Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 novembre 2017 7 05 /11 /novembre /2017 11:30
Quand je dis...Dieu.

Dieu : quatre lettres en français, plus ou moins dans d’autres langues. Mais qui ? Ou quoi ? Et où ? Comment ? …Derrière ce mot ?

Pourquoi un mot existe dans toutes les langues ? Un mot comme tous les mots, créés par les humains.

Et derrière ce mot, de multiples « représentations » : images, concepts, théories, noms, à interroger, à critiquer, à déconstruire, à accueillir.

Sont-ils, sont-elles toutes, tous, des projections de nos besoins, de nos désirs, ou encore de nos conceptions du pouvoir ?

Une, parmi d’autres à particulièrement était source d’un athéisme légitime : la projection sur Dieu d’une réalité humaine, celle du roi absolu. Dieu à l’image d’un monarque absolu maître, propriétaire du monde dont la volonté fait loi, qui peut disposer de tout, et de la volonté duquel tout dépend, Il a les traits d’un monarque conçu de manière absolutiste.  Il est un, indivisible, parfait car impassible, il gouverne et tout dépend de lui [1].

Mais aussi beaucoup d’autres comme le dieu

qui se cacherait au coin de la rue pour me prendre en flagrant délit de faute ; le dieu voyeur à qui rien n’échapperait pour mieux m’accuser ; le dieu fatalité qui aurait écrit sur son grand livre ce que je dois faire, sinon ce sera le malheur pour moi ; le dieu paratonnerre, qui moyennant quelques sacrifices, me protégerait des souffrances de la vie. On peut allonger la liste, les exemples donnés sont des caricatures, mais nous n’en sommes pas indemnes et elles peuvent s’insinuer en nous sans qu’on y prenne garde.

La Bible n’est pas indemne de cela.

Mais la Bible a un mérite inouï, à condition de bien la lire, non pas de manière fondamentaliste, et pas comme une « carrière de normes » mais comme un livre en recherche, en débat sur Dieu. Un exemple parmi d’autres : la richesse et la santé sont-elles des récompenses de Dieu pour une vie vertueuse ou n’ont-elles rien à voir avec Dieu et avec la conduite d’une vie ? Le livre de Job est une contestation radicale d’un dieu qui distribuerait richesse ou pauvreté, santé ou maladie en récompense ou punition du comportement des gens. Ce dieu est une projection qui a sa source dans un désir de justice immanente mais qui justifie les inégalités : la pauvreté ne devait pas être combattu puisqu’elle serait punition de Dieu.

La Bible indique un chemin pour entrer en débat, pour interroger nos représentations, pour les critiquer, la passer au crible de la pensée : telle représentation, fait-elle « honneur » à Dieu ? Est-elle respectueuse de l’humain ? Fait-elle de l’humain un adulte responsable ou un mineur toujours sous tutelle ?

Et surtout, toujours accepter que nos « dires » sur Dieu toujours à interroger.

Ces jours-ci je me suis interrogé : pourquoi je dis « tu » à Dieu, pourquoi je me le représente comme une personne à l’image que j’ai de l’expérience que j’ai de relation avec des personnes ? Serait-ce là encore une projection d’une réalité humaine sur Dieu. Si je dis « tu » à Dieu, c’est parce que je me le « représente » comme une personne. Qu’est-ce qui justifie cela ? Parce que en étant une personne en relation avec d’autres, je ne peux me représenter la relation à Dieu que de cette manière-là.

Mais alors, ce que l’on met derrière le mot Dieu ne peut-il être que projection de notre expérience humaine ? Si oui, aucune crédibilité de nos paroles humaines sur Dieu ne tient.

Mais alors que dire ?

 

Ici, nous sommes convoqué-es à un pas que seule la foi peut faire mais qui n’est pas sans raison.

C’est parce que Dieu est Personne, que je suis une personne.

C’est parce que Dieu est Parole que je suis être de parole.

C’est parce que Dieu est Amour que je peux aimer.

Renversement!

La projection n’est pas de l’humain à Dieu, elle est de Dieu à l’humain : « Image et ressemblance de Dieu ». Parce Dieu est « diffusif » de Dieu.

Et c’est pourquoi, il y a le mot Dieu dans toutes les langues du monde, trace d’une présence, signe d’une recherche de la source de notre être.

Le deuxième pas dans la foi, non sans raison, est d’accueillir l’image de Dieu que me révèle l’être, les paroles, les actes de Jésus. Et ici, en accueillant dans la foi que Jésus est « image » de Dieu, j’accueille une image de Dieu qui est une révolution de nos représentations et que personne n’avait pu concevoir. L’image de Dieu que révèle Jésus est le contre-pied radical de nos représentations de Dieu.

Ouvrir les Evangiles avec comme « question de lecture » : en quoi c’est une « révolution » de nos images de Dieu ?

Et pour commencer cette lecture, allons à un endroit qui fait voler en éclat une représentation : Dieu n’est pas en haut, il est en bas, dans l’Evangile de Jean au chapitre 13 verset 1 à 15. Dieu est à genoux, Dieu est serviteur.

Avec Luc 2, nous voyons Dieu petit enfant, vulnérable, remis entre nos mains. 

Je vous laisse continuer…

 

1-J. MOLTMANN, Trinité et Royaume de Dieu, cerf, 1984, Collection Cogitatio fidei n°123, p 249.

