Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 juin 2017 3 14 /06 /juin /2017 11:57
Le magnifique engagement pour les femmes de Laurence Fischer

En République Démocratique du Congo, la guerre est officiellement terminée depuis longtemps. Pourtant, le viol se généralise : chaque année, 400.000 femmes sont victimes de ce fléau.

Certaines d’entre elles sont recueillies à la Fondation Panzi, créée par le Dr Mukwege, un chirurgien qui les prend en charge. Depuis 3 ans, Laurence Fischer, triple championne du monde de karaté, se rend à la fondation pour apprendre l’autodéfense aux femmes violées. Une rencontre qui va bien au-delà du karaté… une rencontre entre femmes, où s’invitent la force, le rire et les larmes.

De Katia Clarens, Thomas Nicolon, Bastien Renouil, Nicolas Combalbert et Xavier Gaillar – ARTE GEIE / Bew TV – France 2017

Pour voir cette video: 2 liens

http://info.arte.tv/fr/rdc-le-karate-pour-se-reconstruire

https://www.bing.com/videos/search?q=laurence+fischer&&view=detail&mid=23174DF328B0D841BDA123174DF328B0D841BDA1&FORM=VRDGAR

Repost 0
Published by aubonheurdedieu-soeurmichele - dans Projecteur sur...
commenter cet article
16 mars 2017 4 16 /03 /mars /2017 10:51

J'ai beaucoup aimé cet interview car elle m'a confortée dans le travail qui est le nôtre comme sœurs du Cénacle, en particulier dans un Centre spirituel à Versailles où les gens qui viennent retrouve le temps de vivre.

Repost 0
Published by aubonheurdedieu-soeurmichele - dans Projecteur sur...
commenter cet article
30 janvier 2017 1 30 /01 /janvier /2017 19:02
Quelques aspects d'une vie religieuse apostolique: une autre manière d'en parler

La vie religieuse est une manière, parmi d’autres, de suivre le Christ.

 

Parmi d’autres manières et pas mieux que les autres, mais avec les particularités suivantes :

 

*Un vivre avec d’autres (on appelle cela la vie communautaire) :

Dans le quotidien de la vie : un même lieu d’habitat, les repas, la liturgie, le partage, le soutien mutuel…

 

*une mise en commun de ce que l’on a et de ce que l’on est (on appelle cela la pauvreté)

Ce n’est pas la misère mais une manière de vivre la solidarité et le partage.

 

*une manière d’aimer originale (on appelle cela la chasteté continente)

Pour focaliser ses puissances affectives sur le Christ et accueillir les autres comme des frères et des sœurs

 

*une façon de faire des choix en dialogue (on appelle cela l’obéissance)

Ne pas vivre en solo mais chercher avec sa communauté et la responsable ce qui est le mieux pour vivre de l’Evangile du Christ.

 

*un enracinement fort dans une vie de prière personnelle.

Contempler le Christ pour que quelque chose de lui passe dans nos mains, nos cœurs, nos vies

 

*Une passion

Elle prend toute la vie pour que le Christ soit connu et aimer.

 

Et si l’on est une Sœur du Cénacle travaillant dans un Centre spirituel, on vit cela en animant des retraites, des temps-forts spirituels, en accompagnant spirituellement… mais on le fait, façonnée par la vie communautaire, les vœux de pauvreté, chasteté, obéissance, (ainsi que je les ai défini), la vie de prière, la passion pour le Christ.

 

La vie religieuse porte une utopie d’un autre type de rapports humains, un autre type de rapport au monde, à l’opposé de l’exploitation sexuelle, de la domination politique, de l’oppression économique et montre que d’autres chemins d’un vivre ensemble sont possibles : un monde d’accueil inconditionnel, de pardon, de dignité, de partage, de liberté spirituelle, de justice, de solidarité, d’égalité pour toutes et tous, de primat de la personne… Et cela informe toutes les propositions que nous faisons, les groupes que nous animons, notre manière de transmettre la foi, d’accompagner les personnes, d’accueillir…

Sr Michèle Jeunet, rc

 

 

Repost 0
Published by aubonheurdedieu-soeurmichele - dans Projecteur sur...
commenter cet article
4 février 2015 3 04 /02 /février /2015 10:21

Voici un texte magnifique du dominicain Philippe Lefebvre. Cela permet de mieux goûter la beauté de la foi chrétienne.

Je l’ai trouvé sur le blog de Denis Chautard.

http://www.chautard.info/2015/01/caricaturer-dieu-par-philippe-lefebvre-dominicain-a-fribourg-suisse.html

 

Cet article a été publié dans la revue Vie spirituelle 281 de janvier-février 2009

 

Caricaturer Dieu de Philippe Lefebvre, op

Les Musulmans sont outrés de caricatures qu'un journal a produites du prophète Mahomet. Les Chrétiens se sont mobilisés récemment pour faire interdire telle affiche publicitaire dont la composition rappelait le tableau de Vinci représentant la Cène. Il n'est pas question ici d'entrer dans la complexité du débat, mais de rappeler un fait fondamental pour les Chrétiens : le Christ a assumé la caricature qu'on a faite de lui, pour en faire un paradoxal lieu de victoire.

