Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 mars 2016 5 18 /03 /mars /2016 12:22
Communautés de proximité : Lignes directrices selon Joseph Moingt et exemple concret  à Achères

En septembre 2010, le Père Joseph Moingt, sj a donné une conférence qui avait pour titre : Annonce de l'Évangile et structures d'Église[1]

Dans cette conférence il donnait des grandes lignes pour penser des communautés de proximité et ainsi faire Eglise autrement.

Voici un résumé de cette conférence, suivi d’un exemple concret avec l’initiative d’un groupe de chrétiens à Achères dans le 78.

 

1-Résumé de la conférence

Dans cette conférence Joseph Moingt développe 5 thèses

1ère thèse :

Annoncer l’Evangile doit être notre seule préoccupation. Donc il s’agit d’aller au monde pour le vivifier de la vie et de l’esprit du Christ donc de communiquer avec ce monde. Ne pas se préoccuper de la santé de l’Eglise .C’est en ayant pour seule préoccupation l’annonce de l’Evangile qu’une autre Eglise pourra naître

2ème thèse :

L’Evangile est une école de vie, source d’humanisme et non un code religieux.

C’est une bonne nouvelle pour tous. Il nous dit que tout peut changer car Dieu y est à l’œuvre. C’est un nouvel ordre à instaurer fait de guérison, de libération, de pardon d’amour jusqu'au bout. C’est une nouvelle manière d’être en relation avec les autres. Où personne n’est exclu. C’est dire que la seule voie de salut est l’amour : quiconque aime est né de Dieu 1Jn 4/7 ( croyant ou pas). C’est donc un universalisme au-delà des clivages religieux.

Ce qui est à dire à ce monde c’est qu’il est dans le salut à la mesure même de l’amour. Il y a à annoncer cela et à y travailler avec d’autres qui le pensent et le vivent aussi sans forcement être croyant : conduire l’humanité à la plénitude de son humanité créé à la ressemblance de Dieu

3ème thèse

La sécularisation nous impose une attitude missionnaire radicalement différente du passé.

La sécularisation, c’est le retrait du religieux, c’est la rupture entre religion et société. C’est un phénomène social et culturel qui fait entrer dans un monde nouveau.

Mais c’est en fait ce que Jésus a introduit par son Evangile : l’émergence d’un humain qui accomplit son humanité en responsabilité. C’est donc en fait, ce que Dieu veut.

Il s’agit donc de comprendre cette sécularisation. Le monde s’est séparé de la religion qui l’empêchait de conquérir la liberté de pensée et la maitrise de sa vie.

Ce monde ne se remettra pas à l’écoute de l’Evangile en se soumettant à une institution. Il faut donc lui faire redécouvrir l’Evangile en dehors d’une institution, lui faire découvrir un visage de Dieu dont il n’a pas idée. Ce qui l’empêche de le découvrir c’est tout appareil autoritaire des religions instituées.

Lui faire redécouvrir un Dieu qui appelle à la liberté, qui s’intéresse à la vie des humains, qui compatit, qui confie la création à partager pour le bien de tous

4ème thèse

La possibilité de changement dans l’Eglise ne peut pas venir d’en haut.

Car la remise en cause est trop radicale, l’attachement à un modèle clérical hérité du Moyen-âge trop forte.

5ème thèse

La possibilité de changement est donc entre les mains des laïcs créant des petites communautés de proximité

Pour cela, il faut d’abord que les laïcs quittent une forme de passivité ecclésiale. Que sorte de leur tête le modèle que l’autorité ne peut être que cléricale. Il faut revenir aux 1ers temps de l’Eglise où tous avaient initiative. Leur baptême les habilite à prendre toute initiative pour bâtir autrement la communauté des chrétiens, sans avoir besoin d’autorisation. L’autorisation, c’est leur baptême !

Ensuite, leur créativité sera de faire naitre des petites communautés de proximité qui peut commencer à 3 ou 4 !