 

 

Repost 0
Published by aubonheurdedieu-soeurmichele - dans fondamentaux de la foi
commenter cet article
23 octobre 2017 1 23 /10 /octobre /2017 17:27
Penser jusqu’au bout…le don

Penser jusqu’au bout…

C’est important de penser jusqu’au bout. Et faute de ne pas le faire, on passe à côté des conséquences de ce que l’on sait, de ce que l’on pense, de ce que l’on croit.

Exemple : les croyants qui ont lu dans la Bible : « Dieu créa l’homme à son image et à sa ressemblance, homme et femme, il les créa » ont -ils pensé jusqu’au bout ? Ce verset biblique établit la dignité de tout être humain, homme et femme, image de Dieu. Penser jusqu’au bout. Vraiment entendu, ce passage de la Bible est le meilleur rempart contre le racisme et le sexisme.

Il n’a cependant ni été pensé jusqu’au bout, ni entendu par des croyants dont les comportements et les discours  justifient de manière religieuse la supériorité de certains et l’infériorité d’autres.

Pour l’heure, je voudrai penser jusqu’au bout…le don. Car cela ouvre à une pensée sur Dieu qui peut être libérante.

Tout personne peut dire que sa vie est un don. Personne ne s’est donné la vie à lui-même. Vivre, personne ne l’a demandé. Ce n’est pas le fruit d’un mérite. Le résultat du hasard, diront les plus athées d’entre nous. C’est là comme un « donné » justement. Un don et pas un prêt. Un don et pas un échange. Un don pas une exigence de réciprocité. Un don sans contrepartie, un don sans condition de retour.

Sinon, ce n’est pas un don.

Si nous postulons que ce don de la vie a sa source en Dieu, il y a donc à penser que ce don est vraiment un don qui contient tout… Un don donné tout entier, pour toujours et de toujours. Un don sans condition :

donné c’est donné.

Sans condition de réciprocité, sans condition de retour, sans condition de gratitude…un don qui n’exige rien.

C’est nous qui inventons un Dieu qui nous aurait fait un prêt et non pas un don.

C’est nous qui inventons que nous devons payer ce don comme on pait une dette.

C’est nous qui inventons qu’il y a un prix à payer pour mériter ce don.

C’est nous qui inventons l’obligation du retour, de la gratitude, de la reconnaissance.

Alors que donné, c’est donné.

Je ne dois rien à Dieu. Donné, c’est donné.

Quel malheur pour la foi de se vivre sous le registre d’une dette à payer, d’une obligation de réponse : car la dette est sans fond. Payer sans jamais pouvoir clore le paiement de la dette.

C’est faute d’avoir présenté la foi dans le registre de la liberté, que des gens sont devenus athées.

Mais si la conscience de ce don me donne le désir de donner à mon tour, c’est tout différent. C’est qu’alors je pressens que donner, c’est la source d’une joie profonde, d’un bonheur de vivre. Nous sommes là dans la liberté et non dans l’obligation.

Dieu a tout donné…et c’est sa joie.

En donnant, j’entre dans cette joie.

 

 

 

  

Repost 0
Published by aubonheurdedieu-soeurmichele - dans fondamentaux de la foi
commenter cet article
3 août 2017 4 03 /08 /août /2017 14:40
Volonté de Dieu...???

 L’amour de Dieu attend une réponse. Dieu est en attente de notre réponse.

Et c’est normal, pour que l’amour appelle la réciprocité.

Le don que Dieu me fait, attend une réponse libre de notre part.

« voici que je me tiens à la porte et que je frappe ». Ap3/20

Dieu est un amoureux, qui attend qu’on lui dise oui.

Dieu a tout donné. Il attend une réponse, oui, puisque sa décision à lui, c’est de proposer son amour, son amitié. Mais l’amour ne se commande pas et Dieu le sait et il ne veut qu’on l’aime par obligation mais par un vrai désir.

Dieu ne peut que se tenir à la porte, ne peux dire que : « veux-tu ? »

Cette réponse est au cœur des Exercices Spirituels d’Ignace de Loyola.

On les entreprend car on a un choix à faire et on veut que ce choix soit une réponse d’amour.

Comment faire de notre vie, une réponse à son amour ?

Qu’est-ce Dieu attend de moi ?

Vaste sujet. Je vais développer quelques points 

Il me demande de croire

Dieu me dit qu’il m’aime, je le sais mais est-ce que j’y crois vraiment ?

Croire c’est une décision, c’est un don de Dieu et une décision de ma part, un combat en nous et autour de nous : «où est-il ton dieu ? » Petite voix du soupçon « s’il t’aimait vraiment… »

Une décision : qui vais-je croire ?

                ce que Dieu me dit de lui

                ou les petites voix qui distille le soupçon ?

Dieu attend de nous la foi

Une foi qui réponde à la sienne

Christ a soif de notre foi « j’ai soif » dit-il à la femme samaritaine en Jn4/7 et sur la croix en Jn 19/28

Il me demande croire et de me laisser aimer par lui

Il m’appelle à vivre mon baptême

Le jour de notre baptême le prêtre a pris une huile qu’on appelle le St Chrême, il a fait le signe de la croix sur notre tête en disant « je te marque de l’onction qui te fait roi, prophète et prêtre »

On ne parle pas assez de cela, et je veux vous en dire qq mots : 

*Au baptême, nous avez été marqué-e de la dignité et de la mission de roi, de reine. Qu’est-ce à dire ? Evidemment pas de prétendre de monter sur le trône de France (ça ferait beaucoup de prétendant-e !)

