarder cela pour aimer davantage  notre vie qui est lieu de Dieu.

 

3-La raison de sa venue

Elle  est donné  par le nom de l’enfant : Jésus, c'est-à-dire Dieu sauve

Elle est donné par : « le Seigneur est avec toi »,  l’autre nom de Jésus, c’est à dire l’Emmanuel.

Exposons notre vie à sa venue pour qu’il vienne sauver ce qui a besoin d’être sauvé. Qu’est-ce que j’aimerai que Dieu vienne sauver dans ma vie ? Laissez monter en soi le désir du cœur, laisser monter à la conscience claire le désir peut-être enfoui que Dieu vienne sauver tel aspect de ma vie d’aujourd’hui ou de mon passé.

 

4-la figure de Marie

Elle s’appelle Marie, mais un mot dans cet Evangile est comme un autre nom. Elle s’appelle « pleine de grâce » C’est à dire pleine de Dieu, pleine de la vie de Dieu, pleine de l’amitié de Dieu

Entendre ces mots adressés à Marie comme nous étant adressés aussi

Et si cela vous semble inconvenant, en vous disant que cela ne peut pas s’adresser à nous mais seulement à elle, allez voir en Ephésiens 1/3-14 et même tout le chapitre 1

Vous y verrez la même chose et même plus développé :

-nous sommes béni de Dieu

-nous sommes choisi

-choisi pour être saint dans l’amour

-prédestiné à être ses fils

-gratifié de sa grâce dans le Christ

 

5- Le discernement de Marie

Marie est en train de prier, de faire oraison comme nous, l’ange n’est pas une vision, mais une révélation intérieure qui la bouleverse comme nous même quand il nous a été donné de faire l’expérience d’une parole intérieure.

Dieu est vraiment le vivant, la parole qui peut bouleverser nos vies

Mais Marie ne prend pas pour « argent comptant » tout ce qui se passe dans son cœur, elle veut discerner, faire le tri, savoir si ce qu’elle entend au plus profond d’elle-même vient bien de Dieu.

Elle réfléchit, « elle réfléchissait à ce que pouvait être ce salut »

Elle interroge : « comment cela se fera-t-il ? »

Alors, qu’est-ce qui emporte son adhésion que c’est bien Dieu qui lui parle ?

3 critères : paix, joie, force

La paix : elle reçoit la parole qui parcourt toute la Bible, Dieu qui ne cesse de dire pour nous apaiser : ne crains pas

La joie : Dieu ne veut et ne peut  donner que de bonnes choses, et la seule qu’il veut nous donner c’est lui-même : tu as trouvé grâce auprès de Dieu, sa vie t’est donnée, tu es trouvée en lui pour ta joie et la sienne

La force : ce n’est pas toi qui fera, mais lui en toi.

« car toute parole de Dieu s’accomplit avec puissance ; rien n’est impossible à Dieu »

Marie l’a compris car à la fin elle ne dit pas : je le ferai mais « qu’il me soit fait ».

Oui, tout cela vient bien de Dieu, c’est sa marque !

 

Appel pour nous aussi à discerner, à faire le tri dans ce qui se passe en nous dans l’oraison et notre vie : ce qui vient de lui et ce qui ne vient pas de lui, les chemins de vie auquel il m’invite et les impasses à éviter.

 

Repost 0
Published by aubonheurdedieu-soeurmichele - dans REP
commenter cet article
7 octobre 2011 5 07 /10 /octobre /2011 23:42

 

°1  En ces jours-là, Jean le Baptiseur fait son apparition et commence à prêcher dans le désert de Juda °2 avec ce message : “Convertissez-vous, car le règne de Dieu est tout proche.”

°3 C’était bien Jean que le prophète Isaïe avait en vue quand il disait : Une voix crie dans le désert : Préparez le chemin du Seigneur, aplanissez le sol devant lui. °4 Jean avait un manteau en poils de chameau et un pagne de peau autour des reins ; il se nourrissait de sauterelles et de miel d’abeilles sauvages. °5 On se mettait en marche vers lui de Jérusalem, de toute la Judée et de la vallée du Jourdain ; °6 les gens confessaient leurs péchés et se faisaient baptiser dans les eaux du Jourdain.