Les Chrétiens ont pris comme insigne de leur foi l'objet même de la

dérision infligée au Christ : la croix. La croix est moqueuse : elle annonce la peine infamante, la basse extraction du condamné; elle porte sarcastiquement le motif de la condamnation : "Jésus de Nazareth roi des Juifs". La croix signale un lieu où l'on peut venir se gausser impunément :

"Sauve-toi toi-même", "Descends donc" chantonnent les imbéciles de tout poil à l'adresse du crucifié. La croix est une caricature : avec ses grands bras, sa trop longue jambe, elle parodie le corps; elle porte la carcasse écartelée d'un homme qui a dû auparavant —quelle ironie— la transporter lui-même. Elle représente toute la bouffonnerie meurtrière qui a conduit à la crucifixion : la couronne d'épines qui fait de Jésus un roi dérisoire, les insultes des soldats qui ont revêtu Jésus d'un manteau grotesque, les fausses révérences assorties de coups, la parodie de procès, les mensonges…

La pensée chrétienne dès les premiers siècles est allée dans le sens de plus de caricature encore pour subvertir la caricature. La croix qui ridiculise et qui fait honte, on l'appelle dans la tradition chrétienne le sceptre du roi, le trône du triomphateur, le siège de la justice, l'arbre de la vie, l'arbre de la connaissance, le drapeau de la victoire, le trophée glorieux, la seule espérance et bien d'autres noms encore. Le billet "roi des Juifs", écrit pour railler Jésus, est repris dans la liturgie comme l'aveu d'un credo irrépressible : c'est bien vrai, Jésus est le roi, fils de David, et sa croix est la souche de Jessé, père de David, laquelle devait porter un sauveur d'Israël.

Caricature, ironie grinçante, humiliation, dérision : rien de tout cela n'est évité, mais tout est assumé et transfiguré de l'intérieur. Pour les Romains qui entendaient les premiers Chrétiens revendiquer la croix du Christ comme un insigne de victoire, c'était indécent. Ils se disaient que vraiment les propos des Chrétiens étaient blasphématoires : prétendre que la croix, objet de justice et d'humiliation légale, pouvait être chantée et magnifiée comme un objet de vénération, c'était pour eux impensable, insupportable. On atteignait là le renversement complet : finalement, c'étaient les Chrétiens qui passaient pour caricaturaux et impudents en assumant sans complexe comme une "cause de joie" ce qui est prévu pour déshonorer. Reprendre la caricature comme emblème de gloire : c'est une ironie profonde, un humour théologique qui fait reculer la mort.

La foi des Chrétiens se fonde sur cette certitude que rien n'entame

finalement un être humain. La chair faible, piétinée, méprisée est le lieu d'où jaillit une vie plus forte que tout. Les Chrétiens n'ont pas peur de la caricature. Caricaturer le Christ ? Mais c'est déjà fait et cette caricature, je viens de le dire, a été assumée au point de devenir l'expression même de la foi : la croix, le corps supplicié, les mentions moqueuses de la royauté sont reprises, répétées, multipliées, elles sont même affirmées comme vraies, comme bienvenues, comme l'exact énoncé de ce qu'on voulait dire.

Je ne prétends pas répondre à tout ce qu'on peut dire sur les caricatures du Christ et de la religion chrétienne. Je veux affirmer ici qu'un Chrétien n'a pas à avoir peur des dessins burlesques et des paroles irrévérencieuses. Le Christ est plus fort et se rit des rieurs, bien plus il transfigure les outrances pour manifester l'excès de sa vie glorieuse.

Cela ne veut certes pas dire que tout doive être accepté et applaudi sans discernement, mais cela développe un certain style, une façon d'être : on ne pousse pas les hauts cris à tous bouts de champs, on ne demande pas tout le temps à être protégés de ceux qui disent des vilaines choses.

Un jour, je me trouvais à la sortie d'une messe d'ordination. Une dame passe et me voyant, moi et d'autres frères en habit religieux, elle me demande ce qui arrive. Je lui dis que des religieux dominicains viennent d'être ordonnés prêtres. C'était une époque où l'on parlait beaucoup de prêtres pédophiles; cette femme me dit alors avec une ironie venimeuse : "Des prêtres ? Alors il devait y avoir beaucoup de petits enfants tout près d'eux". Je lui ai répondu du tac au tac : "Des enfants ? Je ne sais pas. Mais en votre absence, il y avait moins d'imbéciles". "Comment osez-vous?" m'a-t-elle dit. "C'est moi d'abord qui doit vous poser la question" lui répondis-je.

Quand on suit le Christ, on apprend aussi à vivre avec la dérision, la

caricature, le mépris. Et —c'est à mon sens un don de l'Esprit saint— il arrive que l'on puisse jouer avec les mots mêmes qui étaient censés tuer, les retourner et en faire une occasion de triomphe.

 

Philippe Lefebvre, op 

Repost 0
Published by aubonheurdedieu-soeurmichele - dans Projecteur sur...
commenter cet article
26 janvier 2015 1 26 /01 /janvier /2015 19:31

 

Abdennour Bidar a écrit dans le journal Marianne une lettre ouverte au monde musulman le lundi 13 Octobre 2014.  http://www.marianne.net/Lettre-ouverte-au-monde-musulman_a241765.html

Il est l’auteur de plusieurs livre dont : l'islam sans soumission : pour un existentialisme musulman, Paris, Éditions Albin Michel, collection L'islam des Lumières, 2008, 273 pages; Réédition en livre de poche, Albin Michel, collection Espaces Libres, 2012, 279 pages

 

Cet article mérite d’être connu car il montre le chemin qui est à parcourir pour que cette religion puisse se réformer, les conditions à remplir pour être facteur de paix et non de guerre.

C’est un musulman qui parle au monde musulman.

 

Lettre ouverte au monde musulman

Cher monde musulman, je suis un de tes fils éloignés qui te regarde du dehors et de loin - de ce pays de France où tant de tes enfants vivent aujourd'hui. Je te regarde avec mes yeux sévères de philosophe nourri depuis son enfance par le taçawwuf (soufisme) et par la pensée occidentale. Je te regarde donc à partir de ma position de barzakh, d'isthme entre les deux mers de l'Orient et de l'Occident!

Et qu'est-ce que je vois ? Qu'est-ce que je vois mieux que d'autres sans doute parce que justement je te regarde de loin, avec le recul de la distance ? Je te vois toi, dans un état de misère et de souffrance qui me rend infiniment triste, mais qui rend encore plus sévère mon jugement de philosophe ! Car je te vois en train d'enfanter un monstre qui prétend se nommer État islamique et auquel certains préfèrent donner un nom de démon : DAESH. Mais le pire est que je te vois te perdre - perdre ton temps et ton honneur - dans le refus de reconnaître que ce monstre est né de toi, de tes errances, de tes contradictions, de ton écartèlement interminable entre passé et présent, de ton incapacité trop durable à trouver ta place dans la civilisation humaine.