Roi, Reine, régner, gouverner…sa vie dans le sens de Dieu, dans le sens de son royaume, gouverner sa vie dans la justice, la vérité, pour construire avec d’autre un monde où il fait bon vivre pour toutes et tous.

Servir, c’est régner= vivre sa vie comme un service.

Ça veut dire qu’il n’y a pas de séparation entre la foi et la vie, la foi doit être une lumière pour agir dans les choses les plus humaines, les questions sociales, politiques, les choix qui orientent ma vie et celle des autres et de mettre le Christ au centre de votre vie pour vivre toutes les dimensions de votre existence selon son Esprit. 

*Au baptême, nous avez été marqué-e de la dignité et de la mission de prophète.

Le prophète, c’est l’homme, c’est la femme de la Parole de Dieu, celle et celui qui l’écoute, qui la rumine car elle est parole de vie, scrutant les Ecritures, Ancien et Nouveau Testament et témoignant de Dieu par sa vie et ses paroles. 

*Au baptême nous avez été marqué-e de la dignité et de la mission de prêtre.

Nous sommes habilité-es à être des hommes et des femmes de prière, nous avons reçu mission de la prière, prière de louange, d’intercession, d’adoration, de contemplation et nous sommes habilité-es à célébrer l’eucharistie.

Et célébrer l’eucharistie, c’est communier à la vie du Christ qui se donne à moi, c’est devenir eucharistie dans ma vie de tous les jours, c’est à dire, comme le Christ, avec lui, et en lui, donner sa vie, offrir sa vie pour la vie du monde. 

Nous sommes baptisés. Pas un acte du passé, mais aujourd’hui. Acte permanent, la vie du Christ coule en nous maintenant.

Semence de vie planté dans la terre de notre vie. Semence qui a besoin pour grandir de notre consentement et de nos soins, de notre travail

Il veut que nous inventions pour nous et pour les autres des chemins de bonheur.

Chemin de justice, de liberté, de paix, de partage mais c’est à nous de les inventer, de les construire avec d’autres. Il ne nous dit pas : « tu dois » mais tu peux le faire. Ce qu’il veut, c’est que nous vivions à plein.

Il ne veut pas d’homme et de femme qui ne voudraient pas grandir, mais des femmes et des hommes debout, qui prenne en main leur vie, prennent des décisions, qui osent risquer. 

Il ne veut pas des choses particulières, Dieu n’a pas décider ce que je dois être et faire.

Caricature d’un Dieu avec un grand livre avec nos noms et en face la décision de Dieu.

 

Mais alors comment décider ? Comment décider dans le quotidien si ce n’est pas une parole extérieure à moi-même ?

Justement, en allant à l’intérieur de moi-même. Pour cela, au quotidien, favoriser l’intériorité, se donner des temps pour écouter ce qui se passe à l’intérieur de moi.  Se donner des temps de gratuité, de silence, de solitude. Ne pas vivre à 300 à l’heure, dans un tourbillon où l’on se perd. Se donner du temps pour prier en regardant le style de vie de Jésus et son chemin de bonheur. En faisant une retraite. Tout cela pour chercher et trouver le désir profond le désir fort. Il peut y avoir des désirs superficiels qui vont me satisfaire un moment mais qui ne peuvent me faire vivre profondément. Ils sont à la surface de nous-mêmes. Pour découvrir les désirs profonds, c’est comme désensabler une source, enlever des pierres, creuser profond pour atteindre la source qui va pouvoir jaillir en vraie vie.

Il s’agit de sonder mon cœur, me rendre attentifs aux mouvements qui l’habite. Et faire confiance à ce qui en moi est porteur des éléments suivants :

1 la perspective de décider telle chose me donne de la paix, de la force tranquille, une joie simple.

2- elle me donne confiance en moi, dans les autres, en Dieu ; elle me met en confiance pour l’avenir.

 

 

 

 

Repost 0
Published by aubonheurdedieu-soeurmichele - dans fondamentaux de la foi
commenter cet article
17 juillet 2017 1 17 /07 /juillet /2017 13:42
Jésus: une triple libération

S’exercer à l’étonnement. Après la gratitude, une autre attitude spirituelle : l’étonnement.

Ne pas s’habituer à l’inouï de notre foi chrétienne

Approfondir combien cette foi est étonnante, originale.

Approfondir cette foi pour mieux en vivre.

Mieux en vivre, pour vivre mieux, puisque c’est une bonne nouvelle pour notre vie.

« Commencement de la bonne nouvelle » Evangile de Marc 1/1

« Jésus proclamait la bonne nouvelle venue de Dieu » Mc 1/14

« Convertissez-vous et croyez en la bonne nouvelle » Mc 1/15

En 15 versets du début de Marc, 3 fois « bonne nouvelle ».

Nouveauté et bonté.

La conversion a opéré n’est pas d’abord morale mais changement de conception de Dieu : quittez vos images fausses et mauvaises pour vous, pour s’ouvrir à du neuf :

Ce neuf, c’est possible de le dire ainsi

-Dieu personnel

-Dieu d’amour qui nous propose son amitié

-Dieu qui se donne gratuitement

-Dieu dont la seule volonté, ce qu’il veut, c’est que nous vivions, que nous ayons la vie en abondance.

