Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 mars 2021 4 25 /03 /mars /2021 11:18
Année 2021...avec l'évangile de Marc: Mc 2,18-28

La nouveauté de Jésus

Mc 2.18-28

18 Comme les disciples de Jean le Baptiste et les pharisiens jeûnaient, on vient demander à Jésus : « Pourquoi, alors que les disciples de Jean et les disciples des pharisiens jeûnent, tes disciples ne jeûnent-ils pas ? »

19 Jésus leur dit : « Les invités de la noce pourraient-ils jeûner, pendant que l’Époux est avec eux ? Tant qu’ils ont l’Époux avec eux, ils ne peuvent pas jeûner.

20 Mais des jours viendront où l’Époux leur sera enlevé ; alors, ce jour-là, ils jeûneront.

21 Personne ne raccommode un vieux vêtement avec une pièce d’étoffe neuve ; autrement le morceau neuf ajouté tire sur le vieux tissu et la déchirure s’agrandit.

22 Ou encore, personne ne met du vin nouveau dans de vieilles outres ; car alors, le vin fera éclater les outres, et l’on perd à la fois le vin et les outres. À vin nouveau, outres neuves. »

23 Un jour de sabbat, Jésus marchait à travers les champs de blé ; et ses disciples, chemin faisant, se mirent à arracher des épis.

24 Les pharisiens lui disaient : « Regarde ce qu’ils font le jour du sabbat ! Cela n’est pas permis. »

25 Et Jésus leur dit : « N’avez-vous jamais lu ce que fit David, lorsqu’il fut dans le besoin et qu’il eut faim, lui-même et ceux qui l’accompagnaient ?

26 Au temps du grand prêtre Abiatar, il entra dans la maison de Dieu et mangea les pains de l’offrande que nul n’a le droit de manger, sinon les prêtres, et il en donna aussi à ceux qui l’accompagnaient. »

27 Il leur disait encore : « Le sabbat a été fait pour l’homme, et non pas l’homme pour le sabbat.

28 Voilà pourquoi le Fils de l’homme est maître, même du sabbat. »

1ème piste :

Une histoire de noces

« Tant qu’ils ont l’époux avec eux. » Verset 19

Ces 3 versets 18 à 20 sont étonnants. La question du jeûne est mise en référence avec Jésus qui se compare à l’époux d’une noce. On ne jeûne pas à une noce ! Il est l’Epoux venu épouser notre humanité.

Jésus, venu épouser notre humanité : qu’est-ce que cela » dit » à mon cœur ?

2ème piste

Une histoire de couture

Question d’un vieux vêtement et d’une pièce d’étoffe neuve, celle-ci ne pouvant servir à raccommoder le premier.

Quel est ce vieux vêtement, quelle est cette pièce d’étoffe neuve ? Une réponse, peut-être : cette étoffe toujours neuve, c’est le vêtement des noces, les noces de notre baptême qui nous incorpore au Christ et qui nous a fait revêtir le Christ. En Ga 3/27, Paul écrit :« Vous tous en effet, baptisés dans le Christ, vous avez revêtu le Christ » En fait, cette étoffe toujours neuve, ce n’est pas quelque chose, c’est quelqu’un : c’est lui-même.

Quel vêtement ancien à quitter parce qu’il m’empêche de revêtir le nouveau ? Quel combat en moi : ce qui est à perdre pour gagner le meilleur… ?

3ème piste

Une histoire de vin

« A vin nouveau, outres neuves » Verset 22

Jésus déclare dépassées les « les vieilles outres » de la religion, pour nous vêtir de la nouveauté de l’Evangile et boire le vin nouveau de la joie.

Quel est ce vin nouveau qui fait éclater les vieilles outres ?

Après le vêtement du baptême, voici le vin de l’Eucharistie. Vin des noces aussi, comme à Cana. Vin de l’Esprit qui fait craquer les vieilles outres de ce qui doit mourir pour pouvoir ressusciter à une vie plus belle, plus neuve, plus vive, plus gorgée de vie.

Quelle outres neuves en mon cœur, dans ma vie pour que ce vin nouveau ne se perde pas ?

Quel est pour moi la nouveauté de l’Evangile ?