Que dis-tu en effet face à ce monstre ? Quel est ton unique discours ? Tu cries « Ce n'est pas moi ! », « Ce n'est pas l'islam ! ». Tu refuses que les crimes de ce monstre soient commis en ton nom (hashtag #NotInMyName). Tu t'indignes devant une telle monstruosité, tu t'insurges aussi que le monstre usurpe ton identité, et bien sûr tu as raison de le faire. Il est indispensable qu'à la face du monde tu proclames ainsi, haut et fort, que l'islam dénonce la barbarie. Mais c'est tout à fait insuffisant ! Car tu te réfugies dans le réflexe de l'autodéfense sans assumer aussi, et surtout, la responsabilité de l'autocritique. Tu te contentes de t'indigner, alors que ce moment historique aurait été une si formidable occasion de te remettre en question ! Et comme d'habitude, tu accuses au lieu de prendre ta propre responsabilité : « Arrêtez, vous les occidentaux, et vous tous les ennemis de l'islam de nous associer à ce monstre ! Le terrorisme, ce n'est pas l'islam, le vrai islam, le bon islam qui ne veut pas dire la guerre, mais la paix! »

J'entends ce cri de révolte qui monte en toi, ô mon cher monde musulman, et je le comprends. Oui tu as raison, comme chacune des autres grandes inspirations sacrées du monde l'islam a créé tout au long de son histoire de la Beauté, de la Justice, du Sens, du Bien, et il a puissamment éclairé l'être humain sur le chemin du mystère de l'existence... Je me bats ici en Occident, dans chacun de mes livres, pour que cette sagesse de l'islam et de toutes les religions ne soit pas oubliée ni méprisée ! Mais de ma position lointaine, je vois aussi autre chose - que tu ne sais pas voir ou que tu ne veux pas voir... Et cela m'inspire une question, LA grande question : pourquoi ce monstre t'a-t-il volé ton visage ? Pourquoi ce monstre ignoble a-t-il choisi ton visage et pas un autre ? Pourquoi a-t-il pris le masque de l'islam et pas un autre masque ? C'est qu'en réalité derrière cette image du monstre se cache un immense problème, que tu ne sembles pas prêt à regarder en face. Il le faut bien pourtant, il faut que tu en aies le courage.

Ce problème est celui des racines du mal. D'où viennent les crimes de ce soi-disant « État islamique » ? Je vais te le dire, mon ami. Et cela ne va pas te faire plaisir, mais c'est mon devoir de philosophe. Les racines de ce mal qui te vole aujourd'hui ton visage sont en toi-même, le monstre est sorti de ton propre ventre, le cancer est dans ton propre corps. Et de ton ventre malade, il sortira dans le futur autant de nouveaux monstres - pires encore que celui-ci - aussi longtemps que tu refuseras de regarder cette vérité en face, aussi longtemps que tu tarderas à l'admettre et à attaquer enfin cette racine du mal !

Même les intellectuels occidentaux, quand je leur dis cela, ont de la difficulté à le voir : pour la plupart, ils ont tellement oublié ce qu'est la puissance de la religion - en bien et en mal, sur la vie et sur la mort - qu'ils me disent « Non le problème du monde musulman n'est pas l'islam, pas la religion, mais la politique, l'histoire, l'économie, etc. ». Ils vivent dans des sociétés si sécularisées qu'ils ne se souviennent plus du tout que la religion peut être le cœur du réacteur d'une civilisation humaine ! Et que l'avenir de l'humanité passera demain non pas seulement par la résolution de la crise financière et économique, mais de façon bien plus essentielle par la résolution de la crise spirituelle sans précédent que traverse notre humanité toute entière ! Saurons-nous tous nous rassembler, à l'échelle de la planète, pour affronter ce défi fondamental ? La nature spirituelle de l'homme a horreur du vide, et si elle ne trouve rien de nouveau pour le remplir elle le fera demain avec des religions toujours plus inadaptées au présent - et qui comme l'islam actuellement se mettront alors à produire des monstres.

Je vois en toi, ô monde musulman, des forces immenses prêtes à se lever pour contribuer à cet effort mondial de trouver une vie spirituelle pour le XXIe siècle ! Il y a en toi en effet, malgré la gravité de ta maladie, malgré l'étendue des ombres d'obscurantisme qui veulent te recouvrir tout entier, une multitude extraordinaire de femmes et d'hommes qui sont prêts à réformer l'islam, à réinventer son génie au-delà de ses formes historiques et à participer ainsi au renouvellement complet du rapport que l'humanité entretenait jusque-là avec ses dieux ! C'est à tous ceux-là, musulmans et non musulmans qui rêvent ensemble de révolution spirituelle, que je me suis adressé dans mes livres ! Pour leur donner, avec mes mots de philosophe, confiance en ce qu'entrevoit leur espérance!

Il y a dans la Oumma (communauté des musulmans) de ces femmes et ces hommes de progrès qui portent en eux la vision du futur spirituel de l'être humain. Mais ils ne sont pas encore assez nombreux ni leur parole assez puissante. Tous ceux-là, dont je salue la lucidité et le courage, ont parfaitement vu que c'est l'état général de maladie profonde du monde musulman qui explique la naissance des monstres terroristes aux noms d'Al Qaida, Al Nostra, AQMI ou de l'«État islamique». Ils ont bien compris que ce ne sont là que les symptômes les plus graves et les plus visibles sur un immense corps malade, dont les maladies chroniques sont les suivantes: impuissance à instituer des démocraties durables dans lesquelles est reconnue comme droit moral et politique la liberté de conscience vis-à-vis des dogmes de la religion; prison morale et sociale d'une religion dogmatique, figée, et parfois totalitaire ; difficultés chroniques à améliorer la condition des femmes dans le sens de l'égalité, de la responsabilité et de la liberté; impuissance à séparer suffisamment le pouvoir politique de son contrôle par l'autorité de la religion; incapacité à instituer un respect, une tolérance et une véritable reconnaissance du pluralisme religieux et des minorités religieuses.