Les 3 caractéristiques de ces communautés de proximité :

1-Un lieu de vie, créés par des laïcs qui veulent prendre en charge une visibilité d’Eglise

2-L’Evangile au centre des réunions car c’est le lieu de rencontre avec Jésus. Pour vivre en tant que disciple, vivre de son esprit, s’en nourrir pour le communiquer

Lieu pour se forger une parole audible pour nos contemporains imbus de modernité

Donc lieu de liberté de jugement et non d’obéissance à l’institution

Lecture guidée par l’intérêt de Jésus pour ce monde

3-communauté missionnaire

Elle sera ouverte au problème qui se pose dans son environnement immédiat, posera des actions concrètes avec d’autres, cherchera ce qui est prioritaire

Fera comme Jésus qui s’intéressait à la vie des gens, prenant à bras le corps les problèmes d’humanité

Cela montrera un nouveau visage d’Eglise, amie de la liberté

La société pourra donc reconnaitre en ces communautés, les mêmes idées à cause desquelles ils avaient rejeté l’Eglise, reconnaitre la vraie humanité dont l’Evangile est la source.

 

2-le groupe d’Achères

Voici comment ce groupe se présente.

Historique de notre groupe :

Notre groupe est une communauté de proximité que nous avons choisi d’appeler Communauté de partage d’Achères parce qu’il s’agit d’un lieu où nous échangeons et partageons nos idées, nos interrogations, nos expériences et surtout notre lecture de l’Evangile. Ce groupe est né du questionnement que nous avions les uns et les autres en ce qui concerne certaines positions institutionnelles de l’Eglise (remariage des divorcés, contraception, procréation assistée, mariage des homosexuels, référence systématique au péché et à la mort …). Certaines de ces positions provoquaient en nous un profond malaise. Nous étions à plusieurs à nous éloigner de l’Eglise notamment en participant de moins en moins aux messes dominicales. Sur les conseils d’un prêtre d’une autre paroisse, nous nous sommes rapprochés de la CCBF dans un premier temps via le site internet, puis, en participant à une rencontre à Versailles en juin 2013 où il était question des communautés de proximité. Nous y avons tout de suite vu la possibilité à un niveau local, de se sentir moins isolé, de pouvoir échanger autour de l’Evangile en apportant chacun une lecture différente, de recréer du lien et bien sûr de ne pas quitter l’Eglise. Au retour de cette réunion à Versailles, nous avons très rapidement décidé d’essayer de créer une communauté à Achères. Nous avons proposé à plusieurs personnes autour de nous, des personnes que nous pensions susceptibles d’être intéressées, de se joindre à nous (juillet 2013). Lors de cette première réunion, la parole a été donnée à chacun et tous ont pu exprimer ce qu’ils ressentaient, parfois le découragement et la tentation d’abandonner les engagements pris. Il est intéressant de constater qu’à l’issue de cette réunion, nous étions nombreux à partager le sentiment qu’il fallait continuer à s’engager, rester, « ni partir, ni se taire ».

Nos rencontres :

Nous nous retrouvons (une dizaine de personnes) tous les mois (8 à 9 fois par an) entre laïcs autour d’une lecture de l’Evangile du dimanche suivant, autour d’un texte (exemple interview du Pape aux jésuites) ou encore d’un thème. Nous essayons, « chacun apportant sa pierre à l’édifice », d’avoir une lecture de l’Evangile pleine d’espoir et de joie. Nous échangeons également sur ce que chacun peut vivre de son côté dans les mouvements ou associations dans lesquels il est impliqué.

Pour plus d’info sur cette communauté, leur blog :

https://www.over-blog.com/user/1816669.html

Pour leur écrire :

communautepartageacheres@gmail.com

[1] http://www.ofs-de-sherbrooke.over-blog.com/article-annonce-de-l-evangile-et-structures-d-eglise-72325547.html

Repost 0
Published by aubonheurdedieu-soeurmichele - dans Eglise
commenter cet article
9 novembre 2015 1 09 /11 /novembre /2015 11:36
Lettre de soutien de Leonardo Boff au Pape François

Texte paru sur le site

http://iglesiadescalza.blogspot.fr/2015/11/leonardo-boff-letter-of-support-to-pope.html

 

Saturday, November 7, 2015

Leonardo Boff: Letter of Support to Pope Francis

During the Second Continental Theology Congress that was held October 26-30, 2015 in Belo Horizonte, Brazil, liberation theologian Leonardo Boff drafted a letter of support for Pope Francis which was co-signed, according to Boff's blog where the original Portuguese version of the letter appears, by about 300 of the conference participants. The full text of the letter in English follows:

Dear Pope Francis:

Many of us in Latin America, the Caribbean, and in other parts of the world are following with concern the opposition and attacks against you by a conservative but powerful minority in and outside the Church. Perplexed, we have witnessed something unheard of in recent centuries -- a stand taken by some cardinals against your way of conducting the Synod and, most of all, the universal Church.