°7 Jean vit arriver sur les lieux du baptême un certain nombre de Pharisiens et de Saducéens. Il leur dit : “Race de vipères, qui vous donnera le moyen d’échapper à la Colère qui vient ? °8 Convertissez-vous et qu’on en voie le fruit. °9 Ne croyez pas qu’il vous suffira de dire : Abraham est notre père ! Car, je vous le dis, Dieu est capable de faire sortir même de ces pierres des enfants d’Abraham. °10 Déjà la hache est au pied de l’arbre : tout arbre qui ne produit pas de bons fruits va être abattu et jeté au feu.

°11 Moi je vous donne un baptême d’eau, en vue d’une conversion, mais derrière moi vient un autre plus fort que moi, et je ne mérite même pas de lui présenter ses sandales. Lui vous baptisera dans l’Esprit Saint et dans le feu. °12 Il tient déjà la pelle en main pour nettoyer son blé ; il amassera le grain dans son grenier et brûlera la paille dans le feu qui ne s’éteint pas.”

°13 C’est alors que Jésus vient de la Galilée au Jourdain pour trouver Jean et se faire baptiser par lui. °14 Jean cherche à l’en détourner : “Quoi ? Tu viens à moi ? C’est moi qui devrais me faire baptiser par toi !” °15 Mais Jésus lui répond : “Laisse donc, c’est seulement de cette façon que tout sera dans l’ordre.” Alors Jean le laisse faire.

°16 Le baptême terminé, Jésus sortit des eaux. Alors les cieux s’ouvrirent et Jésus vit l’Esprit de Dieu qui descendait comme fait la colombe et s’arrêtait sur lui. °17 Une voix se fit entendre, venant du Ciel : “C’est lui mon Fils, le Bien-Aimé.

 

“C’est lui mon Fils, le Bien-aimé.”

Jésus est le Bien-aimé. Voici ce que cette voix dit de lui. Une déclaration d’amour, une bénédiction ( = dire du bien).

*Dieu ami-e, aide-moi à croire que je suis pris-e aussi dans cette bénédiction, dans cette déclaration d’amour parce que Jésus est le premier-né d’une multitude de sœurs et de frères

*Dieu ami-e, aide-moi à regarder toute femme, tout homme comme pris aussi dans cette bénédiction, comme aimé-e de Dieu.

 

Repost 0
Published by aubonheurdedieu-soeurmichele - dans catéchèse évangélique
commenter cet article
6 octobre 2011 4 06 /10 /octobre /2011 19:45

2

 °1  Jésus était né à Bethléem de Juda, au temps du roi Hérode ; alors, des pays de l’Orient, des mages arrivèrent à Jérusalem °2 et demandèrent : “Où se trouve le roi des Juifs qui vient de naître ? Nous avons vu son étoile à l’orient et nous sommes venus pour lui rendre hommage.”

°3 Quand le roi Hérode l’apprit, il en eut un choc, et tout Jérusalem avec lui. °4 Il réunit tous les chefs des prêtres et ceux qui enseignaient la religion au peuple, car il voulait leur faire préciser où devait naître le Christ. °5 Ils lui firent cette réponse : “C’est à Bethléem de Juda. Car il est écrit dans le livre du prophète : °6 Toi, Bethléem en Juda, tu n’es pas le dernier des chefs-lieux de Juda, car c’est de toi que sortira le chef, le pasteur de mon peuple Israël.”

°7 Alors Hérode convoqua les mages en secret et leur fit préciser le moment où l’étoile leur était apparue. °8 Il les mit sur le chemin de Bethléem et leur dit : “Allez là-bas et tâchez de bien vous informer sur cet enfant. Si vous le trouvez, vous me le direz, et moi aussi j’irai lui rendre hommage.”