Tout cela serait-il donc la faute de l'Occident ? Combien de temps précieux, d'années cruciales, vas-tu perdre encore, ô cher monde musulman, avec cette accusation stupide à laquelle toi-même tu ne crois plus, et derrière laquelle tu te caches pour continuer à te mentir à toi-même ? Si je te critique aussi durement, ce n'est pas parce que je suis un philosophe « occidental », mais parce que je suis un de tes fils conscients de tout ce que tu as perdu de ta grandeur passée depuis si longtemps qu'elle est devenue un mythe !

Depuis le XVIIIe siècle en particulier, il est temps de te l'avouer enfin, tu as été incapable de répondre au défi de l'Occident. Soit tu t'es réfugié de façon infantile et mortifère dans le passé, avec la régression intolérante et obscurantiste du wahhabisme qui continue de faire des ravages presque partout à l'intérieur de tes frontières - un wahhabisme que tu répands à partir de tes lieux saints de l'Arabie Saoudite comme un cancer qui partirait de ton cœur lui-même ! Soit tu as suivi le pire de cet Occident, en produisant comme lui des nationalismes et un modernisme qui est une caricature de modernité - je veux parler de cette frénésie de consommation, ou bien encore de ce développement technologique sans cohérence avec leur archaïsme religieux qui fait de tes « élites » richissimes du Golfe seulement des victimes consentantes de la maladie désormais mondiale qu'est le culte du dieu argent.

Qu'as-tu d'admirable aujourd'hui, mon ami ? Qu'est-ce qui en toi reste digne de susciter le respect et l'admiration des autres peuples et civilisations de la Terre ? Où sont tes sages, et as-tu encore une sagesse à proposer au monde ? Où sont tes grands hommes, qui sont tes Mandela, qui sont tes Gandhi, qui sont tes Aung San Suu Kyi ? Où sont tes grands penseurs, tes intellectuels dont les livres devraient être lus dans le monde entier comme au temps où les mathématiciens et les philosophes arabes ou persans faisaient référence de l'Inde à l'Espagne ? En réalité tu es devenu si faible, si impuissant derrière la certitude que tu affiches toujours au sujet de toi-même... Tu ne sais plus du tout qui tu es ni où tu veux aller et cela te rend aussi malheureux qu'agressif... Tu t'obstines à ne pas écouter ceux qui t'appellent à changer en te libérant enfin de la domination que tu as offerte à la religion sur la vie toute entière. Tu as choisi de considérer que Mohammed était prophète et roi. Tu as choisi de définir l'islam comme religion politique, sociale, morale, devant régner comme un tyran aussi bien sur l'État que sur la vie civile, aussi bien dans la rue et dans la maison qu'à l'intérieur même de chaque conscience. Tu as choisi de croire et d'imposer que l'islam veut dire soumission alors que le Coran lui-même proclame qu'«Il n'y a pas de contrainte en religion» (La ikraha fi Dîn). Tu as fait de son Appel à la liberté l'empire de la contrainte ! Comment une civilisation peut-elle trahir à ce point son propre texte sacré ? Je dis qu'il est l'heure, dans la civilisation de l'islam, d'instituer cette liberté spirituelle - la plus sublime et difficile de toutes - à la place de toutes les lois inventées par des générations de théologiens !

De nombreuses voix que tu ne veux pas entendre s'élèvent aujourd'hui dans la Oumma pour s'insurger contre ce scandale, pour dénoncer ce tabou d'une religion autoritaire et indiscutable dont se servent ses chefs pour perpétuer indéfiniment leur domination... Au point que trop de croyants ont tellement intériorisé une culture de la soumission à la tradition et aux « maîtres de religion » (imams, muftis, shouyoukhs, etc.) qu'ils ne comprennent même pas qu'on leur parle de liberté spirituelle, et n'admettent pas qu'on ose leur parler de choix personnel vis-à-vis des « piliers » de l'islam. Tout cela constitue pour eux une « ligne rouge », quelque chose de trop sacré pour qu'ils osent donner à leur propre conscience le droit de le remettre en question ! Et il y a tant de ces familles, tant de ces sociétés musulmanes où cette confusion entre spiritualité et servitude est incrustée dans les esprits dès leur plus jeune âge, et où l'éducation spirituelle est d'une telle pauvreté que tout ce qui concerne de près ou de loin la religion reste ainsi quelque chose qui ne se discute pas!

Or cela, de toute évidence, n'est pas imposé par le terrorisme de quelques fous, par quelques troupes de fanatiques embarqués par l'État islamique. Non, ce problème-là est infiniment plus profond et infiniment plus vaste ! Mais qui le verra et le dira ? Qui veut l'entendre ? Silence là-dessus dans le monde musulman, et dans les médias occidentaux on n'entend plus que tous ces spécialistes du terrorisme qui aggravent jour après jour la myopie générale ! Il ne faut donc pas que tu t'illusionnes, ô mon ami, en croyant et en faisant croire que quand on en aura fini avec le terrorisme islamiste l'islam aura réglé ses problèmes ! Car tout ce que je viens d'évoquer - une religion tyrannique, dogmatique, littéraliste, formaliste, machiste, conservatrice, régressive - est trop souvent, pas toujours, mais trop souvent, l'islam ordinaire, l'islam quotidien, qui souffre et fait souffrir trop de consciences, l'islam de la tradition et du passé, l'islam déformé par tous ceux qui l'utilisent politiquement, l'islam qui finit encore et toujours par étouffer les Printemps arabes et la voix de toutes ses jeunesses qui demandent autre chose. Quand donc vas-tu faire enfin ta vraie révolution ? Cette révolution qui dans les sociétés et les consciences fera rimer définitivement religion et liberté, cette révolution sans retour qui prendra acte que la religion est devenue un fait social parmi d'autres partout dans le monde, et que ses droits exorbitants n'ont plus aucune légitimité !

