Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 octobre 2021 1 18 /10 /octobre /2021 17:30

Une réponse avec cette video!

Partager cet article
Repost0
9 octobre 2021 6 09 /10 /octobre /2021 12:57
Mobilisation créée par Christine Pedotti et Anne Soupa

Leur appel :

« Alors que les conclusions de la CIASE, Commission indépendante sur les abus sexuels dans l’Église catholique sont désormais connues, un seul mot suffit à résumer la situation : une faillite.

Le bilan est là, effroyable : plusieurs centaines de milliers d’enfants blessés dans leur chair et leur âme, empêchés de croire et d’aimer pour de longues années, des centaines de milliers de vies brisées, abîmées.

En effet, le nombre des abus, comme les mécanismes qui ont concouru à ignorer ou dissimuler les exactions des coupables, à faire taire les victimes et négliger leur souffrance, démontrent avec une terrible précision la responsabilité de ceux dont la charge était précisément de surveiller et protéger.

Il est vrai que dans bien des cas, les communautés, paroisses, aumôneries etc.… et les parents, eux-mêmes, n’ont pas su non plus reconnaître la gravité des actes et mettre en œuvre des moyens de protection. Mais ce fait même montre que le poids de l’autorité hiérarchique et l’usage abusif de la notion d’obéissance ont largement contribué au désastre qui est désormais dévoilé… »

Pour lire la suite et pour signer la pétition :

https://www.wesign.it/fr/droitshumains/appel-pour-une-eglise-fiable?fbclid=IwAR3NtWQ2nwL1CT5yKffUSAIlZagMcYezTQocsihRQoolAqQmddWjvAY5nLw

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2021 7 19 /09 /septembre /2021 22:06
Découvrir, soutenir, rejoindre: toutes Apôtres !

L’association Toutes Apôtres ! a pour objet principal d’agir pour faire advenir l’égalité de tou.te.s au sein des communautés et institutions religieuses, notamment de l’Église catholique romaine.

Notre collectif est né d’une conviction profonde : la discrimination faite aux femmes au sein de l’institution catholique constitue aujourd’hui un scandale auquel il est grand temps de mettre fin.

Pour qu’elle puisse accomplir sa mission universelle, nous sommes convaincues que l’institution catholique romaine doit permettre aux femmes d’accéder aux différents ministères ordonnés et de prendre part à la gouvernance de nos paroisses, de nos diocèses comme au Vatican. C’est à cette condition que l’Église se renouvellera.

Leur site : https://toutesapotres.fr/

Partager cet article
Repost0
19 janvier 2021 2 19 /01 /janvier /2021 17:21
Une réponse forte de Jacques Faucher à une demande des évêques

Loi de bioéthique : « Que nos yeux s’ouvrent ! » vraiment

 

Jacques Faucher est prêtre et médecin, délégué diocésain au monde de la santé à Bordeaux. Il nous propose cette tribune à la suite de la demande des évêques d’observer quatre jours de prière et de jeûne, à l’occasion de la deuxième lecture par le Sénat de la loi relative à la bioéthique.

Pour protester contre la loi relative à la bioéthique que les sénateurs examinent en 2e lecture début février, les évêques de France demandent quatre jours de jeûne et de prière pour « Que nos yeux s’ouvrent ! » Les yeux de qui ? et sur quoi ?

Oui nous allons prier et jeûner quatre jours, pour « Que nos yeux s’ouvrent » à la grandeur et la beauté, au dévouement et l’inventivité, au pluralisme et dialogue, à l’écoute et l’accompagnement de personnes en situation complexe, de soignants et d’usagers devant des dilemmes de diagnostic anténatal grave, de possibilités d’Interruption médicale de grossesse, de recours à des assistances médicales à la procréation, d’arrêt de traitement, de fins de vie difficiles.

Oui nous allons prier et jeûner pour que nous sortions de notre aveuglement sur le monde de la santé et de la science, sur le monde contemporain, son pluralisme, ses compétences, ses réalisations techniques, institutionnelles et financières, son souci du chemin de chacun avec d’autres, tout ce qu’il met en œuvre d’interrogation, de comité et d’espace de réflexion éthiques, de liberté et de responsabilité.