°9 Après cette entrevue avec le roi ils se mirent en route, et voici que l’étoile qu’ils avaient vue en Orient les conduisait. Finalement elle s’arrêta au dessus de l’endroit où se trouvait l’enfant. °10 Revoir l’étoile fut pour eux une grande joie ; °11 ils entrèrent dans la maison, ils virent l’enfant et ils se prosternèrent pour l’adorer. Ils ouvrirent alors leurs coffres et lui firent des cadeaux : de l’or, de l’encens et de la myrrhe.

°12 Ils reçurent alors un avertissement au moyen d’un rêve : ils ne devaient pas revoir Hérode. Ils repartirent donc vers leur pays par un autre chemin.

 °13 Après le départ des mages, un ange du Seigneur vint se manifester à Joseph au cours d’un rêve. Il lui dit : “Lève-toi, prends l’enfant et sa mère et va te réfugier au pays d’Égypte. Tu y resteras jusqu’à ce que je te le dise, car Hérode va rechercher l’enfant pour le faire périr.”

°14 Joseph se leva aussitôt ; cette même nuit il prit l’enfant et sa mère et partit au loin vers l’Égypte. °15 Il y resta jusqu’à la mort d’Hérode et de cette façon s’accomplit ce que le Seigneur avait dit par la bouche du prophète : J’ai fait revenir mon fils d’Égypte.

°16 Quand Hérode se rendit compte qu’il s’était laissé avoir par les mages, il devint furieux. Il envoya massacrer tous les enfants de Bethléem et des environs, tous ceux qui avaient moins de deux ans, selon les précisions que lui avaient données les mages.

°17 De cette façon s’accomplit ce qui avait été dit par le prophète Jérémie : °18 On a entendu des cris à Rama, on gémit et on n’en finit pas de se lamenter. C’est Rachel qui pleure ses enfants ; ils ne sont plus, et elle ne veut pas s’en consoler.

°19 Après la mort d’Hérode, voilà qu’un ange du Seigneur apparaît à Joseph en Égypte au cours d’un rêve ; °20 il lui dit : “Lève-toi, prends l’enfant et sa mère et retourne au pays d’Israël, car ils sont morts, ceux qui en voulaient à la vie de l’enfant.”

°21 Quand Joseph se réveille, il prend l’enfant et sa mère pour rentrer au pays d’Israël. °22 Mais lorsqu’il apprend qu’Arkélaüs règne en Judée à la place de son père Hérode, il a peur d’y retourner. Ayant reçu des instructions au cours d’un rêve, il s’éloigne vers la Galilée °23 et il s’y établit dans un village appelé Nazareth. De cette façon s’accomplira ce qui a été dit par la bouche des prophètes : On l’appellera Nazaréen.


Jésus était né

Tout commence par une naissance. Jésus est venu nous rejoindre dans la fragilité, la vulnérabilité d’un enfant. Dieu n’est pas un tout puissant, il est tout fragile qui a besoin de notre aide pour grandir en nous et dans ce monde.

*Dieu ami-e, aide-moi à croire que tu as vraiment besoin de moi, que tu attends que je prenne soin de toi et te prenne dans mes bras.

*Dieu ami-e, aide-nous à parler de toi de manière à ne pas défigurer ton vrai visage qui es d’infini tendresse.

 

des pays de l’Orient, des mages arrivèrent

Dès le début de l’Evangile, l’horizon s’élargit à la terre entière. Personne n’est exclu de l’accès à Dieu.

*Dieu ami-e, aide-moi à croire que ton amour est pour toutes et tous

*Dieu ami-e aide-nous à lutter contre toutes les formes d’exclusion.

 

ils se mirent en route

L’important est de devenir chercheur  de sens, de se mettre en route, de ne pas cesser de chercher

*Dieu ami-e, aide-moi à croire que la vie a du sens, que se mettre en route, cela vaut la peine

*Dieu ami-e, aide-nous à nous à trouver des forces pour aller toujours de l’avant pour donner su sens à nos vies.

 

ils virent l’enfant

Ce que ces hommes ont vu, il nous est donné de le voir aussi si je prends du temps pour ouvrir l’Evangile.

