Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 décembre 2015 7 06 /12 /décembre /2015 21:42
Arcabas

Arcabas

L’Avent est le temps de l’attente du Christ.

Cette attente peut se vivre selon 5 attitudes :

veiller, préparer, se réjouir, écouter, s’étonner.

 

Mais pourquoi, et là est la question, pourquoi attendre le Christ puisqu’il est déjà venu ?

 

Déjà venu, oui, mais dans quelle mesure il est accueilli dans notre monde et dans nos vies ?

C’est pourquoi, chaque année, il nous est donné ce temps béni de l’Avent : nous sommes remis en attitude d’attente pour mieux le recevoir, mieux l’accueillir, mieux l’aimer.

 

Il est à la porte de nos vies, sur le palier et doucement frappe.

Car en aucun cas il ne forcera la porte.

Tant que je ne lui aurais pas dit d’entrer, il n’entrera pas.

Il est donc dépendant de ma réponse. Vais-je lui ouvrir ?

Il ne peut que me proposer son amitié car il sait que cela ne peut être que proposé, jamais imposé.

C’est pourquoi, il est comme un mendiant à la porte de nos vies, comme un amoureux qui dit avec délicatesse son désir d’entrer.

Il est déjà venu, il est là mais comment je l’accueille, comment je lui ouvre mon cœur, ma vie ?

Quelles portes j’ouvre et quelles portes, je n’ouvre pas ?

 

Il vient, mais pourquoi ?

Pour me proposer son amitié.

La sienne est totale et sans reprise, donné de toute éternité.

En disant cela

on comprend mieux le cri prophétique de Baruc :

« Quitte ta robe de tristesse et de misère, revêts la parure de la gloire de Dieu pour toujours »

On comprend mieux que Paul nous parle de la tendresse du Christ.

On comprend mieux que Luc nous dise que tout homme verra le salut de Dieu.

Le Christ vient pour nous proposer son amitié.

La sienne est totale et sans reprise, donné de toute éternité.

La nôtre en réponse à la sienne a besoin de grandir et c’est pourquoi, il nous invite à veiller, à préparer, à se réjouir, à écouter, à s’étonner.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by aubonheurdedieu-soeurmichele - dans Homélies de Soeur Michèle
commenter cet article

commentaires