4ème piste :

Une histoire d’épi arraché

Jésus redonne son vrai sens au sabbat : un jour fait pour nous et non une contrainte empêchant de vivre. Jésus se fait maitre du sabbat en lui donnant son vrai sens : le jour par excellence où triomphe la vie pour que tous les autres jours soient porteurs de vie.

Quel « sabbat » je m’autorise pour faire grandir la vie en moi ?

5ème piste : 

Résultat : on veut tuer Jésus

« Contre lui en vue de le perdre » Mc 3/6

Tout de suite après ces épisodes et une guérison le jour du sabbat, certains décident de l’éliminer. Ces textes nous montrent bien les raisons de la mort du Christ : sa parole et ses actes mettaient en danger la religion officielle : pardon, miséricorde, vin nouveau de la joie dans la liberté de l’Esprit, discernement : choisir ce qui fait vivre, faire du bien, sauver, est prioritaire sur toute autre chose.

Comment je me sens touché-e par cette priorité de Jésus ?

Partager cet article
Repost0
18 mars 2021 4 18 /03 /mars /2021 10:35
Année 2021...avec l'évangile de Marc 2,13-17

Mc2/13-17

13 Jésus sortit de nouveau le long de la mer ; toute la foule venait à lui, et il les enseignait. 

14 En passant, il aperçut Lévi, fils d’Alphée, assis au bureau des impôts. Il lui dit : « Suis-moi. » L’homme se leva et le suivit.

15 Comme Jésus était à table dans la maison de Lévi, beaucoup de publicains (c’est-à-dire des collecteurs d’impôts) et beaucoup de pécheurs vinrent prendre place avec Jésus et ses disciples, car ils étaient nombreux à le suivre.

16 Les scribes du groupe des pharisiens, voyant qu’il mangeait avec les pécheurs et les publicains, disaient à ses disciples : « Comment ! Il mange avec les publicains et les pécheurs ! »

17 Jésus, qui avait entendu, leur déclara : « Ce ne sont pas les gens bien portants qui ont besoin du médecin, mais les malades. Je ne suis pas venu appeler des justes, mais des pécheurs. »

 

1ère piste :

« Il aperçut Lévi, fils d’Alphée…Il lui dit : suis-moi. »

Il est important pour nous de savoir que Lévi n’est pas l’apôtre Mathieu. Comme lui il est publicain, mais Lévi n’est pas un des 12. C’est un disciple comme chacun-e de nous. Ainsi nous avons un beau texte pour entendre que cet appel est pour nous. Comme pour Lévi, Jésus pose son regard sur nous et nous dit « suis-moi »

Cet appel, que provoque-t-il dans mon cœur ? Que représente-t-il dans ma vie ?

 

2ème piste

« Suis-moi. Il se lève et le suit »

La suite du Christ est une résurrection : se lever et pouvoir marcher.

Jésus est celui qui fait se lever, qui ressuscite la vie en nous et nous fait aller de l’avant

Sentir cette force de vie qui émane de l’appel de Jésus, m’en imprégner pour me donner force pour aller de l’avant.

 

3ème piste

« Il le suit »

Pour aller où ? Dans sa propre maison…En suivant Jésus, Lévi va dans propre maison. Curieux !

Indication précieuse pour nous : Jésus nous conduit d’abord à l’intérieur de nous-mêmes pour habiter vraiment nos vies, l’accueillir en ce lieu-là bien réel et pas dans un ailleurs irréel.

Suivre Jésus dans sa propre maison…Qu’est-ce que cela ouvre en moi.

 

4ème piste

« Nombreux »

Jésus le conduit à l’intérieur de lui mais aussi pour y vivre avec des sœurs et des frères. Ils sont nombreux pour ce repas : repas du partage, de la solidarité, de l’action de grâce. La suite du Christ est personnelle et communautaire. Précieuses indication qui nous permet d’affirmer que les disciples ne sont pas seulement les 12 mais de nombreuses femmes et hommes qui le suivent.

Regarder ce joyeux repas où personne n’est exclu. Gouter la joie d’en être.