Oui nous allons prier et jeûner pour que nous sortions de notre aveuglement de ne nous adresser qu’à des groupes situés, qui ne parlent pas au nom de l’ensemble des catholiques et nous entraînent dans un clivage desservant la communion dans la société et dans l’Église entre les bons et les mauvais catholiques, ceux qui hurlent fort et ceux qui, affrontés à des questions difficiles dans leur vie et leur profession, n’auraient pour seule perspective que de se taire ou de quitter cette Église qui non seulement ne prierait pas pour eux mais les exclurait.
Oui nous allons prier et jeûner pour que nous sortions de notre aveuglement qui confisque le souffle de l’encyclique Fratelli tutti à des préoccupations bioéthiques partisanes. Voyons et écoutons que la plupart des personnes affrontées à des situations complexes ne sont pas d’abord dans l’égoïsme, l’individualisme, l’hédonisme, mais avant tout travaillées par la liberté et la responsabilité, le souci de l’autre et l’amour.

Quant aux procréations médicalement ou socialement assistées, ouvrons-nous aux perspectives évangéliques de Michel Serres, bienvenues en cette année saint Joseph, centrée sur l’adoption : « Dans la Sainte Famille, celle de la crèche de Noël, s’effacent, en partie, les deux premiers liens : ceux de la vie naturelle et de la loi civile, jusqu’à s’adoucir. Voici Joseph, père adoptif ; voici Jésus, fils adoptif ; voilà enfin Marie, dont la virginité douce, au-delà de la parturition dure, naturelle, charnelle, incarnée, renouvelle la généalogie de nature et de sang ».

« Lui-même sans fils ni fille, Jésus-Christ s’écarte de la généalogie de sang et de nature ; mourant comme un hors-la-loi, il se désengage des lois politiques et civiles ; il vient même de dire, au prétoire : mon royaume n’est pas de ce monde ».

« Or, cette dernière parole, adressée à Marie et à Jean, dit la Bonne Nouvelle. Laquelle ? Voici : à compter de cette annonce, il y aura filiation ou parenté si et seulement si le père et la mère adoptent le fils ou la fille, si la fille et le fils adoptent père et mère, c’est-à-dire s’ils se choisissent les uns les autres par amour et dilection. À partir de la naissance de Jésus comme fils adoptif, à partir de sa mort où il désigne un fils adoptif et une mère adoptive, vierge, une seconde fois, de cette nouvelle maternité, l’humanité, transcendant les liens de sang et ceux de la loi, faisant bifurquer du même coup les généalogies antiques, descendra moins de la nature ou des lois que de sa propre volonté, que de sa propre liberté, de son choix et de l’amour. »

Ouvrons nos yeux ! Sortons de notre enfumage religieux d’un autre temps ! En Jean 9, il est écrit que Jésus rencontre un « aveugle de naissance ». Nous pouvons traduire : « enfumé sur ses origines », alors qu’ils sont à la sortie du Temple, tout aveuglés des fumées des sacrifices religieux. Peu à peu, l’enfumé devient clairvoyant sur les peurs et les conformismes des voisins et parents, et sur l’aveuglement des pharisiens enfumés par les débats sur la loi. Au chapitre suivant, il fait partie du peuple de ceux qui marchent en avant, qui ont la liberté d’aller et sortir de l’enclos religieux et de rejoindre un autre groupe qui ne fait pas partie du premier et qui vit déjà de la liberté de l’Esprit.

Ouvrons nos yeux sur notre Église, sur toutes les pastorales de la santé, du social, des prisons, de l’enseignement, des familles, qui chaque jour accueillent, écoutent, accompagnent les personnes en situation difficile, et découvrent que l’Évangile ne passe pas d’abord par des prises de position péremptoires et clivantes, mais par un dialogue et même une remise en question de certaines positions magistérielles au nom de l’amour du frère : Fratelli tutti !

Ouvrons les yeux ! Pleins d’hommes et de femmes mettent leur compétence et leur dévouement au service public de la santé, du social, de la vie ensemble (caissières, éboueurs, enseignants, artistes, etc.). Il ne faudrait pas que notre aveuglement empêche ceux qui marchent en avant, dans l’Église et dans le monde, de se rencontrer, de se réjouir et de construire ensemble un monde au service de tous, et d’abord des plus fragiles, Fratelli tutti !