*Dieu ami-e, aide-moi à croire qu’en ouvrant l’Evangile, il m’est donné de voir le visage de Dieu, tel qu’il a voulu se dévoiler.

*Dieu ami-e, aide-nous à prendre du temps pour m’imprégner de son visage en méditant chaque jour l’Evangile.

 

Hérode va rechercher l’enfant pour le faire périr…Il envoya massacrer tous les enfants de Bethléem

Comment se fait-il que dès sa naissance, Jésus suscite tant de haine au point qu’un roi veut le tuer ? Jésus, ce qu’il est, ce qu’il révèle de Dieu et de l’Humain, est un message de liberté qui est menace pour tous les pouvoirs. Il va le payer de sa vie sur la croix. Déjà, à peine né, sa vie est en danger et menacé par un roi.

*Dieu ami-e, aide-moi à croire que tu prends le parti de ceux qui luttent pour la liberté et la justice, de ceux qui sont menacés et paient de leur vie leur engagement car déjà à ta naissance, tu es de ceux qu’on veut supprimer.

*Dieu ami-e, aide-nous à prendre le parti délibéré d’être du côté de ceux qui subissent l’injustice sous toutes ses formes et de nous engager pour la faire reculer.

Repost 0
Published by aubonheurdedieu-soeurmichele - dans catéchèse évangélique
commenter cet article
5 octobre 2011 3 05 /10 /octobre /2011 11:59

Sur ce blog va commencer une nouvelle rubrique intitulée : catéchèse évangélique.

Nous allons suivre l’Evangile selon Matthieu. Nous commencerons à partir du chapitre 1 verset 18 à 24. Et ensuite nous le suivrons pas à pas.

Je pointerai pour chaque texte, des phrases. Elles seront écrites en noir.

Elles donneront lieu à une courte catéchèse, c'est-à-dire, ce que cette phrase nous révèle de Dieu et de nous-mêmes.

Et ce sera suivi d’une demande adressée à Dieu pour que cette catéchèse modifie notre vie, transforme notre regard.

 

°18 Voici quelle fut l’origine de Jésus, le Christ. Sa mère, Marie, avait été donnée en mariage à Joseph, mais avant qu’ils ne vivent ensemble, elle se trouva enceinte par une intervention de l’Esprit Saint. °19 Joseph, son mari, pensa à la renvoyer. Mais c’était un homme droit et il voulait agir discrètement pour ne pas lui faire du tort.

°20 Comme il en était préoccupé, un ange du Seigneur vint se manifester à lui dans un rêve et lui dit : “Joseph, fils de David, n’aie pas peur de prendre chez toi Marie, ton épouse. La voilà enceinte par l’intervention de l’Esprit Saint ; °21 elle mettra au monde un fils et tu lui donneras le nom de Jésus ; car c’est lui qui sauvera son peuple de ses péchés.”

°22 Tout cela fut donc l’accomplissement de ce que le Seigneur avait dit par la bouche du prophète : °23 Voici que la vierge est enceinte et met au monde un fils. On l’appellera Emmanuel, ce qui veut dire Dieu-avec-nous.

°24 Quand Joseph se réveilla, il fit ce que l’ange lui avait ordonné et il prit avec lui son épouse. °25 Il n’avait donc pas eu de relations avec elle quand elle mit au monde un fils ; il lui donna le nom de Jésus.

 

N’aie pas peur

Catéchèse : 365 fois dans la Bible. La foi chrétienne n’est pas basée sur la peur. C’est un appel à la paix, à faire la paix entre les gens, à s’éveiller à la paix intérieure pour trouver Dieu comme un-e Ami-e

Demande : Dieu Ami-e, aide-moi à croire que tu n’es que paix, que la paix est un signe de ta présence. Dieu Ami-e, aide-nous à bâtir un monde de paix.

 

L’intervention de l’Esprit saint

Catéchèse : L’Evangile nous fait découvrir Dieu du côté de la vie, source de vie, Dieu Esprit de vie, Esprit vivifiant, du côté de la naissance, de la nouveauté qui toujours peut commencer, de l’inattendu.