A strictly personal letter addressed to you was leaked to the press, as happened with your encyclical Laudato Si', in clear violation of the principles of ethical journalism.

Such groups posit a return to the model of Church of the past, conceived more as a closed fortress than as "a field hospital always open to welcome those who knock at her doors," a Church that should "seek to welcome humankind today not with closed doors, which would betray herself and her mission, and that instead of being a bridge, would become a barrier." These were your brave words.

The pastoral attitude of the kind of Church proposed in your speeches and in your symbolic gestures, is characterized by warm love, by a living encounter between people and with Christ present among us, by mercy without limits, by the "revolution of tenderness," and by pastoral conversion. This implies that the pastor has a "sheep smell" because he lives with them and accompanies them along the way.

We regret that the most such groups do is say "no." We remind our brothers of the most obvious things in Jesus' message. He didn't come to say "no." On the contrary, he came to say "yes."Paul in the Second Letter to the Corinthians reminds us that "the Son of God was always 'yes,' because all of God's promises are 'yes' in Jesus." (2 Cor. 1:20)

In the Gospel of John, Jesus states explicitly, "If anyone comes to me, I will not send them away." (Jn. 6:37) It could be a prostitute, a leper, a fearful theologian like Nicodemus - he welcomed everyone with love and mercy.

The basic characteristic of the God of Jesus, "Abba," is His limitless mercy (Lk. 6:36) and His preferential love for the poor, the sick, and sinners (Lk. 5:32, 6:21). Rather than founding a new religion with the pious faithful, Jesus came to teach us to live and carry out the central message of the Kingdom of God whose properties are love, compassion, forgiveness, solidarity, hunger and thirst for justice, and the joy of everyone feeling like the beloved sons and daughters of God.

The attempts to delegitimize your way of being Bishop of Rome and Pope of the universal Church, being guided more by charity than by canon law, more by collegiality and cooperation than by the solitary exercise of power, will be in vain because nothing resists goodness and tenderness, of which you have given us a splendid example. From history, we learn that where power prevails, love disappears and mercy becomes extinct, core values of your preaching and of Jesus'.

In this context, given the new planetary phase of history and threats to the life-system and system-Earth boldly pointed out in your encyclical Laudato Si' on "care for our common home,"we want to close ranks around you and show our full support for you and your ministry, your open pastoral vision of the Church and the charismatic manner through which you makes us feel like the Church is our spiritual home again. And there are many from other denominations and religions and in the secular world who support and admire you for your way of speaking and acting.

It is not insignificant that most Catholics live in the Americas, in Africa, and in Asia where one notes great vitality and creativity in dialogue with the different cultures, showing various faces of the same Church of Christ. The Catholic Church today is a Third World church since only 25% of Catholics live in Europe. The future of the Church is being decided in these regions where the Holy Spirit is blowing strongly.

The Catholic Church can not remain hostage to Western culture which is a regional culture, however great the merits that it has accumulated. It is necessary for it to de-westernize, opening up the process of globalization which favors the meeting of cultures and spiritual paths.

Dear Pope Francis: You share the fate of the Master and the Apostles who were also misunderstood, maligned and persecuted.

But we are calm because we know that you take such tribulations in the spirit of the Beatitudes. You bear them with humility. You ask forgiveness for the sins of the Church and follow in the footsteps of the Nazarene.

We want to be by your side, supporting you in your liberating gospel vision of the Church, giving you courage and inner strength to refresh for us, through words and gestures, the tradition of Jesus, made of love, mercy, compassion, intimacy with God and solidarity with suffering humanity.

Finally, dear Pope Francis, continue to show everyone that the gospel is good for all humankind, that the Christian message is an inspirational force in the "care for our common home," generating a bit of anticipation of an Earth reconciled with herself, with all human beings, with nature, and especially with the Father who has shown a Mother's traits of infinite goodness and tenderness. In the end, we can say together, "all is very good." (Gen. 1:31)

 

Repost 0
Published by aubonheurdedieu-soeurmichele - dans Eglise
commenter cet article