Article paru dans le Journal La Croix du lundi 18 Janvier 2021

https://www.la-croix.com/Debats/Loi-bioethique-yeux-souvrent-vraiment-2021-01-15-1201135129?utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_content=20210117&utm_campaign=newsletter__crx_subscriber&utm_term=2714

Partager cet article
Repost0
21 novembre 2020 6 21 /11 /novembre /2020 18:51
Célébrer …sans messe, c’est possible (3ème partie)

Voici donc le 3ème article pour aider à célébrer sans messe.

J’espère de tout cœur que ce 2ème confinement va permettre à certain-es (beaucoup ?) d’être inventif-ve et redécouvrir leur sacerdoce baptismal qui les a fait prêtre, prophète et roi-reine.

Voici un déroulement de liturgie que nous avons vécu en communauté cette semaine. Nous avons pris les lectures de la messe du jour du jeudi 19 novembre.

Je vous le présente en y ajoutant des notes pour en saisir le sens.( en vert dans le texte). 

(On est assis-e en silence)

Il s’agit d’entrer dans une liturgie par un moment de silence, de préparation du cœur pour se préparer à une rencontre

(Mot d’introduction par celle ou celui qui anime. Dans cet article , cela sera désigné par la lettre A)

Ce mot permet de se situer ensemble devant le Mystère de Dieu

A:

Jésus, tu nous dis que quand 2 ou 3 sont réunis en ton nom

Tu es présent, d’une présence inouïe et bien réelle.

Nous sommes là, réunies en ton nom et tu es là.

Nous le croyons dans le mystère de la foi

(On se mets debout pour chanter)

Se mettre debout c’est la posture du vivant, c’est un acte qui engage dans un mouvement

Chanter ensemble, c’est faire corps, c’est s’unir en unissant nos voix. La liturgie est un acte communautaire

(Chant)

Ecoute, écoute l’amour au fond de toi

Ecoute, écoute, il te parle tout bas

Demeures en sa présence ( 3 fois)

A:

Celle ou celui qui anime introduit le geste du signe de la croix, qui est un signe trinitaire. Nous sommes ensemble devant Dieu qui nous accueille.

Oui demeurons en la présence de la Trinité d’amour

Elle qui est volonté d’amour, comme une mère, un père qui serait plein de tendresse

Elle qui est parole d’amour, la parole d’amour qui a pris visage humain en Jésus

Elle qui est acte d’amour, Esprit d’audace et de liberté

Nous sommes réunies au nom du Père et du Fils et du saint Esprit

A:

Nous devant Dieu dans la vérité de notre amour qui a besoin de sa force. C’est pourquoi nous le prions d’affermir notre coeur

Ta présence, elle ne peut nous manquer, même dans la nuit tu es là.

Mais notre présence à toi, elle est fragile, inconstante ou négligente

Viens à notre secours

(Chant)

O Dieu saint, o Dieu fort, o o Dieu immortel

Prends pitié de nous ( 3 fois)

A:

Et donne-nous la grâce d’un cœur qui écoute, d’un cœur attentif.

(On s’assoit)

La posture assise st celle d l’écoute attentive

On aura eu le souci de savoir qui va lire

La-le lecteur-trice se lève, et va chercher le livre et lit en face du groupe

Lecture de Ap 5,1-10

Cantique du Nouveau Testament = NT9 chanté ou lu

J’ai choisi ce cantique car il reprend un passage du texte de l’apocalypse

(On se mets debout)

Ici la station debout signifie l’éminence de l’Evangile, l’Evangile est le cœur de la foi. C’est Jésus en sa parole.

Alleluia chanté

Le-la lecteur-trice = L

« Aujourd’hui ne fermons pas notre cœur mais écoutons la voix du Seigneur »

Lecture de l’Evangile Lc 19,41-44

L : Acclamons la Parole de Dieu

Tous : louange à toi Seigneur Jésus

(On s’assoit)

homélie

Quelqu’un fait une brève homélie

Voici celle que j’ai faite :

Si tu avais reconnu en ce jour ce qui peut te donner la paix

Mais hélas, cela est resté caché à tes yeux

Tu n’as pas reconnu le moment où Dieu te visitait

Sous ces 2 paroles négatives, nous pouvons entendre du positif :

Quelqu’un peut nous donner la paix.