Bien sûr, dans ton immense territoire, il y a des îlots de liberté spirituelle : des familles qui transmettent un islam de tolérance, de choix personnel, d'approfondissement spirituel ; des milieux sociaux où la cage de la prison religieuse s'est ouverte ou entrouverte ; des lieux où l'islam donne encore le meilleur de lui-même, c'est-à-dire une culture du partage, de l'honneur, de la recherche du savoir, et une spiritualité en quête de ce lieu sacré où l'être humain et la réalité ultime qu'on appelle Allâh se rencontrent. Il y a en Terre d'islam et partout dans les communautés musulmanes du monde des consciences fortes et libres, mais elles restent condamnées à vivre leur liberté sans assurance, sans reconnaissance d'un véritable droit, à leurs risques et périls face au contrôle communautaire ou bien même parfois face à la police religieuse. Jamais pour l'instant le droit de dire « Je choisis mon islam », « J'ai mon propre rapport à l'islam » n'a été reconnu par « l'islam officiel » des dignitaires. Ceux-là au contraire s'acharnent à imposer que « La doctrine de l'islam est unique » et que « L'obéissance aux piliers de l'islam est la seule voie droite » (sirâtou-l-moustaqîm).

Ce refus du droit à la liberté vis-à-vis de la religion est l'une de ces racines du mal dont tu souffres, ô mon cher monde musulman, l'un de ces ventres obscurs où grandissent les monstres que tu fais bondir depuis quelques années au visage effrayé du monde entier. Car cette religion de fer impose à tes sociétés tout entières une violence insoutenable. Elle enferme toujours trop de tes filles et tous tes fils dans la cage d'un Bien et d'un Mal, d'un licite (halâl) et d'un illicite (harâm) que personne ne choisit, mais que tout le monde subit. Elle emprisonne les volontés, elle conditionne les esprits, elle empêche ou entrave tout choix de vie personnel. Dans trop de tes contrées, tu associes encore la religion et la violence - contre les femmes, contre les « mauvais croyants », contre les minorités chrétiennes ou autres, contre les penseurs et les esprits libres, contre les rebelles - de telle sorte que cette religion et cette violence finissent par se confondre, chez les plus déséquilibrés et les plus fragiles de tes fils, dans la monstruosité du jihad !

Alors, ne t'étonne donc pas, ne fais plus semblant de t'étonner, je t'en prie, que des démons tels que le soi-disant État islamique t'aient pris ton visage ! Car les monstres et les démons ne volent que les visages qui sont déjà déformés par trop de grimaces ! Et si tu veux savoir comment ne plus enfanter de tels monstres, je vais te le dire. C'est simple et très difficile à la fois. Il faut que tu commences par réformer toute l'éducation que tu donnes à tes enfants, que tu réformes chacune de tes écoles, chacun de tes lieux de savoir et de pouvoir. Que tu les réformes pour les diriger selon des principes universels (même si tu n'es pas le seul à les transgresser ou à persister dans leur ignorance) : la liberté de conscience, la démocratie, la tolérance et le droit de cité pour toute la diversité des visions du monde et des croyances, l'égalité des sexes et l'émancipation des femmes de toute tutelle masculine, la réflexion et la culture critique du religieux dans les universités, la littérature, les médias. Tu ne peux plus reculer, tu ne peux plus faire moins que tout cela ! Tu ne peux plus faire moins que ta révolution spirituelle la plus complète ! C'est le seul moyen pour toi de ne plus enfanter de tels monstres, et si tu ne le fais pas tu seras bientôt dévasté par leur puissance de destruction. Quand tu auras mené à bien cette tâche colossale - au lieu de te réfugier encore et toujours dans la mauvaise foi et l'aveuglement volontaire, alors plus aucun monstre abject ne pourra plus venir te voler ton visage.

Cher monde musulman... Je ne suis qu'un philosophe, et comme d'habitude certains diront que le philosophe est un hérétique. Je ne cherche pourtant qu'à faire resplendir à nouveau la lumière - c'est le nom que tu m'as donné qui me le commande, Abdennour, « Serviteur de la Lumière ».

Je n'aurais pas été si sévère dans cette lettre si je ne croyais pas en toi. Comme on dit en français: «Qui aime bien châtie bien». Et au contraire tous ceux qui aujourd'hui ne sont pas assez sévères avec toi - qui te trouvent toujours des excuses, qui veulent faire de toi une victime, ou qui ne voient pas ta responsabilité dans ce qui t'arrive - tous ceux-là en réalité ne te rendent pas service ! Je crois en toi, je crois en ta contribution à faire demain de notre planète un univers à la fois plus humain et plus spirituel ! Salâm, que la paix soit sur toi.

 

http://www.marianne.net/Lettre-ouverte-au-monde-musulman_a241765.html

 

 

 

 

Repost 0
Published by aubonheurdedieu-soeurmichele - dans Projecteur sur...
commenter cet article
26 novembre 2014 3 26 /11 /novembre /2014 12:07

 

Je connais Claude depuis déjà longtemps. Il écrit des chants pour la liturgie. Il m’a confié récemment aussi des textes de réflexion. Je me sens très proche de sa pensée. Avant de les mettre sur mon blog dans la rubrique invité, j’ai plaisir à vous partager des éléments de sa biographie, et ainsi vous le faire connaitre, et faire connaitre son œuvre d’auteur de chants liturgique.

 

Naissance en 1935, dans une famille paysanne du bocage vendéen - Etudes littéraires et théologiques – quelques années de cheminement spirituel dans un monastère – études spécialisées en liturgie et diplôme « peritus in sacra liturgia » de l’Institut supérieur de liturgie, à l’Institut catholique de Paris.

Marié à Edith, et père de trois enfants, Emmanuel, Cyrille et Irénée, et grand-père de six petits enfants.