Si on se convertit, si on croit à cette bonne nouvelle, notre vie peu à peu va être libérée.

Comme les Hébreux, on va passer de l’esclavage de l’Egypte à la terre promise, on va vivre 3 libérations

Libération des fausses images de Dieu

Libération des fausses images de soi-même

Libération des fausses images des autres

 

  1.            Croire à la Bonne Nouvelle me libère de fausses images de Dieu qui peuvent empoisonner la vie.

 

C’est très important de prendre conscience des fausses images que nous faisons de Dieu, des représentations qui proviennent de notre imaginaire, qui n’ont rien à voir avec la réalité, l’Ancien Testament appelle cela des idoles et nous en avons tous.

Je vais donner quelques exemples pour bien me faire comprendre :

Le dieu qui se cache au coin de la rue pour me prendre en flagrant délit de faute ;

le dieu voyeur à qui rien n’échappe pour mieux m’accuser ;

le dieu fatalité qui a écrit sur son grand livre ce que je dois faire, sinon ce sera le malheur pour moi ;

le dieu paratonnerre, qui moyennant quelques sacrifices, me protégera des souffrances de la vie ;

le dieu puissant qui impose sa loi de fer etc…

 

On peut allonger la liste, les exemples donnés sont des caricatures, mais nous n’en sommes pas indemnes et elles peuvent s’insinuer en nous sans qu’on y prenne garde.

Le Christ guérit peu à peu de ces fausses images. Peu à peu car on est lent à se laisser convertir, à quitter nos fausses représentations.

Il nous faut beaucoup de temps et surtout il nous faut longuement regarder ce vrai visage de Dieu qui se donne à voir dans la fragilité de l’enfant de Noël, dans la charité, le respect, la liberté, la miséricorde de cet homme Jésus, le vrai visage de Dieu qui se dit par la croix : Dieu souffrant, et aimant jusqu’au bout. 

L’Eternel qui est Dieu entre dans notre histoire en se faisant petit enfant et connaît la souffrance et la mort de la croix comme nous.

C’est une révolution de l’image de Dieu, c’est une subversion, une contestation radicale de nos images spontanées, de nos fausses images. Les premiers chrétiens étaient considérés par leurs contemporains, gens très religieux, comme athées, par ce que leur foi ne correspondait pas du tout à l’idée commune de Dieu.

 

Jésus, un enfant qui ne sait pas encore parler et qui pourtant nous dit simplement par ce qu’il est : « je ne suis pas ce que vous croyez, regardez-moi et vous saurez qui est vraiment Dieu. »

 

Dieu qui nous aime le premier, qui nous rejoint dans notre histoire, qui se fait petit, vulnérable, à la merci de tous, ayant besoin de tous, qu’on peut prendre dans ses mains, dont on peur faire n’importe quoi, fragile.

Et Noël n’est que le début du dévoilement du vrai visage de Dieu.

Un jour, Jésus dira : « Qui me voit, voit le Père »

Pour être cohérent, il faut aller jusqu’à dire : Dieu a voulu vivre cela.

Pour quelle raison ?

1- Voilà ce que je suis, croyez ce que je vous dis de moi et renoncez à vos fausses images

2-Donc chassez toute crainte, allez à ma rencontre en toute confiance et en toute joie.

On peut relire les 4 Evangiles avec cette clé de lecture :

En Jésus on découvre Dieu à l’écoute des gens, Dieu proche de tous, Dieu qui propose, qui appelle, qui suscite la liberté, et jamais ne s’impose, Dieu qui pardonne, Dieu qui guérit.

 

La prière à faire pour chacun de nous, la demande à faire à Dieu : « Dis-moi mon Dieu quel amour de moi a pu te conduire à cette fragilité, cette vulnérabilité ?  Guéris les fausses images que je peux encore me faire qui sont des poisons pour ma vie et une offense à ton vrai visage. »

 

  1.            Croire à la Bonne Nouvelle me libère des fausses images de moi-même

Je ne sais pas quel est le plus inouï, cette 2ème affirmation ou la 1ère. En tout cas les 2 sont liées.

Par sa venue en notre chair, sa naissance, sa vie, sa mort, sa résurrection, tout cela POUR MOI, Dieu m’apprend que je suis infiniment aimable et viens me libérer des fausses images que nous avons de nous-même.

Puisque qu’il s’est dérangé pour moi, qu’il a fait tout le chemin pour me rejoindre.

Pour moi, pour toutes, pour tous, pour chacun-e.

Infiniment aimable, Dieu vient nous le dire, et nous demande de le croire, de renoncer à nos mauvaises images de nous-même, à nos mésestimes de nous-mêmes, à nos duretés envers nous-mêmes, à nos mépris de nous-même.

Notre vie a une infinie valeur car la vie humaine qui est la nôtre à chacun-e a été épousée par Dieu, elle a donc valeur divine.

Alors ma vie est définitivement sauvée, puisque Dieu l’a assumée. Dieu est définitivement solidaire de nos vies comme une alliance que rien ne peut briser.

Dieu pour nous et pour l’éternité.

 

On peut avoir tendance, pour trouver Dieu, à vouloir s’évader de notre vie, de l’humain. En perspective chrétienne, depuis l’incarnation, ce n’est pas possible.