Quelqu’un peut nous visiter.

Nous avons toutes fait l’expérience de cette paix donnée par Dieu

Nous avons toutes fait l’expérience des visites de Dieu.

Et nous en savons la joie.

Alors fortes de cette expérience, il nous est possible de nous désoler des moments où nous avons manqué des rendez-vous.

Quand nous le faisons, nous pouvons alors comprendre les pleurs de Jésus devant Jérusalem :

Les pleurs d’un amoureux éconduit.

(Silence)

C’est le silence de l’intériorisation. Se laisser rejoindre par ce qu’on a entendu, parler à Dieu dans le silence du cœur

Chant : Toi qui ravis le cœur de Dieu

A

Intro au Chant pour en faire saisir le lien avec les textes entendus

« Tu n’as pas reconnu le moment où Dieu te visitait » Demandons à Marie, elle qui a su reconnaitre les visites de Dieu et s’est fait elle-même visitation pour Elisabeth, demandons-lui son cœur large et généreux

(On se met debout)

Notre Père

A:

Prions ensemble

Silence pour permettre à chacun-e de le faire

A:

Prière de conclusion

Soit : chacun-e s’exprime

Soit l’animateur le fait seul-e

A:

Que Dieu nous bénisse : le Père, le Fils et le Saint Esprit

Allons dans la paix du Christ

Tous :

Nous rendons grâce à Dieu

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
10 novembre 2020 2 10 /11 /novembre /2020 12:16
Célébrer sans messe, c’est possible ! ( 2ème partie)

Voici un autre exemple de célébration de la Parole et du Pain. Pour donner l’idée de le faire en famille…avec un petit groupe d’ami-es, de voisins. Et ceci, pas uniquement en temps de confinement mais pour retrouver le sens de l’Eglise domestique qui a été vécu pendant les premiers siècles de l’Eglise.

Il nous faut sortir d’une mentalité qui enferme la liturgie à un seul lieu : une église de pierre ; à un seul acteur qui serait indispensable : un prêtre.

Il nous faut nous réapproprier notre capacité à célébrer au titre de notre sacerdoce commun de baptisé-es.

Mais ceci n’est possible que si chacun-e a une vie de prière personnelle, nourrie de récits bibliques. Car là aussi il y a un chemin à faire ! Là aussi on peut déplorer que la prière se résume pour certain-e à la messe.

Soyons donc créatifs-ves.

Bonne liturgie domestique.

Introduction :

*Un lecteur lit Marc 1,14-20

*le ou la présidente introduit à la célébration :

Pourquoi entendre ce récit au début de notre célébration ? Parce nous met devant l'essentiel. D’abord il nous dit que Jésus nous apporte un Bonne Nouvelle et pas une mauvaise ! Combien de discours religieux sont des mauvaises nouvelles qui emprisonnent les gens.

Non, Jésus, lui, c’est une 

bonne nouvelle pour nos vies. Et la conversion dont il est question est un changement de regard sur Dieu, nous-mêmes, les autres dans le sens d’un accueil radical de tout ce qui est bon.

Ensuite parce qu’on le voit appeler des gens à être avec lui, c’est-à-dire que d’emblée pour Jésus désire une communauté.

Et ces gens, c’est nous aujourd’hui, nous ici, vous et moi.

Et cette communauté, c’est là ou 2 ou 3 sont réunis en son nom

Il est avec nous, d’une présence inouïe et bien réelle.

Nous pouvons faire l’expérience de sa présence de manière personnelle mais aussi de manière communautaire, c’est le sens de ce que nous allons vivre maintenant. C’est le sens de toutes célébrations, encore faut-il qu’elles ne soit pas figés dans un rituel obsolète.

Chant

Ecoute, écoute l’amour au fond de toi

Ecoute, écoute, il te parle tout bas

Demeures en sa présence

*Le-la président-e introduit au signe de la Croix

Oui demeurons en la présence de la Trinité d’amour

Elle qui est volonté d’amour, comme une mère, un père qui serait plein de tendresse

Elle qui est parole d’amour, la parole d’amour qui a pris visage humain en Jésus

Elle qui est acte d’amour, Esprit d’audace et de liberté

*tous font le signe de la croix

*la-la président-e invite à faire mémoire d’un bonheur d’une joie récente, ce qui nous a fait du bien : un événement, une personne, une chose.