Carrière professionnelle en tant qu’infirmier psychiatrique à l’hôpital Ste Anne à Paris.

Engagements et responsabilités en différentes communautés chrétiennes : chapelle St Bernard de Montparnasse à Paris, puis dans la paroisse de Lardy en Essonne, et maintenant à La Baule. Responsable diocésain du chant liturgique dans le diocèse d’Evry pendant sept années.

Depuis juin 2007, membre de la commission « chant liturgique » dans le diocèse de Nantes

 

80 disques, cassettes et CD différents, sans parler des chants figurant dans diverses compilations et dans les Cédésignes édités avec la revue Signes Musiques.

Au total plus de 1500 chants réalisés,déclarés à la SACEM, publiés dans les maisons d’édition suivantes : Auvidis, Studio SM, Le Levain, Mélodies Productions, Le Triforium, Bayard-Presse-Liturgie, Ateliers du Fresne, Voix Nouvelles, Union Sainte Cécile.

 

La plupart de ces chants figurent sur la liste des chants inscrits au SECLI (Secrétariat des Editeurs de Chants Liturgiques) ; on peut y retrouver le texte et la musique: au total 1129 chants en juillet 2013

 

Une cinquantaine de compositeurs ont mis des musiques sur tel ou tel texte, les œuvres les plus connues étant signées de Jo Akepsimas, Michel Wackenheim, Jacques Berthier, Gaëtan de Courrèges, Thierry Chleide, Laurent Grzybowski, Jean-Jo Roux, Christian Villeneuve, Jean-Marie Vincent, Claude Tassin…

 

Par ailleurs, en diverses revues dans la mouvance des Parvis ou dans Signes d’Aujourd’hui, publication de réflexions sur l’évolution des ministères dans l’Eglise, l’égalité hommes-femmes dans la société et l’Eglise, etc… 

Voir sur son site  http://claudebernard35.free.fr

 

 

Repost 0
Published by aubonheurdedieu-soeurmichele - dans Projecteur sur...
commenter cet article
4 novembre 2014 2 04 /11 /novembre /2014 23:32

 

AU VATICAN, RENCONTRE MONDIALE DES MOUVEMENTS POPULAIRES

Le Pape François : « Quand je défends les pauvres, certains m’accusent d’être communiste ! »

Par Ignacio Ramonet  |  29 octobre 2014    

IGNACIO RAMONET


http://www.medelu.org/Le-Pape-Francois-Quand-je-defends

Journée historique au Vatican ce mardi 28 octobre 2014. Parce qu’il n’est pas fréquent que le Pape convoque, au Saint-Siège, une Rencontre mondiale des mouvements populaires, à laquelle participent des organisations d’exclus et de personnes marginalisées des cinq continents et de toutes origines ethniques et religieuses : des paysans sans terre ou qui occupent illégalement des propriétés, travailleurs informels urbains, femmes révoltées, recycleurs et biffins, cartonniers, peuples indigènes en lutte... Plusieurs dirigeants présents sont menacés par des escadrons de la mort... En somme, une Assemblée mondiale des damnés de la terre. Mais des damnés qui se battent et ne se résignent pas.

Il est encore moins fréquent que le Pape en personne s’adresse à ces personnes en leur disant qu’il veut « écouter la voix des pauvres » parce que « les pauvres ne se contentent plus de subir les injustices, mais ils luttent contre leur sort  » et qu’il veut, lui, le Pape, « les accompagner dans cette lutte  ». François leur a dit également que « les pauvres n’attendent plus les bras croisés des solutions qui ne viennent jamais ; maintenant, les pauvres veulent être acteurs de leur destin et trouver eux-mêmes une solution à leurs problèmes » car, ajoute-t-il, « les pauvres ne sont pas des êtres résignés, ils savent protester, et se révolter ». Et il a dit : « J’espère que le vent de cette protestation deviendra un orage d’espérance. »

François a également affirmé : « La solidarité est une manière de faire l’histoire. » C’est pourquoi, il rejoint la demande des pauvres qui réclament « de la terre, un toit et un travail ». Il a commenté : « Certains, quand je demande pour les pauvres de la terre, un toit et un travail, disent que ‘le Pape est communiste’ ! Ils ne comprennent pas que la solidarité avec les pauvres est la base même des Evangiles. »

François a rappelé que « la réforme agraire est une nécessité morale  ! » Et il a accusé, sans le nommer, le néolibéralisme d’être à l’origine de nombreux malheurs contemporains : « Tout cela arrive – a-t-il précisé –quand on déplace l’être humain du centre du système et qu’on le remplace par l’argent-roi. » Il a répété qu’ « il faut hausser la voix  ». Et il a rappelé que « les chrétiens, nous disposons d’un programme que j’oserais qualifier de révolutionnaire : les béatitudes du Sermon de la Montagne rapportées par Saint Matthieu dans son Evangile. »

Un discours fort, courageux, qui s’inscrit dans le droit fil de la Doctrine sociale de l’Eglise à laquelle François s’est référé explicitement. Cela faisait très longtemps qu’un Pape ne prononçait pas une allocution aussi sociale, aussi « progressiste » sur un thème, les pauvres, qui constitue l’une des bases fondamentales de la doctrine chrétienne.

Cette intervention a été d’autant plus importante qu’elle fut prononcée en présence du président de la Bolivie, Evo Morales, icône des mouvements sociaux et leader mondial des peuples autochtones. Un moment plus tard d’ailleurs, très applaudi, le président Morales prenait à son tour la parole, devant le même auditoire, pour expliquer, de nombreux exemples à l’appui, que « le capitalisme, qui fait commerce de tout, a créé une civilisation du gaspillage  ». Il a insisté sur l’idée qu’ « il faut refonder la démocratie et la politique, parce que la démocratie c’est le gouvernement du peuple et non pas celui du capital et des banques  ». Il a également mis l’accent sur « le respect nécessaire de la Terre mère  » et « la mobilisation indispensable contre la privatisation des services publics ». Il a suggéré aux mouvements sociaux réunis à l’occasion de cette Rencontre de « créer une grande Alliance des exclus » pour défendre les « droits collectifs  » qui complètent, selon lui, les droits de l’homme.