« Où veux-tu aller loin de toi-même, alors que j’ai fait tout le chemin pour te rejoindre au cœur de ton humanité et de ta vie ? »

Déjà, du fait que nous sommes crées par Dieu à son image, cela doit nous inciter à un accueil de notre humanité comme un don, sinon quelque part, c’est faire injure au créateur.

Et en plus avec l’incarnation, nous pouvons vivre notre vie en communion avec son humanité.

Vivre, manger, dormir, se reposer, agir, sont devenus des actes du Dieu fait homme et pour nous des actes qui ont acquis valeur d’infini qui nous unissent à Dieu.

 

  1.            Croire à la bonne nouvelle me libère des fausses images des autres

C’est la conséquence des 2 premières libérations.

Etre libéré-e des fausses images de Dieu et de soi-même, fait entrer dans un chemin de pacification et d’unification intérieure.

Si je me vis comme aimé-e de Dieu qui m’ouvre ainsi un chemin de confiance en lui et en moi, si mon assurance est en Dieu qui me donne une dignité qui me vient de lui…

Je découvre que ce don est pour toutes, pour tous, pour chacun-e.

L’autre est aimé-e, l’autre a dignité infini, l’autre est visage de Dieu.

L’autre…comme moi.

L’autre ne peut plus être considéré-e comme un ennemi.

Je ne peux pas m’en servir comme d’un esclave, il a dignité de fils ou fille comme moi.

La foi chrétienne si elle va au bout de sa logique est contestation radicale de tout racisme et de tout sexisme.

Enfin, l’autre devient le Christ, puisque, comme Jésus le dit lui-même :

« A chaque fois que vous l’avez fait, c’est à moi que vous l’avez fait » Mt 25/40

 

 

 

 

Repost 0
Published by aubonheurdedieu-soeurmichele - dans fondamentaux de la foi
commenter cet article
10 juillet 2017 1 10 /07 /juillet /2017 11:36
Dieu m'aime tel-le que je suis.

Comment rencontrer Dieu ?

Ce qui vient spontanément à l'esprit ce peut être :

dans sa parole, dans l’oraison, dans les sacrements, dans les autres, dans la création…

Et on oublie un autre lieu d’accès à Dieu qui est soi-même.

Un des lieux d’accès à Dieu, c’est moi-même. Une des portes, c’est d’abord soi-même. Pour que vous ne pensiez pas que je suis dans la totale hérésie, je vais vous citez 1 texte biblique fondamental : Gn 1/27 « Dieu créa l’Homme à son image à l’image de Dieu, il les créa, homme et femme il les créa »

Une sculpture de la cathédrale de Chartres montre le Christ créant Adam et le visage d’Adam ressemble à celui du Christ : le modèle, le prototype, c’est le Christ et chacun-e de nous est fait à son image, lui ressemble. On ne prend pas assez conscience de ce qui est dit là dans ce verset de la Genèse : Ce que Dieu a, il me le donne, ce qu’il est, il me le donne

Cette création à son image n’est pas une action du passé, c’est maintenant pour chacun-e  que Dieu nous crée, en ce moment, il nous crée, c’est un acte définitif, à jamais, un don qui ne se reprend pas, Dieu ne reprend jamais ses dons.

Il s’agit pour nous de prendre conscience que j’existe, c’est prendre conscience de Dieu qui ne cesse de me créer. J’existe par don. Donc la première rencontre avec Dieu, c’est tout simplement goûter la vie qui vient de lui. Goûter, la vie, la recevoir comme un cadeau. Vivre le moment présent : se rendre compte de l’inouï du cadeau : je vis, je marche, je vois, j’entends, je parle, etc.

Tout cela est rencontre de Dieu, à travers ses dons, je rencontre le donateur.

En goûtant ces dons, je fais plaisir au donateur. Aimer la vie, c’est louer Dieu.

Il s’agit ensuite de prendre conscience que je suis aimé d’un amour inconditionnel

Je n’ai rien à prouver, je n’ai rien à mériter : tout m’est donné. La seule chose à faire c’est d’accueillir le don, de se laisser aimer, se laisser sauver, de se laisser faire.

Tel-le que je suis, je suis aimable au yeux de Dieu

Vous pouvez peut-être penser qu’il a mauvais goût mais cela ne changera rien à l’affaire, vous ne changerez pas son choix, sa décision de vous aimer !

Quelque soit l’idée que vous vous faites de vous-même, lui, Dieu ne changera pas d’idée : vous êtes à jamais le disciple qu’il aime. En St Jean : « le disciple que Jésus aimait ». On ne dit pas le nom de ce disciple pour une raison simple : ce disciple c’est chacun-e de nous, et son prénom, c’est le nôtre.

S’accueillir comme il nous accueille, se voir comme il nous voit, s’aimer comme il nous aime, se recevoir comme il nous reçoit

C’est à dire :

Se vivre, se comprendre, s’estimer comme

-désiré du cœur de Dieu

-d’origine divine sortant à chaque instant de ses mains

Non pas le fruit du hasard destiné au néant mais le fruit d’une volonté aimante faite pour la vie éternelle

Une autre manière d’accueillir sa vie comme un don de Dieu, c’est la prière de gratitude

Cela peut se faire de temps en temps

En s’interrogeant devant Dieu : « comment, Seigneur » tu t’es donné à moi à travers les autres ?