 

5ème piste

« Il mange avec les pécheurs »

Jésus continue de déranger la religion officielle. Il y eu d’abord sa prétention à pardonner. Maintenant il appelle comme disciple un homme exclu à cause de son travail et il mange avec tous ceux qui sont déclarés pécheurs. Jésus mange avec ceux que la religion officielle considérait comme pécheurs donc impurs et se rend impur en les fréquentant. En partageant la table avec eux, il se fait compagnon. Il déclare caduque toute notion d’impureté. Il se fait le compagnon de tous et de toutes.

Est-ce facile pour moi de me considérer comme un convive de ce repas…de voir Jésus mangeant à ma table…de voir que personne n’est exclu ?

Comment je me situe ?

Partager cet article
Repost0
11 mars 2021 4 11 /03 /mars /2021 16:41
Année 2021...avec l'évangile de Marc 2,1-12

Mc2/1-12

01 Quelques jours plus tard, Jésus revint à Capharnaüm, et l’on apprit qu’il était à la maison.

02 Tant de monde s’y rassembla qu’il n’y avait plus de place, pas même devant la porte, et il leur annonçait la Parole.

03 Arrivent des gens qui lui amènent un paralysé, porté par quatre hommes.

04 Comme ils ne peuvent l’approcher à cause de la foule, ils découvrent le toit au-dessus de lui, ils font une ouverture, et descendent le brancard sur lequel était couché le paralysé.

05 Voyant leur foi, Jésus dit au paralysé : « Mon enfant, tes péchés sont pardonnés. »

06 Or, il y avait quelques scribes, assis là, qui raisonnaient en eux-mêmes :

07 « Pourquoi celui-là parle-t-il ainsi ? Il blasphème. Qui donc peut pardonner les péchés, sinon Dieu seul ? »

08 Percevant aussitôt dans son esprit les raisonnements qu’ils se faisaient, Jésus leur dit : « Pourquoi tenez-vous de tels raisonnements ?

09 Qu’est-ce qui est le plus facile ? Dire à ce paralysé : “Tes péchés sont pardonnés”, ou bien lui dire : “Lève-toi, prends ton brancard et marche” ?

10 Eh bien ! Pour que vous sachiez que le Fils de l’homme a autorité pour pardonner les péchés sur la terre… – Jésus s’adressa au paralysé –

11 je te le dis, lève-toi, prends ton brancard, et rentre dans ta maison. »

12 Il se leva, prit aussitôt son brancard, et sortit devant tout le monde. Tous étaient frappés de stupeur et rendaient gloire à Dieu, en disant : « Nous n’avons jamais rien vu de pareil. »

1ère piste

Capharnaüm

C’est la ville choisie par Jésus. Son camp de base en quelque sorte : la maison d’un ami, Simon. Cela permet de mieux saisir le quotidien de Jésus : il a une maison où se reposer, des amis sur qui il peut compter.

Regarder Jésus au milieu de ses amis.

2ème piste

Il leur annonçait la Parole

Remarquons qu’il le fait dans une maison et non dans un lieu qu’on dit « sacré », qui se dit « séparé » du monde.

C’est donc une parole qui est dite et entendue au cœur de ce qui fait la vie des gens, là où nous sommes, là où nous vivons.

Cette parole, ce peut être aujourd’hui, le récit du paralysé, à écouter.

3ème piste

Une personne paralysée et 4 amis

Regardons ces 5 hommes. Avant d’arriver là, le malade a dû faire appel à ses amis, ils ont dû se concerter, réfléchir comment contacter Jésus…en tout cas, leur décision a sa source dans une confiance et une amitié.

Je les regarde et je m’emplis le cœur de leur confiance.

4ème piste

L’inventivité de l’amitié

Regarder comment ils surmontent les obstacles : prendre l’escalier extérieur, défaire la couche d’argile du toit, descendre le brancard avec des cordes. Le texte ne nous a laissé aucune parole, mais ils ont parlé par leurs actes

Regarder tous ces gestes et sentir le poids d’amour qu’ils contiennent.

5ème piste

Tes péchés sont remis

Se laisser surprendre par cette parole. Pourquoi Jésus dit cela ? II a devant lui un homme manifestement paralysé, qui vient pour être guéri et pouvoir vivre debout, marcher comme les autres et…Jésus lui dit une parole de pardon.

Pourquoi Jésus dit-il cela ?