*silence pour que chacun-e fasse cela, quelques minutes pour recueillir cette joie

*le- ma président-e invite à se mettre par 2 pour partager cela. Pour entrer dans une dynamique de partage

*partage pendant 15 mn

Liturgie de la Parole

*le-la présiedent-e introduit :

S’ouvrir à soi, à l’autre et s’ouvrir à Dieu qui lui aussi se donne, se partage, qui lui aussi nous parle

Ecoutons-le nous partager sa Bonne Nouvelle

*on chante un alléluia en se mettant debout

un-e lecteur-trice lit l’Evangile

Exemple possible : Lc 4.16-30 

*un-e participante introduit à l’écoute de cet Evangile et donne un papier où il y a des pistes pour le méditer

Qq mot d’éclaircissement et pistes pour méditer seul-e

Nous avons avec ce texte le projet de Jésus. Il veut que nos vies individuelles et nos sociétés soient restructurés selon les valeurs du cœur de Dieu. Que la volonté de Dieu se fasse sur terre comme elle se fait dans le ciel. Un projet qui demande notre collaboration. Il s’agit de chercher le royaume, d’entrer dans un chemin de transformation des cœurs et des sociétés.

Papier donné où il y a les pistes

1er point

« Donner une bonne nouvelle aux pauvres…libérer les captifs…libérer ceux qui sont écrasés ».

Pourquoi est-ce une bonne nouvelle ? Quel est le contenu de cette nouvelle, de cette nouveauté ? De cette libération ?

2ème point

Pour bien entendre cette parole, on peut la rapprocher d’une autre en Lc6 /22-23 : « Allez rapporter à Jean ce que vous avez vu et entendu : les aveugles voient, les boiteux marchent, les lépreux sont guéris, les sourds entendent, les morts ressuscitent, la bonne nouvelle est annoncé aux pauvres ; et heureux celui pour qui je ne serai pas occasion de chute »

Jésus montre quel changement est déjà à l’œuvre. Il nous appelle et nous associe à son œuvre pour qu’il y ait dans notre monde, moins de mensonge et plus de vérité ( guérison d’aveugle) ; plus de liberté pour que chacun-e puisse marcher librement ( boiteux) ; un accès à la santé le plus large possible ( lépreux) ; entendre que Dieu nous aime ( sourds) ; travailler à ce que la vie soit plus forte que tout , combattre toute injustice qui écrase les gens (résurrection) . Jésus a commencé ce règne. Il a besoin de nous pour le continuer ( Celui qui croit en moi, fera lui aussi les œuvres que je fais, il en fera même de plus grandes parce que je vais au Père Jn 14/12 )

3ème point

Sentir la nuance de mépris qu’il y a dans la réflexion des gens de son village : il n’est que le fils de Joseph. C’est le choix de l’incarnation. Dieu n’a pas pris chair dans les sphères des puissants, des opulents, des gens connus qui font la une de l’Histoire. ( St Paul dira la même chose : « Ce qui dans le monde est sans naissance et que l’on méprise, voilà ce que Dieu a choisi » 1Co 1/28.) Le choix du Christ montre l’infinie dignité de chaque homme, chaque femme, simplement du fait de son humanité. C’est pourquoi personne ne doit être écrasé.

4ème point

La fin de son discours suscite la colère et la volonté de le tuer. Pourquoi cela ?

*Temps de silence de méditation environ 30 mn

*Partage à 2, les mêmes qu’au début

Liturgie du partage du pain

*introduction par le-la président-e

Jésus nous a donné le pain de sa parole, sa parole c’est comme du bon pain.

C’est pourquoi, nous pouvons la manger concrètement, comme signe du don que Jésus nous fait de sa parole, de sa vie jusqu’au bout par amour.

*Un des participants coupe le pain en petit morceau,

On fait passer la corbeille de pain et chacun-e prend un morceau de pain.

Chant

Silence

*le-la présidente :

Un jour, Jésus posa cette question : ses disciples : comprenez-vous ce que j’ai fait ? Et nous  ?