Demande : Dieu Ami-e, aide-moi à croire que ton seul désir, la seule chose que tu veux, c’est de nous voir toujours plus vivant, c'est-à-dire toujours plus aimant. Dieu Ami-e, aide-nous à favoriser la vie pour toutes et tous.

 

Jésus car c’est lui qui sauvera son peuple de ses péchés

Catéchèse : Jésus veut dire « Dieu sauve ». Il sauve du péché. Qu’est-ce à dire ? En le regardant on découvre notre vrai visage d’humanité : un homme libre et aimant. Il nous ouvre par sa vie un chemin, pour apprendre auprès de lui  à vivre ainsi. Par là même, il indique les errances, les fausses pistes qui empêche d’être libre et d’aimer.

Demande :Dieu ami-e, aide-moi à croire qu’en prenant chaque jour du temps pour te regarder et t’écouter, ma vie changera et que je découvrirai la joie de ta liberté et de ton amour. Dieu ami-e aide-nous à construire des sociétés qui changent la vie des gens à l’image de ta propre existence.

 

Emmanuel, ce qui veut dire Dieu-avec-nous

Catéchèse : Dieu n’est jamais contre nous mais toujours avec nous, de notre côté. Un-e Ami-e fidèle qui ne me lâchera jamais.

Demande : Dieu ami-e, aide-moi à croire à ta présence discrète et réelle à mes côté qui ne veut que du bien pour moi.

Dieu ami-e, aide-nous à nous libérer des fausses images de toi qui sont causes de fausses images de nous et des autres.

 

Repost 0
Published by aubonheurdedieu-soeurmichele - dans catéchèse évangélique
commenter cet article
3 octobre 2011 1 03 /10 /octobre /2011 23:49

 

Dans l’Evangile de Marc au chapitre 2 verset 18 à 22

 

[18] Les disciples de Jean et les Pharisiens étaient en train de jeûner, et on vient lui dire : "Pourquoi les disciples de Jean et les disciples des Pharisiens jeûnent-ils, et tes disciples ne jeûnent-ils pas ?"

[19] Jésus leur dit : "Les compagnons de l'époux peuvent-ils jeûner pendant que l'époux est avec eux ? Tant qu'il ont l'époux avec eux, il ne peuvent pas jeûner.

[20] Mais viendront des jours où l'époux leur sera enlevé ; et alors ils jeûneront en ce jour-là.

[21] Personne ne coud une pièce de drap non foulé à un vieux vêtement ; autrement, la pièce neuve tire sur le vieux vêtement, et la déchirure s'aggrave.

[22] Personne non plus ne met du vin nouveau dans des outres vieilles ; autrement, le vin fera éclater les outres, et le vin est perdu aussi bien que les outres. Mais du vin nouveau dans des outres neuves !"

1ère piste

Comme pour tout texte évangélique, il nous faut fixer nos yeux sur Jésus, fixer nos oreilles sur ses paroles :

 Ici Jésus parle de lui en disant qu’il est l’Epoux.

Cette manière de parler de lui est très forte et mérite que nous passions du temps à méditer, contempler ce mot.

L’Epoux, c’est un des titres qu’on donne à Dieu dans l’Ancien Testament.

Jésus s’attribue ce titre, et nous avons par là, un indice de la conscience qu’il a de sa filiation divine.

Cela peut nous aider à entrer dans la prière, cela peut être une porte d’entrée : « Considérer Celui devant qui je me tiens »

Je me tiens devant Jésus l’époux de nos vies.

Il a épousé nos vies pour les emplir de sa présence.

Dieu à l’image d’un Epoux, et pas n’importe lequel, celui qui donne sa vie sur la croix.

Un Epoux qui prend soin de l’épousé que nous sommes, qui nourrit les épousés que nous sommes.