6ème piste

Parole de pardon d’autant plus étonnante qu’elle est, au regard de la religion, blasphématoire, ce qui est bien déclaré par les scribes.

Il blasphème ou il dit la vérité ?

Il dit la vérité de son être : il vient de Dieu, il est de Dieu, il est Dieu. Il est le Verbe fait chair dont nous parle St Jean au chapitre 1 de son évangile.

Entendre cette parole de pardon aussi pour moi.

7ème piste

Dresse-toi

La guérison physique est le signe de la liberté qu’apporte Jésus. Il met les gens debout, les délivre de la paralysie de leur cœur. Il nous veut vivant-e, libre, debout

Entendre cette parole de liberté pour moi.

Partager cet article
Repost0
4 mars 2021 4 04 /03 /mars /2021 15:15
Année 2021...avec l'évangile de Marc

La cohérence d’une vie.

Lecture continue de Mc 2/1 à 3/6 

Il est nécessaire de lire ce passage d'un seul tenant pour y voir combien Jésus dérange. Il se permet de pardonner comme Dieu, se faisant son égal. Il mange avec ceux qu’on considère pécheurs. Pour lui, la miséricorde est au-dessus de tout autre considération. Il déclare caduque toute notion d’impureté. Il se fait le compagnon de tous et de toutes. Il enlève le formalisme du jeûne et lui donne sens en fonction de lui. Il déclare dépassé les « vieux vêtements et les vielles outres » de la religion pour nous vêtir de  la nouveauté de l’Evangile et boire le vin nouveau de la joie. Il redonne son vrai sens au sabbat : un jour fait pour l’Humain et non une contrainte empêchant de vivre. Il pardonne comme Dieu et il se fait maitre du sabbat ; Il guérit le jour du sabbat car c’est le jour par excellence où triomphe la vie.

Tout ce passage se termine par une sentence de mort : « Ils tenaient conseil en vue de le perdre. »

Nous avons ici les raisons de la mort du Christ : sa parole et ses actes mettaient en danger la religion officielle : pardon, miséricorde ; vin nouveau de la joie dans la liberté de l’Esprit ; discernement : choisir ce qui fait vivre, faire du bien, sauver, est prioritaire sur toute autre chose.

Partager cet article
Repost0
25 février 2021 4 25 /02 /février /2021 22:39
Année 2021...avec l'évangile de Marc 1,40-45

Mc1/40-45

40 Un lépreux vient auprès de lui ; il le supplie et, tombant à ses genoux, lui dit : « Si tu le veux, tu peux me purifier. »

41 Saisi de compassion, Jésus étendit la main, le toucha et lui dit : « Je le veux, sois purifié. »

42 À l’instant même, la lèpre le quitta et il fut purifié.

43 Avec fermeté, Jésus le renvoya aussitôt

44 en lui disant : « Attention, ne dis rien à personne, mais va te montrer au prêtre, et donne pour ta purification ce que Moïse a prescrit dans la Loi : cela sera pour les gens un témoignage. »

45 Une fois parti, cet homme se mit à proclamer et à répandre la nouvelle, de sorte que Jésus ne pouvait plus entrer ouvertement dans une ville, mais restait à l’écart, dans des endroits déserts. De partout cependant on venait à lui.

1ère piste

Venir vers Jésus

La foi est une démarche qui s’origine dans le désir d’une rencontre. Ici l’initiative vient de nous mais parce que Jésus est là et qu’il est « sorti » pour cela. Il attend le pas qui est le nôtre. Il a fait tout le chemin mais ne fera pas à notre place, le pas qui nous revient.

Quel est le pas qui me revient dans l’aujourd’hui de ma vie ?

2ème piste

Si tu veux, tu peux…Je veux

Voici la rencontre de 2 volontés : la volonté de vivre de cet homme et la volonté de donner la vie de Jésus.

« Je le veux » : Il veut la vie et il la donne. C’est son unique volonté.

Sentir toute la force qu’il y a dans cette volonté.

3ème piste

Remué jusqu’aux entrailles

Derrière ce mot, en hébreu, il y a le mot utérus des femmes, le lieu de la gestation ; c’est donc un mot très fort. Ce lieu du féminin exprime l’aspect féminin de Dieu qui donne la vie. Jésus est remué au plus profond de la maternité de Dieu.