Le sentiment général des participants à cette Rencontre inédite c’est que ces deux interventions du pape François et du président Evo Morales confirment d’une part, la nouvelle dimension internationale du président bolivien, et, d’autre part, le nouveau rôle historique du Pape François qui semble s’affirmer de plus en plus comme le porte-parole des pauvres d’Amérique latine et de tous les exclus du monde.

 

 

Repost 0
Published by aubonheurdedieu-soeurmichele - dans Projecteur sur...
commenter cet article
30 octobre 2014 4 30 /10 /octobre /2014 21:45

 

Voici un communiqué du Vatican rendant compte d’une rencontre entre le pape et des évêques d’une autre Eglise, les  catholiques-chrétiens appelés « vieux-catholiques » qui n’ont rien de vieux car ils sont plutôt novateurs ! Pour plus d’info sur eux

voir :

http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89glise_vieille-catholique

ou sur ce blog :

http://aubonheurdedieu-soeurmichele.over-blog.com/article-journal-11-animer-un-we-un-peu-particulier-100457240.html

 

 

Le Pape reçoit une délégation vieux-catholiques

 

Cité du Vatican, 30 octobre 2014 (Vatican Information Service VIS).

 

« Le Saint-Père a reçu ce matin les Evêques vieux-catholiques de l'Union d'Utrecht, auxquels il a confirmé l'engagement du Saint-Siège à poursuivre le parcours œcuménique.

Rappelant que depuis un demi siècle (anniversaire de Unitatis Redintegratio) il a été possible de bâtir des ponts d'entente et de collaboration, il a dit: "Si nous nous réjouissons d'avancer vers une communion de foi et de vie plus solide, nous nous attristons de nouveaux désaccords. Les problèmes ecclésiologiques et théologiques qui nous séparent sont maintenant plus difficiles à surmonter du fait de notre divergence sur le ministère sacerdotal et le discernement éthique. Nous devons cependant persévérer dans le dialogue, avancer, travailler et prier ensemble dans un plus vif esprit de conversion à la volonté du Christ à propos de son Eglise. Notre séparation est marquée de graves péchés et petitesses humaines réciproques. Dans un esprit de pardon et de repentance, il nous faut renforcer notre désir de réconciliation. Pour ce, nous devons commencer par une conversion intérieur notre voyage spirituel de rencontre et d'amitié pour passer à la fraternité, et de la fraternité à la communion. Les changements sont inévitables au long du chemin. C'est pourquoi nous devons tous être prêts à écouter l'autre et à suivre les suggestions de l'Esprit qui nous guide vers la vérité complète.

"Dans une Europe confuse quant à son identité et à sa vocation, les espaces de collaboration entre catholiques et vieux-catholiques ne manquent pas. Ils peuvent ensemble tenter de répondre à la profonde crise spirituelle qui frappe les personnes comme une société assoiffée de Dieu et désireuse de comprendre le sens de la vie. Il y a donc un urgent besoin de témoigner de la vérité évangélique de manière crédible. Nous pouvons nous encourager mutuellement, au niveau des paroisses et des communautés locales. L'œcuménisme signifie conversion du cœur, sainteté de vie et prière, privée comme publique, en faveur de l'unité des chrétiens. En priant ainsi les uns pour les autres, nos différences seront acceptées et dépassées dans la fidélité au Seigneur et à l'Evangile".

http://visnews-fr.blogspot.fr/

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by aubonheurdedieu-soeurmichele - dans Projecteur sur...
commenter cet article
28 octobre 2014 2 28 /10 /octobre /2014 20:45

 Une interview d'Eglantine Jamet -Moreau qui, de manière claire, montre en quoi le discours officiel de l'Eglise sur les femmes n'est pas recevable.

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=YmWXDxl-kEU 

Repost 0
Published by aubonheurdedieu-soeurmichele - dans Projecteur sur...
commenter cet article
21 juin 2014 6 21 /06 /juin /2014 12:05

Interview d’une femme courageuse qui est actuellement la cible de catholiques intégristes. Vous pouvez lire aussi cet article en cliquant :

http://www.lavie.fr/religion/catholicisme/monique-baujard-si-rien-ne-sort-du-synode-la-credibilite-de-l-eglise-s-en-ressentira-16-05-2014-52358_16.php

 

Monique Baujard : "Si rien ne sort du synode, la crédibilité de l'Eglise s’en ressentira"

 

"En octobre prochain se tiendra à Rome le synode très attendu sur la famille. A l'assemblée générale des Amis de La Vie,Monique Baujard, directrice du Service National Famille et Société à la Conférence des évêques de France, a répondu aux questions des journalistes et des lecteurs.

Monique Baujard est directrice du Service national Famille et Société à la Conférence des évêques de France. Néerlandaise d’origine, mariée, mère de quatre enfants, ayant travaillé près de 10 ans comme avocate au Barreau de Paris avant de faire une maîtrise de théologie, elle est chargée d’alimenter la réflexion de l’épiscopat sur des sujets complexes et sensibles. L'association des lecteurs de La Vie l'avait invité lors de son assemblée générale au siège du journal le 29 mars dernier pour un échange sur les enjeux du synode de cet automne.

Que pensez de cette démarche de consultation inhabituelle ?

Il y a 30 ans déjà, lors du précédent synode sur la famille, les évêques en France avaient sollicité l’avis des catholiques. Mais cette fois-ci, c’est le Vatican qui insiste pour que toutes les familles se sentent concernées par ce synode et que les difficultés éprouvées sur le terrain remontent. Comme il y avait peu de temps pour répondre au questionnaire, tous n’ont pas pu participer, mais l’on constate néanmoins une grande convergence dans les réponses.

Comment est-elle perçue dans le monde ?