Se mettre en présence de Dieu qui est à l’image d’un Epoux, c’est bannir toute crainte, c’est un acte d’abandon, c’est se comprendre comme désiré-e de Dieu. C’est comprendre Dieu comme un amoureux, dont l’amour est de toujours à toujours. C’est comprendre la relation à Dieu à l’image de noces, d’union, de communion.

2ème piste

Jésus se présente comme l’Epoux présent mais aussi comme l'époux qui sera enlevé :

 « Viendra un temps où l’Epoux leur sera enlevé », dit-il.

Par là Jésus, de manière allusive annonce sa passion, la séparation de la mort.

L’Epoux leur sera enlevé. Il va passer par l’épreuve de la mort.

Ainsi donc nous sommes aussi devant Dieu mais Dieu crucifié.

Non le dieu impassible de nos imaginaires mais le Dieu vivant, à la fois époux de la joie des noces et Serviteur humilié qui prouve jusqu’où il peut aimer et qui a fait l’expérience de notre souffrance pour être avec nous.

Ceci peut faire aussi comprendre ce qui se passe dans notre cœur. Nous faisons l’expérience de la présence de Dieu et de son absence dans nos vies.

Pour entrer davantage dans ce mystère de Dieu Epoux présent et absent, je vous invite à lire lentement le Cantique des Cantiques puisque c’est le poème des amants qui se cherchent.

La bien-aimée cherche son bien-aimé.

Nous aussi nous cherchons Dieu, quelque fois nous le trouvons, quelque fois nous le ressentons comme absent.

Nous cherchons Dieu mais lui nous a définitivement trouvé.

Nous pouvons être dans la nuit, ne rien sentir, ne rien comprendre.

Et pourtant être uni à Dieu parce que lui, s’est définitivement uni, lié à nous, parce que nous reste toujours la grâce qui suffit, celle d’être rendu participant à la vie de la Trinité.

3ème piste

Il est ensuite question d’un vieux vêtement et d’une pièce d’étoffe neuve, celle-ci ne pouvant servir à raccommoder le premier.

Quel est ce vieux vêtement, quelle est cette pièce d’étoffe neuve ? Une réponse, peut-être : cette étoffe toujours neuve, c’est le vêtement des noces,  les noces de notre baptême qui nous incorpore au Christ et qui nous a fait  revêtir le Christ.

 En Ga 3/27, Paul écrit :

« Vous tous en effet, baptisés dans le Christ, vous avez revêtu le Christ »

En fait, cette étoffe toujours neuve, ce n’est pas quelque chose, c’est quelqu’un : c’est lui-même.

Question à se poser devant Dieu : Quel vêtement ancien à quitter parce qu’il m’empêche de revêtir le nouveau ? Quel combat en moi : ce qui est à perdre pour gagner le meilleur… ?

4ème piste

Ensuite, il est question de vin. Quel est ce vin nouveau qui fait éclater les vieilles outres ?

Après le vêtement du baptême, voici le vin de l’Eucharistie. Vin des noces aussi, comme à Cana.

Vin de l’Esprit qui fait craquer les vieilles outres de ce qui doit mourir pour pouvoir ressusciter à une vie plus belle, plus neuve, plus vive, plus gorgée de vie.

Question à se poser devant Dieu

Quelle outres neuves en mon cœur, dans ma vie pour  que ce vin nouveau ne se perde pas ?

Repost 0
Published by aubonheurdedieu-soeurmichele - dans REP
commenter cet article
2 octobre 2011 7 02 /10 /octobre /2011 20:11

 

Un des points fondamentaux de la foi chrétienne, c’est que Dieu, en la personne de sa Parole s’est fait homme. La parole de Dieu s’est faite chair. « Le Verbe s’est fait chair », proclame le prologue de l’Evangile de Jean. ( Jn 1/14) Cette Révélation de Dieu qui est une véritable révolution de l’image qu’on peut se faire : l’absolu qui est Dieu, est entré dans la finitude, la petitesse, la vulnérabilité, le temps, l’histoire. Le Tout-Autre que nous, le tout différent de nous devient le même que nous.