Comment je suis rejoint-e par cela ?

4ème piste

A personne, ne dis rien

Pourquoi imposer ce silence ?

Jésus a osé toucher un lépreux. Pour la mentalité de son temps, il s’est rendu impur par ce contact. Il est devenu comme un lépreux ne pouvant plus entrer dans une ville. Il a pris condition de lépreux.

M’étonner, admirer, me réjouir.

Partager cet article
Repost0
18 février 2021 4 18 /02 /février /2021 11:39
Année 2021...avec l'évangile de Marc 1,29-39

29 Aussitôt sortis de la synagogue, ils allèrent, avec Jacques et Jean, dans la maison de Simon et d’André. 30 Or, la belle-mère de Simon était au lit, elle avait de la fièvre. Aussitôt, on parla à Jésus de la malade. 31 Jésus s’approcha, la saisit par la main et la fit lever. La fièvre la quitta, et elle les servait.

32 Le soir venu, après le coucher du soleil, on lui amenait tous ceux qui étaient atteints d’un mal ou possédés par des démons. 33 La ville entière se pressait à la porte. 34 Il guérit beaucoup de gens atteints de toutes sortes de maladies, et il expulsa beaucoup de démons ; il empêchait les démons de parler, parce qu’ils savaient, eux, qui il était. 35 Le lendemain, Jésus se leva, bien avant l’aube. Il sortit et se rendit dans un endroit désert, et là il priait. 36 Simon et ceux qui étaient avec lui partirent à sa recherche. 37 Ils le trouvent et lui disent : « Tout le monde te cherche. »

38 Jésus leur dit : « Allons ailleurs, dans les villages voisins, afin que là aussi je proclame l’Évangile ; car c’est pour cela que je suis sorti. » 39 Et il parcourut toute la Galilée, proclamant l’Évangile dans leurs synagogues, et expulsant les démons.

1ère piste

Le quotidien de Jésus

Regardons ce quotidien. Il est allé à la synagogue, il est invité dans une maison. C’est celle de Simon et André, les 2 frères qu’il a appelé au bord du lac. Une maison où vivent plusieurs générations : des couples, des enfants, des grands-parents : on nomme la belle-mère de Pierre.

Regarder cette scène. Jésus y est à l’aise. C’est son quotidien comme le nôtre. C’est là qu’il est.

Ne le cherchons pas ailleurs que dans notre propre quotidien.

2ème piste

Une femme malade relevée

Regarder les 3 gestes de Jésus :

Il s’approche

Il la réveille

Il lui saisit la main

Goûter la délicatesse de ces gestes.

Il ne veut pas que cette femme (toutes les femmes) soit comme mortes, « étendues ». Il les veut debout, vivantes, agissantes. Ici pour le service des repas (la diaconie des repas, la même diaconie que celle des anges en 1/13) mais ce sera aussi pour le service de la Parole, de l’évangélisation, de l’annonce de la résurrection.

Prenons mieux conscience de cette volonté de Jésus.

3ème piste

Le soir venu, il guérissait

Comme cette femme qui s’est mise au service, Jésus aussi se met au service de tous ces gens qui lui apportent leurs maladies. Il est contagieux de santé psychique et spirituelle, c’est pourquoi il peut guérir.

Regarder Jésus serviteur.

4ème piste

Pas de parole sans agir

Il ne laisse pas parler les démons car ils savent qui il est. Pourquoi imposer ce silence ?

Parce que leur savoir est un refus. Ils savent mais ils rejettent, ils agissent contre.

Leur savoir est faux. Le vrai savoir est engagement à le vivre.

Regarder la fermeté de Jésus contre le double langage, la double vie.

5ème piste

Il priait

Il nous est bon de voir l’homme Jésus prier. Il s’autorise des moments de solitude, des moments à lui, pour se « retrouver », pour se « recentrer », pour ouvrir un espace de réflexion, de contemplation. C’est un besoin, c’est un droit, c’est une nécessité vitale pour lui…

Et pour nous !

6ème piste

Il élargit l’espace

Allons ailleurs, c’est pour cela que je suis sorti.