Nous avons mangé et bu le pain de sa parole. Cela fait de nous le Corps du Christ. Nous sommes les membres de son Corps, cela fait de nous, des sœurs, des frères et des ami-es.

Ce nous invite à vivre notre vie sous le signe de la fraternité, du partage, de l’accueil, à la suite de Jésus.

Peut-être que dans notre cœur, nous avons envie de dire quelque chose à Jésus : un merci ou autre chose…Nous le faisons dans le silence de notre cœur ou à haute voix

*Silence et puis partage de la prière spontanée

*Notre Père

*prière de de conclusion

Chant final

Partager cet article
Repost0
11 juin 2020 4 11 /06 /juin /2020 17:39
Fr François Cassingena-revedy: intégrale des ses articles

Un lecteur de mon blog m'a demandé si je pouvais lui procurer l'intégrale des articles que le Frère François a publié. Jes voici en pièces jointes!

Partager cet article
Repost0
24 mai 2020 7 24 /05 /mai /2020 13:51
A lire: articles du Fr François Cassingera-Trévedy,

Les propos lumineux du Frère François Cassingera-Trévedy, bénédictin.

“Ils s’aperçurent qu’ils étaient nus” (Gn 3, 7) De la sexualité en son site ecclésiastique. Quelques propos et propositions.

https://www.facebook.com/notes/fran%C3%A7ois-cassingena-tr%C3%A9vedy/ils-saper%C3%A7urent-quils-%C3%A9taient-nus-gn-3-7-de-la-sexualit%C3%A9-en-son-site-eccl%C3%A9siasti/3191774201047064/

 

De la fabrique du sacré à la révolution eucharistique - Quelques propos sur le retour à la messe.

https://www.facebook.com/notes/fran%C3%A7ois-cassingena-tr%C3%A9vedy/de-la-fabrique-du-sacr%C3%A9-%C3%A0-la-r%C3%A9volution-eucharistique-quelques-propos-sur-le-ret/3198309117060239/

Partager cet article
Repost0
2 mars 2020 1 02 /03 /mars /2020 17:30

Unité et solidarité entre les femmes catholiques: l'égalité des sexes est l'ADN de notre Église!

En cette Journée internationale de la femme, des milliers de femmes catholiques à travers le monde prennent des mesures, unies dans leur lutte commune pour l'égalité dans leur Église, qui n'a pour la plupart pas été entendue et n'est pas reconnue par la hiérarchie catholique. Mais cette semaine, les échelles pencheront en leur faveur, alors que les femmes réalisent que le temps de demander est révolu, elles assument la responsabilité de l'avenir de leur Église - avec ou sans permission. Dans plus de 27 endroits dans le monde, les femmes catholiques se réuniront devant leurs églises à l'occasion de la Journée internationale de la femme et demanderont l'égalité des droits et la pleine participation des femmes à l'Église catholique. Avec des prières conjointes, des rassemblements et des actions artistiques, ils célébreront et exigeront une église équitable entre les sexes.

Cette action mondiale marque le début d'un processus de pèlerinage d'un an entrepris par le Conseil catholique des femmes (CWC). Le CWC est un groupe de coordination qui rassemble des associations de femmes, des initiatives, des ordres religieux de femmes, des organismes religieux et des théologiennes, qui n'attendent plus que les dirigeants actuels de l'Église apportent des changements significatifs. Ils se donnent les moyens de prendre leurs responsabilités et de diriger en travaillant ensemble vers une même vision - une Église de frères et sœurs égaux.«L'égalité des sexes est un problème mondial. Partout dans le monde, il y a des femmes et des hommes qui voient la dignité et l'égalité de chaque être humain comme une leçon fondamentale du christianisme, et ils ne peuvent plus accepter que cette leçon ne soit pas mise en pratique dans les structures de l'Église et dans sa vie quotidienne. Leur unité entre les différences, leur autonomisation et leur dévouement montrent que le changement est déjà en cours », explique Zuzanna Flisowska, directrice générale de Voices of Faith. 