Pourquoi ? La réponse, nous pouvons, entre autre,  la prendre chez St Irénée ( 2ème siècle ap J-C) : «  A cause d’un surabondant amour »

Son amour  se réalise :

-en s’approchant de nous

-en se tournant vers nous

-en partageant notre vie

-en s’engageant à nos côtés à ses risques et périls.

 

Si on veut résumer cette révolution qu’opère l’incarnation, on peut dire que Dieu s’y révèle : DIEU POUR NOUS . Un Dieu qui s’approche de nous en nous respectant profondément, en douceur, en respectant notre rythme, nos lenteurs, nous prenant là où nous sommes pour aller plus loin, pour nous accoutumer peu à peu à recevoir Dieu

 

Pourquoi cette proximité ?

Parce que Dieu nous cherche. Dieu est chercheur d’humanité. Dieu est en recherche, comme le berger à la recherche de sa brebis. Il y a aussi dans l’incarnation, un objectif de salut, la brebis de la parabole se perd et c’est le Christ qui va la chercher, la rejoindre, la ramener dans la communion avec lui. Un texte évangélique qui dit bien la raison de l’incarnation comme acte sauveur,  c’est la parabole du bon samaritain. Le Christ est comme ce samaritain qui descend de Jérusalem ( Il vient de Dieu pour rejoindre l’homme blessé par le péché, le soigner et le confier à l’Eglise symbolisé par l’aubergiste).

 

Enfin Dieu est en recherche pour une communion, une amitié à nouveau possible, et toujours possible, un partage où chacun donne et reçoit. Dieu en quête de toute femme, de tout homme pour nous faire partager sa vie. C’est le  mystère d’un échange. Dieu qui reçoit la vie humaine par Marie. L’humanité qui reçoit la vie divine par le Christ.

Ici ce mystère de l’incarnation va jusque l’inouï : le but ultime de l’incarnation, c’est, comme le dit l’apôtre Pierre : « Pour que nous devenions participants de la nature divine » ( 2 P 1/4)

Pour une amitié ou chacun-e donne et reçoit. Pour un partage où chacun-e donne et reçoit.

L’incarnation nous fait réaliser notre vocation  à toutes et tous : vocation à la communion avec Dieu.

La révélation concernant Dieu est également révélation de ce que nous sommes vraiment, de notre identité : aimé-e de Dieu, appelé-e à une amitié et une communion sans fin avec lui.

L’incarnation réalise une solidarité irréversible entre l’humanité et Dieu, une union que rien ne peut brisé. L’incarnation réalise une humanité accomplie, selon le cœur de Dieu. Jésus est l’humanité accomplie, l’humanité  dans sa vérité.

L’incarnation ouvre un chemin pour tous et toutes : suivre Jésus, mettre nos pas dans ses pas, se mettre à son école, accepter de nous laisser guérir par lui, c’est s’humaniser de plus en plus, c’est se réaliser, accomplir notre humanité dans sa vérité.

Plus nous devenons compagnon de Jésus, plus nous devenons ce que nous sommes, plus nous nous réalisons, nous nous accomplissons.

Repost 0
Published by aubonheurdedieu-soeurmichele - dans fondamentaux de la foi
commenter cet article
30 septembre 2011 5 30 /09 /septembre /2011 17:13

Le Centre spirituel du Cénacle de Versailles propose une « retraite chez soi ». Les inscriptions ont commencé. Si vous êtes habitant de la région parisienne, cela peut être pour vous une formidable expérience ! Ci-dessous une présentation qui vous en dira davantage.

Cet article est déjà paru sur le site Témoins. http://www.temoins.com

 

Faire une retraite spirituelle chez soi : c’est possible !

Oui, mais pas tout-e seul-e. Si l’expérience vous tente, voilà ce qu’un centre spirituel vous propose pour 2011-2012, entre novembre et avril. Au cours de 7 rencontres, une tous les 15 jours environ, des enseignements vous sont donnés  pour vous aider à «  faire retraite ».  Lors de ces rencontres vous vivez avec d’autres une expérience de prière, un temps de partage,  et surtout, il vous est proposé des textes bibliques à prier chez vous. Entre les réunions de groupe vous rencontrez un-e accompagnateur-trice. C’est une aide précieuse pour relire votre cheminement et la manière dont la Parole de Dieu vous rejoint.