Cette prière, au début, quand on n’a pas l’habitude, ne sera qu’un petit filet d’eau, mais peu à peu il pourra devenir torrent !

Des camions de merci !

C’est faire l’expérience de l’aveugle qui recouvre la vue et qui voit enfin :

voir la sollicitude de Dieu dans la sollicitude dans les autres.

Voir ce dont je suis bénéficiaire.

Prendre conscience de tout ce que je reçois du travail des autres : la maison où j’habite, les vêtements que je porte, les objets que j’utilise, les moyens de transports que je prends. Derrière tout cela il y a toujours des gens, du temps, du travail, de la créativité, de l’amour au sens objectif du terme : aimer c’est faire du bien.

Tout cela j’en suis bénéficiaire. Cette gratitude peut s’étendre au passé : notre pays, sa culture, sa langue.

Des km de merci peuvent ainsi entrer en nous.

Merci pour…

Le conducteur de train… les ouvriers qui ont construit la maison etc

Cette forme de prière est très importante

C’est un lieu de guérison : s’éloigner des rivages de la mauvaise tristesse, de la sinistrose, de la méfiance, de l’ingratitude, de l’irréalisme, de la mentalité du tout es dû, et où tout est à prendre comme une proie, pour entrer dans une autre logique, la logique eucharistique où tout est don à recevoir.

 

 

Repost 0
Published by aubonheurdedieu-soeurmichele - dans fondamentaux de la foi
commenter cet article
26 juin 2017 1 26 /06 /juin /2017 18:57
Qu’est-ce que la méditation chrétienne ?

 

Je vais commencer par une réflexion que m’a partagé un jour une Sœur du Cénacle qui est philippine. Elle me disait, dans mon pays, les gens, s’ils veulent pour leurs enfants une bonne école, ils se tournent les chrétiens…s’ils veulent un bon hôpital, ils vont aussi chez les chrétiens. Mais s’ils ont le désir de méditer…ils vont chez les bouddhistes.

 

Cette réflexion m’a beaucoup fait réfléchir.  Car il n’y a pas qu’aux Philippines. Regardez les rayons des librairies au rayon méditation : vous trouverez du zen, du bouddhisme, rien ou si peu ayant une coloration chrétienne. Comment expliquer cela ?

D’autant plus que ça existe la méditation chrétienne et que le christianisme a initié de nombreuses manières de méditer. Pour ne parler que de lui, ici, ce centre ne fait que cela. On passe nos journées à aider des gens à entrer dans l’expérience de la méditation !

 

Je vais pointer 3 raisons parmi d’autres qui explique cette carence.

D’une manière globale le christianisme historique a développé les traits suivants :

*religion de la morale et du faire. La dimension éthique est importante mais c’est une conséquence pas une source. Ce n’est pas l’âme du christianisme.

*religion du rite. Le rite est précieux mais là aussi c’est une conséquence pas une source et pas l’âme du christianisme.

*religion politique. Au sens que le christianisme après Constantin est devenu une religion officielle, une religion liée au politique et qui imposait un contrôle social à tous.  Avec pour conséquence entre autres chose, que l’adhésion était collective, en se coulant dans le moule, alors que l’âme du christianisme est que l’adhésion nait d’une conviction personnelle.

 

Alors quelle est l’âme du christianisme ?

C’est ce qu’on voit dans les Evangiles : une rencontre personnelle avec Jésus qui fait devenir disciple et marcher avec lui. On voit que cette rencontre change les gens : cela change leur rapport à leur corps, à leur vie, ils apprennent à écouter, à regarder leur vie, les autres autrement. Cette transformation se fait en regardant et écoutant Jésus.

Tous leur sens sont réveillés. L’âme du christianisme, c’est une relation avec Jésus.

 

Mais le vivons-nous vraiment ? Comme la rose : un peu, beaucoup, passionnément, pas du tout ? …Pourtant c’est là l’essentiel, et la méditation chrétienne est là pour passer du pas du tout au peu et ensuite au beaucoup et au passionnément.  Comment faire ?

 

Méditer c’est prendre du temps pour soi. Vous le valez bien dit la pub ! S’assoir, arrêter d’agir, s’extraire du regard des autres, respirer profondément, se détendre, goûter une solitude bénéfique.

Méditer, c’est rencontrer Jésus l’ami de nos vies, celui à qui on peut tout confier, qui est l’oreille attentive, en fait notre lieu de parole ; et se rendre compte que le fait de lui parler peut déjà changer notre perception.

Méditer, c’est ouvrir un des Evangiles. Vous en choisissez un – je vous conseille celui de Marc- avec une seule chose à faire :

Regarder Jésus, ce qu’il fait, ne fait pas, ses actes. Ne vous creusez pas la tête, n’essayez pas d’avoir des idées, de réfléchir. Non soyez seulement là à côté de lui, comme un disciple qui regarde, heureux d’être là, « Heureux les yeux qui voient ce que vous voyez ».

Ecoutez ce que dit Jésus, ses paroles. Pareil ne vous creusez pas la tête, n’essayez pas d’avoir des idées, de réfléchir. Non soyez seulement là à côté de lui, comme un disciple qui écoute, heureux d’être là.