Des événements de la Journée internationale de la femme sont prévus en Australie, Autriche, Canada, Croatie, Allemagne, Inde, Italie, Luxembourg, Kenya, Philippines, Afrique du Sud, Espagne, Suisse, Royaume-Uni et États-Unis par des groupes locaux se réunissant tous autour de la même thème «Dignité et égalité» et «Nous sommes le changement». 

Ces actions locales expriment l'extraordinaire unité et solidarité entre les femmes catholiques du monde entier et montrent que les droits des femmes doivent également être valables dans l'Église catholique romaine si elle veut être durable.

Pour voir où les événements ont lieu cette semaine, veuillez visiter notre site Web: www.voicesoffaith.org/iwd2020  

Pour des interviews, contactez: 

Zuzanna Flisowska, directrice générale, Voices of Faith 

zuzanna.flisowska@voicesoffaith.org 

+39 351 523 4217

Partager cet article
Repost0
27 janvier 2020 1 27 /01 /janvier /2020 21:39
Des propos inadmissibles

Des mots peuvent faire mal en véhiculant une discrimination qui enferme les gens et les empêche de libérer leurs potentialités. Dans ces cas, il y a urgence à dire NON et ne pas « laisser courir » sous prétexte que ce ne sont que des mots.

Parmi plein d’autres, en voilà un récent : 

« Ce qui fonde la masculinité, c’est de donner, tandis que ce qui fonde la féminité, c’est de recevoir. »

Rappelons les faits

1er acte :

D’abord une déclaration de religieuses et religieux ignatiens dénonçant le fait que des curés n’appellent que des hommes pour donner la communion. Femmes interdites !

(pour lire l’article : https://www.la-croix.com/Debats/Forum-et-debats/Eglise-dernier-mot-revient-trop-souvent-pretres-2019-12-16-1201066765 )

2ème acte:

Une journaliste du journal la Croix se met en quête pour vérifier cette pratique. En particulier, elle interroge le curé de St Léon à Paris. Je la cite : « Quant au père Emmanuel Schwab, curé de Saint-Léon, importante paroisse du 15e arrondissement de Paris, il fait le choix de « ne demander qu’à des hommes de donner la communionpour souligner la masculinité du Christ, qui se donne à l’Église son épouse. Ce qui fonde la masculinité, c’est de donner, tandis que ce qui fonde la féminité, c’est de recevoir ».

(pour lire l’article : https://www.la-croix.com/Religion/Catholicisme/France/Pourquoi-femmes-donnent-elles-pas-toujours-communion-2020-01-06-1201070025 )

 

Derrière cette déclaration et cette pratique, il y a une anthropologie du féminin et du masculin qui place celui-ci toujours en position haute d’initiative, de pouvoir, de responsabilité et le féminin du côté de la passivité.

Et une théologie qui oublie que le baptême configure au Christ autant les femmes que les hommes.

Ces curés et tous ceux qui adhèrent à de tels propos…dans quel monde vivent-ils ?

Fondement de la féminité, la réceptivité ?

Les mères qui donnent la vie. Toutes les femmes qui donnent de leur vie, de leur temps pour donner le meilleur d’elles-mêmes au service des sciences, de la politique, de l’éducation…Et tant et tant… Elles donnent et c’est plutôt les hommes qui reçoivent tant et tant d’elles !

Le philosophe Aristote pensait que seule la semence masculine donnait la vie, la femme n’étant qu’une sorte de couveuse. Et comme cette semence masculine pouvait produire des filles, la raison en était que cette semence était défectueuse ! Il a fallu attendre le 19ème siècle pour prouver scientifiquement que l’enfant résulte de la rencontre d’un ovule et d’un spermatozoïde : masculin et féminin qui donnent et se reçoivent pour donner la vie.

Les propos de ce curé laissent à penser qu’il en est resté à Aristote !

Il se trouve que ce curé est l’aumônier national d’une super association auprès des personnes prostituées et des sans domicile qui, justement, n’a pas le positionnement de ceux qui donnent à ceux qui reçoivent mais vont auprès des personnes en humble place, les mains nues.

Peut-être devait-il méditer cela.

Autres liens :

https://www.jesuites.com/contribution-ignatienne-au-debat-en-eglise-tribune-des-superieures-majeures-ignaciennes/

https://www.ndcenacle.org/debat-eglise-une-prise-position.html

Partager cet article
Repost0