Entendre ce désir de Jésus d’aller ailleurs d’élargir le champ de sa vie : partant de Capharnaüm, il va parcourir la Galilée ; c’est le début d’un décloisonnement qui, avec la Pentecôte, ira jusqu’au monde entier. Jésus nous fait sortir de tout particularisme. Il commence à briser les barrières d’une religion ethnique, clanique, nationaliste.

Allons ailleurs, sortons comme lui.

Partager cet article
Repost0
11 février 2021 4 11 /02 /février /2021 21:45
Année 2011...avec l'évangile de Marc 1,21-28

1 Ils entrèrent à Capharnaüm. Aussitôt, le jour du sabbat, Jésus se rendit à la synagogue, et là, il enseignait.

22 On était frappé par son enseignement, car il enseignait en homme qui a autorité, et non pas comme les scribes.

23 Or, il y avait dans leur synagogue un homme tourmenté par un esprit impur, qui se mit à crier :

24 « Que nous veux-tu, Jésus de Nazareth ? Es-tu venu pour nous perdre ? Je sais qui tu es : tu es le Saint de Dieu. »

25 Jésus l’interpella vivement : « Tais-toi ! Sors de cet homme. »

26 L’esprit impur le fit entrer en convulsions, puis, poussant un grand cri, sortit de lui.

27 Ils furent tous frappés de stupeur et se demandaient entre eux : « Qu’est-ce que cela veut dire ? Voilà un enseignement nouveau, donné avec autorité ! Il commande même aux esprits impurs, et ils lui obéissent. »

28 Sa renommée se répandit aussitôt partout, dans toute la région de la Galilée.

1ère piste

Il enseigne

Il enseigne sans aucune autorisation institutionnelle. Il ne fait pas partie de la caste de ceux qui sont légitimes pour enseigner.

Il nous est donné 3 caractéristiques de son enseignement :

Ayant autorité, pas comme les scribes, neuf.

Quelle est cette autorité, quelle est cette nouveauté ? Pourquoi est-ce différent de l’enseignement des scribes ?

Les scribes sont dans la répétition et ils ne pratiquent pas forcément ce qu’ils enseignent. Jésus, lui, fait ce qu’il dit et dit ce qu’il fait. Il parle de libération et il libère vraiment comme cet homme de ses démons. La nouveauté de son enseignement en acte, c’est la libération. Son autorité, c’est qu’il ne se contente pas d’en parler : il la réalise, il libère vraiment les gens de ce qui les entrave et les empêche de vivre.

Comment je suis touchée par cela ?

2ème piste

Son enseignement

Cet Evangile nous présente Jésus en acte d’enseignement :

4 fois le mot enseignement, enseigner dans ce texte.

Curieusement, le contenu de cet enseignement n’est pas donné : on ne sait pas ce qu’il disait ! Frustration pour nous ? Ou plutôt un appel : être chrétien, ce n’est pas adhérer à une doctrine, c’est aimer quelqu’un : le Christ. Il est la Parole, c’est son être qui nous donne la vie, qui est chemin et qui nous ouvre à la vérité sur Dieu. Son unique enseignement c’est lui-même, ce qu’il est, ce qu’il vit, ce qu’il fait.

Appel donc à le contempler, lui la Parole faite chair. Contempler pour aimer.

3ème piste

Parole agissante et efficace.

Il enlève le mal qui est dans le cœur. Du coup, sans discours, il parle et dit sa mission : nous libérer.

D’abord rester là devant ce désir de Dieu : que sommes-nous pour lui pour qu’il n’ait de cesse que de nous rendre libre ?

Maintenir en nous l’étonnement devant ce que cela nous révèle de Dieu

4ème piste :

Face à face de Jésus et du mauvais.

Lumière et vérité que Jésus est, il met à nu le mal, l’oblige à se démasquer, à sortir de l’ombre où il habite pour faire le mal incognito. La présence de Jésus le démasque.

La tactique du mauvais, c’est de passer inaperçu, c’est de faire passer pour bien un mal. Ici, il est dévoilé comme mauvais et ce dévoilement est déjà victoire de Jésus et défaite du mauvais. « Es-tu venu pour nous perdre ? » est aveu de défaite.

Mais cette phrase, n’y a-t -il pas une part en nous qui le dis ?

Attachement en nous au mal, qui nous fait craindre l’action du Christ qui veut nous en libérer ?