Cette consultation a suscité beaucoup d’enthousiasme chez les fidèles dans le monde entier. Cela veut dire que les gens ont toujours envie de discuter en Eglise de la famille et c’est une bonne nouvelle. Le questionnaire, rédigé pour les évêques, a bien sûr été jugé difficile et, par exemple le Japon, a fait remarquer que les questions avaient été rédigées en Europe pour un public européen.

Comment expliquez-vous que Rome n’ait pas voulu rendre les synthèses publiques ?

Sur le site de la CEF vous trouverez le résumé de la synthèse réalisée pour la France par Mgr Pierre-Marie Carré, archevêque de Montpellier et vice-président de la Conférence des évêques. Si les synthèses complètes n’ont pas été publiées, c’est avant tout pour laisser les mains libres au synode, pour que tout ne soit pas écrit d'avance. La démarche est prévue pour durer deux ans : un synode extraordinaire en 2014, auquel participeront les présidents des conférences épiscopales, suivi d’un synode ordinaire en 2015, auquel participeront d’autres évêques, élus par leur conférence.

Quelles aspirations s’en dégagent ?

Beaucoup de réponses ont pointé un décalage entre l’enseignement de l’Eglise et les choix des couples. La question des divorcés-remariés revient souvent et beaucoup de souffrances et d’incompréhensions se sont exprimées. Une évolution est certainement espérée et en même temps il faut être lucide : il y a des choses qui ne changeront pas. Il y a une conception spécifique du mariage catholique où les époux sont invités à refléter quelque chose de l’amour de Dieu, un Dieu fidèle d’âge en âge et qui donne la vie. Aussi l’indissolubilité, la fidélité et l’ouverture à la vie resteront des exigences du mariage catholique. Mais dans son intervention lors du Consistoire en février dernier, le cardinal Walter Kasper esquissait des pistes pour ouvrir un chemin de pénitence pour les divorcés-remariés pouvant permettre, dans certains cas et à certaines conditions, un accès au sacrement de réconciliation et à l’eucharistie.
L'accès aux sacrements pour les divorcés remariés ne concerne pas seulement l'eucharistie et la réconciliation, mais aussi le baptême. En effet, si une personne qui n’a jamais été baptisée épouse un(e) catholique divorcé(e) et qu’il ou elle découvre ensuite le Christ et souhaite demander le baptême, ce n'est canoniquement pas possible. Et cela heurte le bon sens des fidèles.

Et sur la contraception, quelles seraient les pistes ?

Il y aurait la possibilité de confier la mise en oeuvre concrète de la maîtrise de la fécondité, et donc la question des méthodes, à la responsabilité et la conscience éclairée des époux. Cela ne constituerait pas un vrai changement de doctrine, mais une simple application du principe de subsidiarité. Bien sûr, beaucoup de personnes diront que cela ne change rien en pratique, mais il me semble que l'appel à la conscience pousserait sans doute davantage les couples à réfléchir aux choix qu’ils font. Cela pourrait même permettre de faire découvrir le sens plus profond de cet appel à l’ouverture à la vie qui concerne la place que nous faisons aux autres dans notre vie.

Comment jugez-vous la préparation au mariage aujourd’hui en France ?

Beaucoup de choses se font en matière de préparation au mariage. La difficulté réside dans le fait que les fiancés sont souvent très éloignés de l’Eglise et ont besoin d’une première annonce de la foi pour prendre toute la mesure de l’engagement que représente le sacrement de mariage. La préparation au mariage va donc se rapprocher d’une démarche de catéchuménat, mais en même temps, elle ne doit pas décourager les jeunes. Comment leur faire prendre conscience des enjeux sans briser leur enthousiasme ou faire croire que le sacrement de mariage est réservé à une élite spirituelle ? C’est un vrai défi aujourd’hui.

Que peut faire l’Eglise concrètement pour aider les parents ?

Il est important que l'Eglise écoute les questions avant de donner les réponses, qu'elle soit attentive aux difficultés réelles des familles, aux nouvelles questions qui se posent, par exemple la conciliation vie professionnelle /vie familiale. Plusieurs diocèses ouvrent des Maisons des familles pour offrir justement des lieux d'écoute, quitte à renvoyer sur des professionnels pour des problèmes qui nécessitent un soutien spécifique. Il s’agit de prendre en compte la vie concrète des gens. Les questions relatives au début et à la fin de vie sont importantes, mais il faut aussi s’occuper de la vie de tous les jours et montrer comment la présence du Christ peut nous guider et nous soutenir au quotidien.
Ce thème était absent du questionnaire et, avec d’autres, nous avons suggéré que soit abordée la question de la précarité des familles. La grande pauvreté déstructure la famille. Quand elle ne peut jouer son rôle éducatif et social, tout le monde souffre. Aider les plus fragiles à reprendre confiance en eux-mêmes et à assumer leur rôle de parents, est primordial. Le Secours catholique fait un travail important dans ce domaine.

Le synode suscite beaucoup d’espoir de la part des catholiques pratiquants. Quelle est la marge de manœuvre de l’Eglise ?

Si rien ne sort du synode, la déception sera grande et cela pourra affecter la crédibilité de l’Eglise, au sens où elle ne paraitra pas capable de répondre aux questions actuelles. Il y a des évolutions possibles, en faisant une plus grande place à la miséricorde et en admettant que l’échec aussi fait partie de la vie. Mais cela demandera un effort de créativité de la part des évêques, qui ne sont pas forcément d’accord entre eux sur les orientations à prendre. Venant du monde entier, ils sont en effet sur le terrain confrontés à des situations très différentes. Et puis il y a des courants plus conservateurs qui veulent surtout que rien ne change. Dans sa lettre, le pape François a demandé aux familles de prier l’Esprit Saint pour qu’il éclaire les pères synodaux. Je pense qu’il faut prendre cette demande très au sérieux !"

 

 

 

Repost 0
Published by aubonheurdedieu-soeurmichele - dans Projecteur sur...
commenter cet article