 

Il n’est pas toujours facile de trouver plusieurs jours consécutifs pour se plonger dans une retraite spirituelle en quittant sa vie quotidienne, ses engagements. Cette retraite a donc été pensée pour ceux qui ne peuvent trouver ce temps. Mais cette difficulté peut se transformer en chance. Une retraite « dans la vie » permet de mieux enraciner une écoute de la Parole au cœur de sa vie, de faire davantage dialoguer « parole et vie ».

Quels pré-requis sont nécessaires ?
L’essentiel dans l’expérience spirituelle, est le désir. Désir de mieux connaître le Christ. Ce parcours s’adresse aussi bien à des convertis récents, qu’à des vieux routards ! Il peut convenir à des personnes qui se remettent en route, ou à celles qui sont en recherche.

Une dernière précision : cette retraite s’adresse à tout chrétien quelque soit sa confession. Elle s’inspire de l’expérience spirituelle d’Ignace de Loyola ce qui peut attirer des catholiques, mais fondée sur une écoute des Ecritures les protestants peuvent s'y trouver à l'aise. Et des orthodoxes seraient les bienvenus.

Au Centre  Spirituel du Cénacle de Versailles
68 av. de Paris, 78000 Versailles
 
tel :01 39 50 21 56

cenacle.versailles@wanadoo.fr

 http://ndcenacle.org    


Comment s’inscrire ?
En septembre et octobre, vous téléphonez pour prendre un rendez-vous pour une rencontre qui vous  permettra d’avoir plus d’information, de poser vos questions, de voir si cela peut vous convenir.

Une participante, Anne-Marie, témoigne :
« Se retrouver dans une grande salle, un peu en attente : à quelle sauce vais-je être mangée, serai-je à la hauteur ? Et puis, après tout, je l’ai décidé vraiment librement, c’est un moyen qui peut me convenir. Engage-toi dedans avec confiance et détermination.

« Se laisser guider dans une expérience » : voilà des mots qui nous parlent à chacun singulièrement, et communautairement aussi : les moyens proposés sont pour certains connus, pour d’autres complètement nouveaux : les organisateurs ont dû bien concocter une formule adaptable à chacun !
Notre rencontre avec un accompagnateur,  on n’y pensait plus vraiment…, ou on l’appréhendait et puis voilà que soudain, elle a tout son sens pour relire notre vie : ce mois, avec ses questions de conflits en vie professionnelle, de difficulté ou d’aisance à « tenir » l’engagement pris du temps de méditation quotidienne. Là, on comprend pourquoi, dans la durée, il était sage de suivre les conseils d’une détermination réaliste de la durée de ce temps mis à part chaque jour pour méditer la Parole de Dieu. Autre chose est de le vivre en retraite « classique » où tout est facilité pour une écoute aisée plutôt qu’  immergés dans le quotidien où chacun se coltine, bon gré mal gré, avec le chien à promener, les enfants et leurs devoirs interminables, l’ado en crise ou la collègue qui « pète » les plombs pendant une réunion hiérarchique importante…
Cette prière dans la vie n’est pas de tout repos, et qui a dit déjà : « venez à l’écart et reposez-vous un peu… » ? Quelqu’Un qui peut-être avait raison : au coeur de nos missions, la prière, la communauté, ne sont pas des nuages inaccessibles : le Tout-Autre est aussi le Tout-Proche, n’est-ce pas là que nous touchons du doigt, concrètement, le cœur de l’évangile : le Royaume de Dieu là, la Bonne Nouvelle de Pâques !

Merci au Centre spirituel des Sœurs du Cénacle de permettre cette expérience à tous ceux qui entendent le « Si tu veux… » de Jésus ».

 

Repost 0
Published by aubonheurdedieu-soeurmichele - dans la news
commenter cet article