5ème piste

Déclaration du mauvais : « Tu es le saint de Dieu »

Le mauvais dit la vérité, oui Jésus est bien le saint de Dieu.

Mais cette vérité il l’a hait.  Il dit la vérité mais il n’est pas dans la vérité, il ne vit pas d’elle.

Il a une orthodoxie du discours mais une hérésie de la pratique.

Cela peut être le lieu d’une demande pour nous : demander non seulement de dire Dieu mais de vivre de lui, de consentir à lui, d’ouvrir à sa présence toute notre vie.

6ème piste :

Les gens de la synagogue.

Ils sont témoin de la nouveauté d’une parole et de l’inouï d’une action.

Quelle est leur réponse ? On nous dit qu’ils sont frappés par son enseignement et saisis de frayeur. Mais pas de vraie réponse, pas de véritable engagement.

Cela peut être un appel pour nous à sonder notre réponse. Comment je réponds à l’inouï de cette Parole et de cette Action ?

Partager cet article
Repost0
9 février 2021 2 09 /02 /février /2021 14:23
Se réjouir des choses, chemin d’union à Dieu.

Certaines spiritualités se sont, à mon sens, fourvoyer en enseignant que l’union à Dieu passe par la fuite des choses de ce monde. D’abord parce que c’est une illusion, même au fin fond d’une grotte, il faudra trouver moyen de se nourrir, de se vêtir, de se chauffer…sinon cela équivaut à un suicide.

Illusion et aussi en contradiction avec le magnifique poème de la création que nous offre le premier chapitre de la Genèse où sur toute chose on nous dit que « Dieu vit que cela était bon » répété 7 fois.

Mais sans tomber dans les formes extrêmes de cette illusion, nous pouvons passer à côté de l’expérience spirituelle qui est justement de goûter les choses à leur juste mesure, c’est-à-dire une mesure débordante et bien tassée !

Passer à côté en ne prenant pas conscience de tout ce qui nous entoure et qui concoure à notre vie.

Pour contrer cela, il nous faut sortir de l’apparente banalité : ce qui existe, ce qui nous entoure, ce dont nous bénéficions est exceptionnel ! Le plus simple est un don à recevoir, à goûter, à admirer…

Mais pourquoi est-ce un chemin d’union à Dieu ?

Parce que goûter la vie, goûter ce qui est bon, c’est goûter Dieu qui est la Vie, qui est la Bonté.

Alors chaque matin, accordons-nous un temps de présence à Dieu en prenant conscience des choses, de ce qui nous entoure, de ce dont nous bénéficions, de ce qui est bon à vivre.

Par exemple, non exhaustif et à adapter selon chacun-e :

Ce matin, pour moi, voici quelle a été ma présence à Dieu :

Je suis vivante, je me suis réveillée, en ayant dormi dans un lit, au chaud, dans une chambre qui m’est personnelle, qui a de l’électricité, de l’eau chaude, d’une douche. J’ai pu vivre un temps de louange avec ma communauté, et pu prendre un bon petit déjeuner. J’ai la possibilité d’un temps de méditation, je suis entouré de livres…

Etc. Etc.

Faire cela n’exige même pas qu’on s’adresse à Dieu, n’exige même pas de dire merci. C’est l’acte même de prise de conscience de ces choses qui est union à Dieu.

Et quel dynamisme cela donne !

Et quelle sortie de la morosité cela procure !

Et quelle ingratitude cela guérit !

A pratiquer sans modération.

Partager cet article
Repost0
4 février 2021 4 04 /02 /février /2021 22:05
Année 2021...avec l'Evangile de Marc 1,16-20

Mc 1/16-20

16 Passant le long de la mer de Galilée, Jésus vit Simon et André, le frère de Simon, en train de jeter les filets dans la mer, car c’étaient des pêcheurs.

17 Il leur dit : « Venez à ma suite. Je vous ferai devenir pêcheurs d’hommes. »

18 Aussitôt, laissant leurs filets, ils le suivirent.

19 Jésus avança un peu et il vit Jacques, fils de Zébédée, et son frère Jean, qui étaient dans la barque et réparaient les filets.