 

Surtout ne vous cassez pas la tête à réfléchir ! Aller à la méditation non pas comme à un rendez-vous mais parce que c’est un rendez-vous avec un ami qui va vous écouter et que vous allez regarder et écouter. Comme au coin d’un feu avec un ami qu’on aime et qui nous aime ; un ami avec qui on a plaisir à lui parler et le regarder et l’écouter.

C’est tout ! Mais c’est cela qui peut faire que peu à peu, on a une relation au Christ qui va grandir, où il va devenir l’amour de nos vies. C’est ce regard contemplatif et cette écoute attentive qui va nous transformer de l’intérieur.

La méditation chrétienne c’est comme celui qui est sur la plage et se laisse brunir par le soleil. Il suffit de rester sans rien faire, sinon d’être là, de s’exposer au soleil de Dieu. A la mesure du temps passé à le regarder et à l’écouter, la vie, la beauté, la bonté qui est en lui passe en nous, à l’image de la transfusion sanguine.

 

La méditation chrétienne, c’est habiter sa vie, le monde car ils sont précieux pour Dieu et ont de la valeur à nos yeux.

C’est s’ouvrir à une présence bienveillante et aimante

C’est regarder et écouter sans chercher autre chose que d’être là près du Christ, sans rien faire que d’être là, mais être là, c’est ce qu’on peut faire.

A mesure qu’on donne du temps à regarder et écouter, on arrive à goûter intérieurement, cela a bon goût. Sentir la bonté de Jésus. On peut même arriver mentalement à faire un geste auprès de Jésus, à le toucher comme cette femme qui a touché son vêtement.

 

La seule décision à prendre est de regarder son agenda, et mettre un créneau « méditation » comme on met d’autre rendez-vous. Peut-être si vous êtes débutant :

30 mn un jour par semaine. Ça peut être aussi pour d’autres 15mn par jour ou une autre formule. C’est à vous de voir ce qui est le plus réaliste en fonction de votre vie.

Alors oui, la méditation peut devenir un bonheur d’être !

 

Repost 0
Published by aubonheurdedieu-soeurmichele - dans fondamentaux de la foi
commenter cet article
13 juin 2017 2 13 /06 /juin /2017 15:42
Je veux voir Dieu

Je veux voir Dieu

Est-ce possible ? Seulement après la mort ? Dès aujourd’hui ?

Voici quelques éléments de réponses à partir d’un texte de Ste Thérèse Couderc. (1805-1885)

Elle écrit : « Dieu est bon, il est plus que bon, il est la Bonté ».

Et elle en tire la conclusion suivante :

« La bonté de Dieu… bonté infinie, bonté incréée, source de toutes les bontés !

Et sans laquelle, il n’y aurait aucune bonté, ni dans les hommes, ni dans les autres créatures… je vis écrit comme en lettre d’or ce mot Bonté… Je le vis…écrit sur toutes les créatures, animées et inanimées, raisonnables ou non, toutes portaient ce nom de bonté, je le voyais même sur la chaise qui me servait de prie-Dieu.

Je compris alors que tout ce que ces créatures ont de bon et tous les services et les secours que nous recevons de chacune d’elles est un bienfait que nous devons à la bonté de notre Dieu, qui leur a communiqué quelque chose de sa bonté infinie, afin que nous la rencontrions en tout et partout. »

 

Elle nous livre là un texte fort qu’on pourrait résumer en disant : Dieu est dans la chaise ! Je peux le voir dans la bonté que représente une chaise, bonté de ceux qui l’ont fabriqué, bonté de Dieu qui est à la source de cette bonté.

Je peux donc voir Dieu en tout ce qui est bon dans notre monde, les choses, les gens…voir Dieu.

Du coup, ce « voir Dieu » devient immense. Le voir partout où il y a de la bonté.

Voir Dieu dans les vêtements que je porte, dans la maison où je vis, dans les aliments que je mange… etc. etc. car il y a la bonté de celles et ceux qui les ont faites, bonté qui a sa source en Dieu. Voir Dieu.

A la fin d’une journée, faire mémoire : Où ai-je vu Dieu ? Je l’ai vu sur des visages, en tout acte de bonté, en toute chose bonne…Immense !

 

En écrivant ce texte Thérèse Couderc rejoint la grande tradition ignatienne pour qui l’accès à Dieu passe par la médiation du réel, du plus concret, du monde. Le trouver et le voir dans le concret du monde.

 

 

 

 

Repost 0
Published by aubonheurdedieu-soeurmichele - dans fondamentaux de la foi
commenter cet article
13 juin 2017 2 13 /06 /juin /2017 15:39
Bonté
Bonté
Repost 0
Published by aubonheurdedieu-soeurmichele - dans fondamentaux de la foi
commenter cet article
4 juin 2017 7 04 /06 /juin /2017 21:18
La Trinité, à l'image d'un berger, d'une femme, d'un père: Lc 15/1-31

Quand nous nous situons devant Dieu, on n’est pas devant un solitaire mais devant une Communion d’amour.

Devant Dieu Trinité d’amour.

Dieu Volonté d’amour (et c’est le Père)

Dieu Parole d’amour (et c’est le Fils)

Dieu Acte d’amour (et c’est l’Esprit)

L’amour se communique et s’échange à l’intérieur de Dieu même.

Mais aussi à l’extérieur de Dieu même.

Car la Trinité est diffusive de soi.

Vers nous, pour nous, attentive à nous, se réjouissant de nos joies, remuée jusqu’aux entrailles par nos souffrances.