20 Aussitôt, Jésus les appela. Alors, laissant dans la barque leur père Zébédée avec ses ouvriers, ils partirent à sa suite.

1ère piste

Un geste fondateur: Il choisit des pêcheurs. Ce choix a une signification : à cause de leur travail, ils ne peuvent pas être de bons « pratiquants » de la loi religieuse. Geste fondateur, car, en les choisissant, il dit qu’il vient pour introduire un rapport à Dieu délivré de ce qui exclut. Toutes et tous sont appelé-es à une vie d’amitié avec Dieu au-delà de toute pratique formelle.

Comment je suis en phase avec cela ?

2ème piste

Une transformation progressive :

Devenir pêcheurs d’hommes.

Il y a dans le choix du ce mot pour dire leur nouvelle mission, beaucoup de respect pour le travail qui est le leur : Il reprend le même mot. Parce que c’est dans et par le meilleur de leur compétence humaine qu’ils pourront être au service de l’Evangile. Ils mettront au service de l’Evangile, les mêmes qualités qu’ils ont en tant que professionnels de la pêche : patience, endurance, savoir-faire, connaissance…

Et cela demandera du temps : ils ne sont pas pêcheurs d’hommes, ils ont à le devenir, peu à peu.

Quelles sont mes compétences humaines qui sont au service de l’Evangile ?

 

3ème piste

Un appel : venir derrière lui.

Être derrière, c’est l’expression pour dire l’état de disciple d’un maitre. Ils vont être ses « followers ». Le Christ est devant eux. Il les précédera toujours.

Ce qui veut dire que dans tout lieu où nous vivons, où nous allons, où nous témoignons du Christ, il est déjà là, il nous précède, il est à l’œuvre avec le Père et l’Esprit Saint. Le Christ a déjà semé, en tout femme, en tout homme de ce monde croyant-e ou incroyant-e, en tout lieu, en toute époque.

Dieu est à l’œuvre, il travaille les cœurs, rencontrant résistance ou accueil. Il est devant nous, avant nous et nous recueillons le fruit de son travail. Il est en nous.

A quel signe, je le vois ?

Partager cet article
Repost0
28 janvier 2021 4 28 /01 /janvier /2021 11:12
Année 2021...avec l'évangile de Marc: 1,14-15

Mc 1.14-15

14 Après l’arrestation de Jean, Jésus partit pour la Galilée proclamer l’Évangile de Dieu ; 15 il disait : « Les temps sont accomplis : le règne de Dieu est tout proche. Convertissez-vous et croyez à l’Évangile. »

1ère piste

Il vient dans la Galilée.

Nous sommes ici témoins d’un choix du Christ.

Pour dire l’essentiel de sa mission, il choisit la Galilée, la région où il est né et une région qui a mauvaise réputation aux yeux des juifs de Judée

(Jn 7/57 ; Mt4/15).

Quelle est la raison de ce choix ?

2ème piste

La bonne nouvelle de Dieu.

Il nous est dit une deuxième fois que ce que va dire Jésus est bon et nouveau.

Comme se fait-il que pendant l’histoire du christianisme, certains ont pu transformer cela en mauvaises nouvelles ?

3ème piste

Les premiers mots de Jésus, Marc nous en livre l’essentiel :

-Les temps sont accomplis

C’est maintenant. Ce n’est pas hier ni demain. Aujourd’hui.

Dans l’aujourd’hui de nos vies, le décisif est là. C’est fait, ce n’est pas à faire. C’est fait par lui pour nous. Un don.

Pour nous, il n’y a qu’une chose à faire : ouvrir les mains.

-Proche est le royaume de Dieu

Mais qu’est-ce que ce royaume ? Une monarchie à la manière de nos sociétés ? La vie future après la mort ?

Le royaume, c’est Jésus lui-même et son projet de justice et d’amour ici et maintenant.

Oui, il est proche, proche de chacun-e de nous.

Le royaume, c’est une manière de penser, de vivre, de décider en cohérence avec celle de Jésus.

C’est le royaume de l’amour. Jésus en est le roi car il l’a vécu jusqu’à l’extrême en étant roi-serviteur, roi-ami.

Regardons-le nous offrir son royaume d’amitié pour notre bonheur et celui de toutes et tous.

Partager cet article
Repost0