 

Contemplation d’une image

1-Regarder le personnage du milieu : notre humanité

Comment est-elle ?

Plusieurs lectures sont possibles qui se complètent : l’humain dans sa beauté sorti des mains de Dieu, l’humain créé à l’image de Dieu, l’humain blessé dont Dieu prend soin.

Mais de toute façon, l’humain tendrement aimé.

Me mettre à cette place : créé-e à l’image de Dieu, blessé, tendrement aimé-e

 

2-Regarder les 3 figures autour de lui

En haut, une flamme de feu orienté vers l’humain

A gauche un personnage à genoux devant l’humain et lui embrassant les pieds

A droite, un autre qui le prend par les épaules et l’embrasse sur le front.

Les regarder tous les 3 et me laisser toucher par ses 3 attitudes, sentir ces gestes pour moi.

 

Contemplation des images de Dieu l' Evangile de Luc 15/1-31: Dieu comme un berger, Dieu comme une femme, Dieu comme un père.

Evangile de Luc au chapitre 15 versets 1 à 31

1ère piste

Ces paraboles sont pour nous, mais pour cela, elles nous invitent à choisir notre camp :

Vais-je choisir le camp des pharisiens et des scribes qui murmurent leur opposition à Jésus. ?

Vais-je choisir de me mettre parmi les auditeurs « publicains et pécheurs » qui s’approchaient de lui pour l’entendre ?

 

2ème piste

Regardons Jésus qui fait bon accueil sans condition préalable : s’approcher et vouloir écouter suffit. Il prend un repas avec les publicains et les pécheurs. Dans la culture religieuse du temps de Jésus, le repas était un signe fort de solidarité et de communion. C’est cela qui scandalise les pharisiens.

Mais Jésus est venu pour cela, rendre possible un libre accès à Dieu pour tous ceux et celles qui sont exclu-es d’un système religieux, pour tous ceux et celles qui ont au cœur un vrai désir, qui sont en attente d’un changement en leur vie, et qui ont soif d’entendre une parole de délivrance, ouvert-es qu’ils et elles sont à l’inattendu de Dieu.

Regarder cela et le bon gout de cette bonne nouvelle.

 

3ème piste

Regarder le groupe des publicains et des pécheurs.

Le texte emploie deux verbes pour qualifier leur attitude : s’approcher et écouter.

Considérer ces deux attitudes. Elles nous invitent à 2 décisions :

-Une décision de se rendre proche de cet homme Jésus, le côtoyer, se laisser changer par lui

-Une décision d’écouter : on a là le verbe qui court le long de toute la Bible « Ecoute Israël »

Il s’agit donc de s’ouvrir à la parole d’un autre.

Entrons dans ces deux attitudes : s’approcher de Jésus dans la confiance et le désir de s’ouvrir à Sa Parole et surtout de demander une confiance et un désir plus grand que ceux que nous avons.

 

4ème piste :

Une brebis, une pièce, un fils.

Regarder les images que Jésus prend pour parler de nous : une brebis, une pièce d’argent, un fils. Des images qui chacune à leur manière disent une richesse, une valeur. Nous sommes précieux pour Dieu. : précieux-ses comme une brebis, précieux-ses comme une pièce d’argent, précieux-ses comme un-e enfant.

M’imprégner de ce regard de Dieu sur moi, laisser Dieu me regarder ainsi, pour qu’ainsi, je me découvre précieux-se à mes yeux.

 

5ème piste

Dieu à l’image d’un berger, d’une femme, d’un père.

Regarder les images que Jésus emploie pour parler de Dieu :

-Dieu comme un berger.

-Dieu comme une femme.

-Dieu comme un père.

C’est une image trinitaire de la miséricorde.

Qu’est-ce que cela ouvre en moi ?

 

6ème piste :

S’arrêter devant le trait commun de ces 3 paraboles :

Perdu / retrouvé

Dialoguer avec Dieu là- dessus : qu’est-ce qui dans ma vie est perdu et que Dieu cherche, recherche ?

 

7ème piste :

S’imprégner de la tonalité de joie de ces trois paraboles, la joie de Dieu.

 

8ème piste :

Regarder ce que Dieu fait :

Dieu comme un berger

Il courre jusqu'à ce qu’il retrouve la brebis. Il la met sur ses épaules Il rassemble amis et voisins et se réjouit

Dieu comme une femme :

Elle allume une lampe. Elle balaie la maison. Elle cherche avec soin jusqu’à ce qu’elle la trouve ; elle rassemble amis et voisins, et se réjouit.

Dieu comme un père :

Il confie son héritage. Il attend le retour de son fils. Il courre à sa rencontre. Il le couvrir de baisers. Il le revêt des plus beaux habits. Il festoie. Il sort à la rencontre de son fils ainé.

Regarder tous ce geste de Dieu vers nous. Le laisser faire : le laisser me rejoindre, le laisser me trouver, le laisser me mettre sur ses épaules, le laisser tout me donner, le laisser m’embrasser…

Repost 0
Published by aubonheurdedieu-soeurmichele - dans fondamentaux de la foi
commenter cet article
4 juin 2017 7 04 /06 /juin /2017 21:01
La Trinité...une image

 

 

 

Repost 0
Published by aubonheurdedieu-soeurmichele - dans fondamentaux de la foi
commenter cet article